Conditions de travail: discrimination envers les «gros» et les «vieux» au sein de MK ?

Avec le soutien de
La CTSP a dû faire pression pour qu’une clause sur l’Indice de masse corporel soit enlevée du contrat des employés de MK.

La CTSP a dû faire pression pour qu’une clause sur l’Indice de masse corporel soit enlevée du contrat des employés de MK.

La précision est de taille. Deux clauses font, en effet, tiquer dans le contrat de travail des hôtesses d’Air Mauritius. L’une concerne le poids du personnel navigant. C’est Jane Ragoo, syndicaliste de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) qui a levé le lièvre concernant une affaire récente. Elle intervenait ce samedi 10 mars, lors du forum débat organisé par le Mouvement patriotique, à l’occasion des 50 ans de l’Indépendance et de la Journée internationale des femmes.

Selon la syndicaliste, il y a trois semaines, 25 personnes étaient en lice pour une promotion, pour ceux qui voulaient passer de Cabin Crew à Flight Purser. L’une des clauses du contrat de ces employés, qui comptent plus de 10 ans de service, concerne l’Indice de masse corporel (IMC). Ce que Jane Ragoo résume ainsi : «Si zot grosi, kapav met zot déor.»

Elle explique que la CTSP a dû faire «pression» pour que cette clause soit rayée. Mais, «je viens d’apprendre que même si ce n’est pas écrit dans le contrat, c’est une condition implicite». La syndicaliste condamne ainsi ces «contrats d’adhésion» où l’employé, en position de faiblesse, n’a d’autre choix que de se plier aux règlements.

L’autre clause critiquée stipule qu’à 45 ans, l’hôtesse devenue «trop âgée» risque d’être mise à la porte. Idem pour les stewards. «La Constitution ne permet pas de discrimination sur l’âge.» Le bras de fer CTSP-Air Mauritius continue.

Une source officielle au sein de la compagnie d’aviation confirme le fait que le personnel doit respecter la «moyenne» concernant l’IMC. «Il y a des critères et des normes professionnelles à respecter. C’est surtout pour la santé de l’équipage. De plus, il y a aussi la sécurité des passagers à prendre en considération», explique-t-on. Cependant, la source ne nous dit pas si ce critère est pris en considération lors des exercices de promotion.

Quid de la discrimination envers les hôtesses et stewards plus «mûrs» ? «Ah non, ça c’est faux !»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires