Chine: plus de 2 900 votes pour le maintien de Xi Jinping à la présidence

Avec le soutien de
Le président chinois Xi Jinping durant la session annuelle de l’Assemblée nationale populaire à Pékin, le 9 mars.

Le président chinois Xi Jinping durant la session annuelle de l’Assemblée nationale populaire à Pékin, le 9 mars.

L’actuel président de la Chine, Xi Jinping, dont le mandat devait arriver à terme en 2023, pourra conserver son poste pour une durée indéterminée. Décision prise par les membres du National People’s Congress (NPC) à une écrasante majorité. Il y avait, en effet, uniquement 2 votes contre, 3 abstentions et 1 bulletin rejeté, contre plus de 2 900 votes pour.

C’est ce dimanche 11 mars que la Chine a voté cet amendement figurant parmi 21 autres proposés et acceptés. Cette décision concernant le président et le vice-président marque un grand pas dans l’histoire de la Chine communiste avec ce cinquième amendement depuis l’existence de la Constitution. En effet, en 1982, une clause imposant une limite de deux mandats à un président avait été incluse dans la Constitution afin qu’il n’y ait pas une personne à la tête du pays indéfiniment. Décision revue cet après-midi.

L’argument est que les propositions de Xi Jinping pour le développement d’une nouvelle ère de socialisme et son leadership à la tête du pays ont mené la Chine vers son envol économique et que ce n’est qu’à travers sa vision que la Chine pourra continuer sur cette lancée. Le président du NPC, Shen Chunyao, a expliqué que le résultat de la séance du jour découle de votes anonymes et tout a été fait suivant les procédures légales avec 200 personnes impliquées dans la supervision du scrutin.

Force militaire «world first class»

Ces amendements devraient garantir le développement continu et la stabilité de la Chine, améliorer les relations diplomatiques avec le reste du monde, renforcer l’autorité du parti communiste dans le pays et établir une force militaire «world first class», entre autres. Les idées de Xi Jinping proposées dans son livre «Thought on socialism with Chinese characteristics for a new era» seront aussi mentionnées dans la Constitution chinoise.

Les discussions et amendements prennent, par ailleurs, en compte la lutte anticorruption. Pour ce faire, une Supervisory Commission sera mise sur pied par le NPC et les membres seront nommés ou destitués par le NPC. Cette commission devra collaborer avec d’autres institutions pour la lutte contre la corruption et des campagnes seront également menées.

Concernant la méfiance quant à la stabilité politique future du pays et les critiques vis-à-vis de cet amendement et son impact sur la démocratie, Shen Chunyao réplique qu’elles sont totalement infondées.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires