Commission drogue: l’attitude évasive de Sada Curpen irrite Paul Lam Shang Leen

Avec le soutien de
 Sada Curpen a été interrogé sur ses revenus devant la commission d’enquête sur la drogue, ce mercredi 7 mars.

Sada Curpen a été interrogé sur ses revenus devant la commission d’enquête sur la drogue, ce mercredi 7 mars.

«Mo pa koné… Mo’nn blié…Mo pa rapel.» Ce sont là les principales réponses données par Sada Curpen lors de son audition devant la commissio d’enquête sur la drogue, ce mercredi 7 mars. La faute, a-t-il indiqué, à sa mémoire courte «akoz mo’nn pass par boukou katastrof». Ce qui n’a pas manqué de provoquer l’irritation de Paul Lam Shang Leen et de ses assesseurs. L’ex-juge lui a même donné un avertissement, lui rappelant qu’il était sous serment.

Lors de cette audition, le président de la commission drogue s’est notamment intéressé au travail qu’effectue Sada Curpen et à la provenance de ses revenus. Ce dernier a simplement indiqué qu’il se charge de louer un appartement et que c’était son seul moyen de revenu. Un appartement qu’il gère de façon illégale étant donné qu’il n’a pas de permis de la Mauritius Tourism Authority.

Il a également été interrogé sur les nombreux versements effectués sur son compte bancaire alors qu’il se trouvait en prison, soit de 2010 à 2012. À cette question, Sada Curpen est de nouveau resté évasif. Expliquant que ses proches, plus précisément sa mère lui faisait parvenir de l’argent de France, où elle est établie. Des explications qui n’ont pas convaincu la commission d’enquête sur la drogue.

Répondant à une question sur le financement de la campagne de Raouf Gulbul en 2014, Sada Curpen a été catégorique. Il a affirmé que c’est l’avocate Tisha Shamloll qui lui avait demandé de financer cette campagne, mais qu’il a refusé. «Li’nn donn ou kopi zis bann mésaz ki dan so lintéré», a-t-il déclaré à la commission. Et d’ajouter que les informations que possède la commission «ne sont pas correctes». Un délai de 15 jours a été accordé à Sada Curpen pour qu’il s’explique sur cette affaire.

Pour rappel, le nom de Sada Curpen avait été cité à plusieurs reprises devant cette instance notamment lors des auditions de l’avocate Tisha Shamloll ou encore celles de Raouf Gulbul. Le témoin mystérieux l’avait également impliqué dans une affaire de trafic de drogue.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires