Scandale Platinum Card: chronologie de la chute présidentielle...

Avec le soutien de
C'est en mars 2017 que la presse s'intéresse de la relation entre Ameenah Gurib-Fakim et Alvaro Sobrinho.

C'est en mars 2017 que la presse s'intéresse de la relation entre Ameenah Gurib-Fakim et Alvaro Sobrinho.

Le 30 novembre 2016, «l’express» titre «Ameenah Gurib-Fakim PhD Scholarship : promesses non tenues». Le programme est parrainé par la présidente de la République. Ce jour marque le début de la chute de la première femme présidente de Maurice…

Timeline

  1. ● 30 Novembre 2016 : C’est la première fois que l’express parle du Planet Earth Institute (PEI). Dans l’article intitulé «Ameenah Gurib-Fakim PhD Scholarship : promesses non tenues», les boursiers soutiennent que le PEI leur a vendu du rêve. Alors qu’on leur avait promis des études dans des universités telles qu’Oxford, Edimbourg ou encore des universités sud-africaines, l’institut change d’avis du jour au lendemain et leur propose de poursuivre leurs études dans des universités beaucoup moins prestigieuses. Le PEI avait alors évoqué les émeutes en Afrique du Sud.
     
  2. 28 Février 2017 : Après la publication d’un premier article par l’hebdomadaire Week-End sur les licences acquises par Álvaro Sobrinho, l’express apprend que la commission anticorruption (ICAC) et la Financial Intelligence Unit enquêtent sur le milliardaire angolais. Nous nous rendons dans les locaux de l’Alvaro Sobrinho Africa (ASA) Ltd, ainsi que celui du PEI, à Médine. Mais l’accueil à l’ASA est froid et le bureau du PEI est désert.
     
  3. 1er mars 2017 : L’express publie un portraitenquête sur Álvaro Sobrinho. L’homme fait l’objet de plusieurs enquêtes. Il est soupçonné d’avoir détourné $ 600 millions de la Banco Espirito Santo Angola, dont il était le Chief Executive Officer (CEO). À Maurice, malgré ses multiples frasques, la Financial Services Commission (FSC) lui octroie six licences, alors que la Banque centrale lui refuse une banking licence. Le multimilliardaire est proche de la présidence car il copréside le PEI avec Ameenah Gurib-Fakim. Des questions se posent. Álvaro Sobrinho aurait aussi acheté sept berlines à Maurice, au prix de Rs 40 millions. À qui étaient-elles destinées ?
     
  4. 2 Mars 2017 : L’express pose la question: le PEI, dont les projets à Maurice et à l’étranger sont nombreux, serait-il un leurre ? L’institut affirme vouloir construire un incubateur d’entreprises avec $ 6 millions fournis par la Bill and Melinda Gates Foundation, mais le projet n’a jamais abouti.
     
  5. 4 Mars 2017 : Álvaro Sobrinho fait déjà des grabuges sur l’échiquier politique. Le Muvman Liberater est dans une position délicate. Ivan Collendavelloo ne pipe mot. Mais Anil Gayan, lui, affirme que la FSC a bien fait son travail. Pravind Jugnauth veut en avoir le coeur net et demande à Sudhir Sesungkur, ministre des Services financiers, de lui rédiger un rapport. Ce dernier désavoue d’emblée la FSC.
     
  6. 6 Mars 2017 : «Dès que nous obtenons la preuve officielle certifiant qu’il y a une enquête criminelle sur cette personne (NdlR, Álvaro Sobrinho), nous n’hésiterons pas à révoquer ses licences», affirme un préposé officiel de la FSC, à l’express. Jusqu’ici, malgré les enquêtes, Álvaro Sobrinho bénéficie toujours de ses licences.
     
  7. 8 Mars 2017 : L’express obtient un mèl de Dheeren Dabee, Solicitor-General et vice- Chairman de la FSC, qu’il a envoyé à ses collègues du board, les informant qu’il faudrait que la police initie une enquête sur Álvaro Sobrinho. Car l’homme d’affaires aurait mentionné deux noms lors de la demande de licence à la FSC : le Professeur Mohammed Bhai, comme garant, et Iqbal Rajahbalee, comme legal advisor. Or, ces derniers nient être impliqués de quelque façon que ce soit dans cette affaire. Ce jour-là, Álvaro Sobrinho fait une déclaration à la presse mauricienne. Seules les radios et la MBC sont invitées à y assister. Il ne répond à aucune question.
     
  8. 3 Avril 2017 : L’express fait état d’une nouvelle enquête contre Álvaro Sobrinho… en Suisse cette fois-ci. Au total, 160 millions de francs suisses sont gelés dans le cadre de l’enquête, où il est soupçonné de faire du blanchiment d’argent.
     
  9. 4 Avril 2017 : Une Private Notice Question (PNQ) de Xavier-Luc Duval, leader de l’opposition, est axée sur l’affaire Álvaro Sobrinho. Il cite largement le papier de l’express du 3 avril, affirmant que l’homme d’affaires aurait fait une demande pour acheter 131 villas du projet hôtelier Royal Park. Lors de cette PNQ, le Premier ministre dévoile qu’Álvaro Sobrinho a aussi eu accès au VIP Lounge à 31 reprises.
     
  10. 7 Avril 2017 : Roshi Bhadain et Akilesh Deerpalsing sont incriminés dans cette affaire. L’express publie des échanges de mails entre Mauricio Fernandes, bras droit d’Álvaro Sobrinho, et Akilesh Deerpalsing, bras droit de l’ex-ministre des Services financiers. Dans une déclaration à l’express, Akilesh Deerpalsing a affirmé que c’est Ameenah Gurib-Fakim qui avait demandé qu’il soit en contact avec Álvaro Sobrinho.
     
  11. 12 Avril 2017 : Dans les échanges entre Akilesh Deerpalsing et Mauricio Fernandes, ce dernier évoque le programme PASET de la Banque mondiale. Et explique que ce fonds, si la permission est obtenue, devrait être opéré par la Banque mondiale. D’ailleurs, la licence a été obtenue et est actuellement en activité. Or, la Banque mondiale dément toute demande d’ouvrir un compte à Maurice au nom du programme PASET.
     
  12. 6 Juin 2017 : Pendant une conférence de presse, Xavier-Luc Duval distribue une copie du rapport Kroll sur Álvaro Sobrinho. Le rapport est jugé «damning» par le leader de l’opposition, mais pas par la FSC. Elle lève la suspension qui pesait sur les licences d’Álvaro Sobrinho. D’ailleurs, la réunion du board de la FSC, qui a pris cette décision, voit la démission de quatre membres, dont le vice-président, Dheeren Dabee.
     
  13. 14 Juin 2017 : Lors d’une PNQ, l’on découvre qu’une facture de Rs 522 400 a été envoyée au ministère des Affaires étrangères pour la location de deux Mercedes, lors de deux déplacements d’Ameenah Gurib-Fakim en décembre 2016. Le ministère ayant refusé de s’acquitter de cette somme, c’est le PEI qui s’en charge.
     
  14. 7 Novembre 2017 : L’express expose les laborieuses manoeuvres des autorités mauriciennes pour octroyer une licence à Álvaro Sobrinho afin qu’il achète 12 villas du projet Royal Park. Une licence octroyée par le Board of Investment (BoI). Après plusieurs avis légaux négatifs, le State Law Office dit oui, mais avec des conditions.
     
  15. 8 Novembre 2017 : La question est évoquée au Parlement. Pravind Jugnauth, dans sa réponse à la PMQT de Reza Uteem, affirme que toutes les précautions ont été prises pour vérifier que l’argent d’Álvaro Sobrinho est bel et bien clean.
     
  16. 14 Novembre 2017 : «Board of Investment : Sobrinho provoque le chaos», titre l’express, après que le BoI a autorisé Álvaro Sobrinho à acheter des villas de luxe. René Leclézio, un des membres, a démissionné de son siège à cause de cette affaire.
     
  17. 15 Novembre 2017 : Álvaro Sobrinho rejette les conditions imposées, mais le BoI ne bouge pas.
     
  18. ● 28 Février 2018 : «PEI : les folles dépenses de Mme la présidente», titre l’express. Le journal dévoile, preuve à l’appui, que la présidente a reçu une carte de crédit avec un plafond de Rs 1 million qu’elle a utilisée pour des achats personnels.

Chronogie

C’est le 28 février que «l’express» dévoile le
scandale Platinum Card.
Les réactions ne tardentpas à tomber, la présidente
embarrasse Pravind Jugnauth.
À la traditionnelle réception des boursiers de l’État, entre Ameenah
Gurib-Fakim et Pravind Jugnauth : rien ne va plus.
Le vendredi 2 mars, la présidente nous
demande d’authentifier nos documents.
«Chacun doit prendre ses responsabilités»,
affirme Pravind Jugnauth.
Les négociations vont bon train, mais il est 
clair que des têtes vont tomber.
La présidente ne semble pas vouloir partir. Ivan
Collendavelloo négocie avec le Premier ministre.
Au lancement officiel des célébrations du 50e anniversaire
de l’Indépendance, le Premier ministre désavoue publiquement
Ameenah Gurib-Fakim.
Ivan Collendavelloo se rend au lancement du livre de la
présidente. Deux ministres MSM la boycottent.
Les rumeurs vont bon train : Ameenah Gurib-Fakim 
aurait passé la nuit à faire ses cartons.
Publicité
Publicité

Un nouveau scandale défraie la chronique depuis le mercredi 28 février à Maurice. Cette fois-ci cela concerne ni plus ni moins la garante de notre Constitution, son excellence Ameenah Gurib-Fakim, présidente de la République. Elle a dépensé plusieurs centaines de milliers de roupies pour des achats personnels, entre autres, sur une carte de crédit Platinum offerte par la Planet Earth Institute, la fondation d’Álvaro Sobrinho, homme d’affaires angolais hautement controversé. Retrouvez tous les articles concernant cette affaire dans notre dossier spécial : Platinum Card. Une enquête exclusive de l’express.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires