Brutalités policières: une manifestation pour soutenir Clifford Esther

Avec le soutien de
Manifestation pacifique devant le Parlement le 5 mars 2018 pour soutenir Clifford Esther.

Manifestation pacifique devant le Parlement le 5 mars 2018 pour soutenir Clifford Esther.

L’objectif : soutenir Clifford Esther qui déplore avoir été victime de brutalités policières le 5 mars 1982. Une manifestation pacifique a eu lieu à cet effet devant le Parlement ce lundi 5 mars 2018. Outre Clifford Esther et sa famille, Eddy Sadien du Regrupma travayer sosyal et d’autres travailleurs sociaux étaient présents.

Clifford Esther relate qu’il n’avait que 23 ans quand, lors d’un raid le 5 mars 1982, une balle lui est entrée par la bouche et est sortie par la nuque. Il en est ressorti paralysé d’un bras et d’une jambe et quasi aveugle.

Clifford Esther, lors d’une manifestation pacifique devant le Parlement le 5 mars 2018.

L’habitant de Baie-du-Tombeau soutient que la police en 1982 lui a causé beaucoup de préjudice après l’avoir agressé dans un campement alors qu’il était en compagnie de sa copine, une Allemande, à Rivière-Noire. «Cet épisode m’a marqué à vie car la police m’a malmené et j’ai pris une balle. Aujourd’hui, c’est grâce à l’amour de ma femme et de mes cinq enfants que je survis», explique-t-il.

Désormais âgé, Clifford Esther raconte que la police lui a volé sa jeunesse et lui a causé beaucoup de torts dans la vie. «J’ai toujours espéré qu’une réparation me soit accordée.»

Eddy Sadien du Regrupma travayer sosyal et d’autres travailleurs sociaux présents devant le Parlement le 5 mars 2018 pour plaider la cause de Clifford Esther.

Avant que débute l’affaire en Cour suprême, un représentant du bureau du Directeur des poursuites publiques avait conclu un accord avec son avocat, Me Avrillon, pour lui remettre un dédommagement de Rs 500 000. «Mais j’avais refusé car je voulais qu’une vraie justice soit faite.»

Toutefois le 30 juin 1986 en Cour suprême, le Senior Puisne Judge Victor Glover qui présidait ce procès n’a pas retenu la version de Clifford Esther que personne n’avait corroborée en cour. Le seul témoin qui aurait pu plaider en sa faveur, son cousin Patrick Ah-Quah, avait quitté le pays. Clifford Esther a donc perdu sa crédibilité en Cour et a perdu son procès.

Les pancartes étaient de mise pour soutenir Clifford Esther à l’occasion d’une manifestation pacifique devant le Parlement le 5 mars 2018.

À l’origine de cette affaire est un hold-up commis aux locaux du Central Electricity Board de Curepipe le 24 février 1982. La somme de Rs 681 000 a été dérobée et un policier a été tué par balle au cours de ce braquage.

Sylvio Suntoo, connu des services de police, et sa fiancée meurent tandis que Clifford Esther a été grièvement blessé. Les trois ont fait les frais d’un sergent de police qui avait faussement fait le lien entre eux et le hold-up.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires