Il y a 31 ans, le 3 mars 1987: la commission Rault publie son rapport sur la drogue

Avec le soutien de
L’ancien chef juge Sir Maurice Rault avait présidé, en 1986, une commission d’enquête sur le trafic des drogues.

L’ancien chef juge Sir Maurice Rault avait présidé, en 1986, une commission d’enquête sur le trafic des drogues.

Le 3 mars 1987, la presse fait état de la publication d’un rapport intérimaire par la commission sur le trafic des drogues présidée par l’ancien chef juge, Sir Maurice Rault. Ce dernier avait pour assesseurs Mme Laure Pillay et Prem Bissessur, tous deux avocats. La Commission avait été instituée en 1986, après l’arrestation, le 30 décembre de l’année précédente de quatre députés de la majorité à l’aéroport Schipol à Amsterdam. L’un deux, Satyanund Pelladoah avait 20 kilos d’héroïne dans sa valise. Il faut dire qu’à l’époque, il y avait une prolifération de Brown Sugar dans le pays.

La publication du rapport de la Commission Rault était un véritable séisme dans l’univers sociopolitique local : des trafiquants de drogue sont dénoncés, des réseaux en lien avec l’international sont mis au jour, des politiciens sont épinglés, des policiers compromis identifiés. La commission s’était reposée, entre autres, sur le témoignage de Raffick Peerbaccus, un homme de main des trafiquants qui s’était repenti. Depuis sa déposition devant la commission, il a bénéficié d’une protection policière et vit, aujourd’hui, en Angleterre.

La commission Rault avait élaboré un dossier à charge contre 14 trafiquants de drogue connus dans certains milieux comme de gros bonnets. Ce qui facilita le démantèlement de plusieurs réseaux par la suite. Certains de ces parrains étaient proches de quelques  politiciens.

Ces derniers sont cloués au pilori par la commission qui a blâme trois des députés arrêtés à Amsterdam à savoir Satyanund Pelladoah, Serge Thomas et Ismaël Nawoor. Sont aussi identifiés d’autres parlementaires mêlés au trafic de drogue : Amba Chinien, Suren Poonith et Lutchmeeparsad Ramsahok. En revanche, la commission Rault avait exonéré les députés Kimcurrun, Seetaram et Ramoly qui avaient aussi été accusés.

Plusieurs policiers dont de haut-gradés essuient des remarques sévères de la commission. Parmi les assistants surintendants Mungroosing et Ramjeeawon, l’inspecteur Raouf Dusmohamed, le sergent Taffa, et le constable Bissoonauth. Par la suite, plusieurs de ces personnes blâmées ont eu recours à des révisions judiciaires, mais avec des fortunes diverses.

Les actions entreprises par le gouvernement de Sir Anerood Jugnauth dans la foulée de la publication du rapport de la Commission Rault permit au pays de connaître un répit sur le front de la lutte contre le trafic de drogue. Cependant par la suite, les autorités ont baissé la garde et le trafic de drogue a repris du terrain. Aujourd’hui, il y a une prolifération des drogues dures, particulièrement des produits dites synthétiques. Et Sir Anerood Jugnauth revenu au pouvoir, en 2014, a nommé une commission d’enquête présidée par Paul Lam Shang Leen, un ancien juge de la cour Suprême.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires