Chagos: Maurice soutenu par plusieurs pays

Avec le soutien de
Sir Anerood Jugnauth, aux Nations unies, présentant la requête de Maurice pour un avis consultatif sur le dossier Chagos, le 22 juin 2017.

Sir Anerood Jugnauth, aux Nations unies, présentant la requête de Maurice pour un avis consultatif sur le dossier Chagos, le 22 juin 2017.

Au total, 31 soumissions ont été faites à la Cour internationale de justice (CIJ). Elles concernent la requête pour avis consultatif faite par Maurice sur les effets juridiques de la séparation de l’archipel des Chagos du territoire de Maurice en 1965.

Les dossiers ont été déposés par trente nations et l’Union africaine au 1er mars, échéance instaurée par la CIJ. À l’hôtel du gouvernement, on indique que la majorité de ces avis sont en faveur de Maurice.

Selon nos informations, parmi les pays qui affichent leur soutien total se trouvent le Brésil, l’Inde, le Nicaragua, le Guatemala, Cuba ou encore l’Argentine. Dans le continent africain, Djibouti, le Lesotho, l’Afrique du Sud et la Namibie ont émis un avis favorable sur cette affaire. Toutefois, ceux qui soutiennent la Grande-Bretagne et les États-Unis ont clairement fait ressortir que ce n’est pas à la CIJ de trancher la question, car il s’agirait d’une affaire «bilatérale».

Une opinion que réfute Maurice. À l’hôtel du gouvernement, on avance que la décolonisation ne concerne pas uniquement Maurice mais aussi les Nations unies.

L’on ajoute que les pays soumissionnaires ont jusqu’au 15 mai pour réagir. Ils auront l’occasion de réfuter par écrit les arguments avancés.

Les auditions dans le cadre de cette affaire débuteront, elles, le 3 septembre. Dans ce contexte, on souligne que le ministre mentor, sir Anerood Jugnauth, devrait faire le déplacement en Hollande. Il se pourrait que le Premier ministre, Pravind Jugnauth, y aille aussi.

Nos recoupements indiquent également qu’une délégation mauricienne se rendra à Londres le mois prochain. Elle sera composée notamment du secrétaire au Cabinet et de hauts fonctionnaires. Des consultations devraient alors avoir lieu avec les avocats britanniques pour établir la réplique de Maurice.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires