Nomination de Namrata Teeluckdharry: «Il faut être réaliste…», dit Anishta Babooram

Avec le soutien de
Anishta Babooram, ancienne membre de la Commission des droits de l’homme et présidente de The Rising.

Anishta Babooram, ancienne membre de la Commission des droits de l’homme et présidente de The Rising.

La nomination de Namrata Teeluckdharry à la National Preventive Mechanism Division de la National Human Rights Commission a suscité la polémique. D’autant plus qu’elle est l’épouse de l’avocat Sanjeev Teeluckdharry, Deputy Speaker de l’Assemblée nationale. Anishta Babooram, qui a été révoquée comme membre de la commission, explique, elle, que Namrata Teeluckdharry a le bagage nécessaire occuper pour de telles fonctions. Elle émet toutefois un bémol…

Comment se déroule le recrutement pour être membre de la National Human Rights Commission?
II n’y a pas de demande faite ou de candidats. C’est une négociation entre le Premier ministre et le leader de l’opposition. Le dernier mot revient toujours au Premier ministre, car c’est lui qui, au final, choisit la personne.

Que pensez-vous de la nomination de Namrata Teeluckdharry ?
Namrata Teeluckdharry est une personne très appliquée. Nous étions dans la même classe, elle a le bagage recommandé pour ce poste. 

Toutefois, il ne faut pas oublier le fait qu’elle est l’épouse d’un député qui est dans le gouvernement, et qui est aussi un avocat réputé. Par ailleurs, elle est aussi une personne proche du pouvoir. Et la commission est supposément indépendante, neutre et loin de toute ingérence politique.

Donc, elle aurait été nommée suivant un «backing» politique ?
Je ne veux pas me prononcer la-dessus, mais il faut quand même être réaliste...

Y aura-t-il des conflits d’intérêts, selon vous ?
L’époux de Namrata Teeluckdharry est un avocat renommé et il fait très souvent appel à la Commission des droits de l’homme. Attendons voir le résultat. De plus, à ma connaissance, Namrata Teeluckdharry affiche clairement qu’elle est du côté du gouvernement.

Dans mon cas, tout le monde savait que c’était ma mère qui était la secrétaire générale du Parti travailliste et pas moi. Je n’ai jamais affiché mon affinité politique. Tant que possible, j’ai essayé d’être neutre.

Est-ce que cela aura un impact sur la National Human Rights Commission?
Il est fort probable que oui. Je trouve cela triste que ce soit une personne proche du pouvoir qui ait été nommée à un tel poste.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires