Rishi Ram Dookia, paraplégique: «sa fotey élektrik-la sé mo dé lipié sa»

Avec le soutien de
Rishi Ram Dookia, 36 ans, devenu paraplégique à 22 ans.

Rishi Ram Dookia, 36 ans, devenu paraplégique à 22 ans.

La vie ne s’arrête pas à un fauteuil roulant. C’est ce que s’évertue à prouver Rishi Ram Dookia, 36 ans, devenu paraplégique à 22 ans. En 2015, toutefois, il a eu le sentiment d’avoir retrouvé ses jambes lorsqu’il a obtenu un fauteuil électrique. Sauf qu’aujourd’hui, les batteries dudit fauteuil le lâchent et sa «calèche» est sur le point d’en faire autant.

«Éna dimounn ki pé mal viv ar zot dé lipié. Zot pa konn so valer. Mwa mo lé montré dimounn ki mem san lipié mo kapav viv. Fotey-la sé mo dé lipié sa», confie Rishi Ram Dookia, qui vit dans une pièce en béton avec une ouverture en tôle dans une cour appartenant à sa défunte arrière grand-mère, à Bambous.

Dès son réveil, le trentenaire se hisse sur son fauteuil électrique et vaque aux tâches ménagères qu’il est encore capable d’effectuer, comme infuser un peu de thé et se préparer une tartine sans beurre pour ne pas prendre de kilos superflus, épousseter le maigre mobilier qu’il possède, passer la serpillière sur le sol, prendre un bain et aller faire quelques menus courses. «Mo roulé. Mo kapav al ziska Monoprix Cascavelle ou Winner’s. Mo ousi al dispanser pou zwenn mo dokter. Parfwa mo al manz enn ti minn. Mo zwenn enn-dé kamarad ek nou kozé impé. Dépi mo finn gagn sa kales-la, mo éna enn l’angouman pou viv», s’enthousiasme-t-il.

Son humeur s’assombrit, toutefois, lorsqu’il repense à sa vie d’autrefois et à la façon dont il a perdu l’usage de ses jambes. Rishi Ram Dookia vient d’une famille brisée. Sa mère meurt lorsqu’il a sept ans et son père refait sa vie. Il est alors confié à une parente qui, dit-il, fait des préférences pour ses enfants.

Sa scolarité n’est pas longue. Il étudie jusqu’en Standard VI avant d’aller travailler «dan zardin» à La Chaumière. Il agit ensuite comme manev mason. Comme tout jeune de 22 ans, il aime s’habiller, «amiz enn tigit, al enn ti bal, ramas enn ti kas». Et pour se défouler, il fume un joint «de temps à autre», précise-t-il.

Touché par une balle

Un samedi, alors qu’il sort de chez sa sœur, deux hommes le poursuivent. Croyant qu’il s’agit de voleurs, il se met à courir et essaie de les distancer. «Monn tann kouma dir enn pétar kinn éklaté. Ler mo viré, mo trouv enn zafer pa normal dan zot lamin», dit-il. Entendez par là des armes à feu. «Mo ti pansé zot ti lé kokin mwa. Mo ti éna mo bag ek mo lasenn lor, enn mont, ek impé kas lor mwa. Ler mo réalizé pé tir lor mwa, mo pli galoupé ankor.» Le deuxième coup de feu tiré ne rate pas sa cible. Rishi Ram Dookia est touché à la colonne vertébrale et s’évanouit.

À son réveil, il est sur un lit d’hôpital et un policier le surveille. Ce dernier lui dit qu’il était sous surveillance policière depuis quelques temps et que des policiers lui ont tiré dessus. Il est abasourdi. Le médecin lui apprend alors la terrible nouvelle : il est paralysé des membres inférieurs et ne pourra jamais plus marcher. Une fois qu’il va un peu mieux, il est arrêté et poursuivi. Il écope d’un an de prison, sentence ramenée à 11 jours et à l’imposition de deux cautions que ses frères et d’autres proches règlent pour lui. Rishi Ram Dookia est démoralisé et passe alors par des moments difficiles.

Il reconnaît qu’il n’est pas resté du côté de la loi, mais estime qu’il ne méritait pas qu’on lui tire dessus et qu’on le prive ainsi de l’usage de ses jambes. «Mo pa ti mérit tir lor mwa koumsa. Zot ti kapav aret mwa. Pa sa zour-la, lé landémin ou sirlandémin. Mé pa aret mo lipié enn sel kout ek briz mo lavé- nir zénes kouma zot inn fer.»

À sa sortie de prison, il est hébergé par des proches. En contrepartie, il est obligé d’accepter ce que l’on veut bien lui donner. Deux ans après son immobilisation forcée, il obtient un fauteuil roulant manuel. C’est à cette époque qu’il emménage chez son arrière-grand-mère, à la demande de celle-ci. Il ne peut aller bien loin sur son fauteuil roulant manuel car ses bras finissent par se fatiguer. Il fait ce qu’il peut.

«Si mo kales gagn enn problem, sé mo lespri ki pou fini.

Cela fait maintenant 15 ans qu’il est ainsi cloué à un fauteuil roulant. Rishi Ram Dookia déclare que c’est Dieu qui lui donne le courage de continuer à vivre. Au niveau financier, il dépend d’une pension d’invalidité qui se monte à Rs 8 300. S’il n’a pas de loyer à s’acquitter, il doit payer sa facture de la Central Water Authority, qui tourne autour de Rs 300, et sa facture d’électricité qui avoisine les Rs 800. Il s’est acheté un petit téléviseur à tempérament qu’il repaie mensuellement et a pris un abonnement à un bouquet satellitaire pour pouvoir regarder le football, qu’il pratiquait autrefois. «Mo pey télévision Rs 500 par mwa ek abonman fim Rs 1 100. Si péna télévision mo pou get miray enn lazourné ek lespri pou bloké. Ler lespri pa bon, ou débalansé. Swa ou fini dan enn institision, swa ou mor.»

Contraint d’emprunter

Toujours est-il que cette pension est insuffisante. Arrivé au 15 du mois, il doit emprunter. «Pom, zoranz pa kapav asté, yaourt ousi. Kapav asté zis bann zafer dé baz. Séki bon ar mwa séki ler monn pran prété, mo randé toulétan apré.»

Cela fait trois ans que le Solidarity Trust Fund (STF) a parrainé en partie l’achat de son fauteuil roulant électrique, qui coûtait initialement Rs 90 000 mais que l’importateur a ramené à Rs 70 000. Il lui a fallu trouver Rs 35 000 pour compléter la somme offerte par le STF. «Monn al get bann ONG ek bann dépité. Sé koumsa ki mo finn gagn sa kalesla. Dépi monn gagn sa monn gagn la liberté. Kouma dir monn régagn mo lipié.»

Le hic est que depuis trois ans, l’engin n’a pas subi d’entretien et les batteries sont en train de lâcher. «Ar dé batri kales-la, mo gagn set à wit er lotonomi si mo teign li dé tan zan tan. Sof ki la, li pé al mor. Ek li kout ser. Si mo bizin asté dé batri nef, sé pratikman tou mo pansion ki alé, swa Rs 8 000. Rey et Lenferna bien zanti ek zot inn pran mo bann vié batri pou resarzé. Mé li désarz vit parski li pé mor. Mo santi ousi ki roulman kales-la pé gagn baté. Sé kouma dir mo pé gagn malad dan mo lipié. Mo ti pou bizin enn bon servicing mé mo péna sa kas-la. Déza ki mo finn bizin sanz larou deryer ek pey Rs 1 650. Éna dé larou deryer. Mo santi mo kales ralanti. Mo per ki li res enn zour lor simin parski mo pé viv tousel. Mo pa pé rod boukou zafer mwa, zis mo dé lipié (NdlR : son fauteuil électrique). Si mo kales gagn enn problem, sé mo lespri ki pou fini.»

Il souhaite que l’État augmente la pension d’invalidité et offre des fauteuils roulants électriques à toutes les personnes paralysées pour qu’elles regagnent une forme de mobilité. «Nou pa bann boulé pou la sosiété nou. Ed nou viv… »

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires