Fratricide à Cap-Malheureux: «Le mauvais sort s’acharne sur ma famille…»

Avec le soutien de
Françoise Desveaux dit ne rien avoir à reprocher à son fils Gabriel bien qu’il ait agressé mortellement son frère Didier (en médaillon).

Françoise Desveaux dit ne rien avoir à reprocher à son fils Gabriel bien qu’il ait agressé mortellement son frère Didier (en médaillon).

Françoise Desveaux en est convaincue. Un mauvais sort s’acharne sur sa famille. «Après avoir perdu un fils dans un accident de la route, le 31 décembre 2009, voilà que je perds mon aîné, Didier», lâche-t-elle dans un sanglot. Ce dernier, 39 ans, a été mortellement agressé par son frère Gabriel, 38 ans, dans la soirée du samedi 24 février, à Cap-Malheureux. 

Toutefois, Françoise Desveaux n’a pas de reproches à faire à son fils Gabriel. Au contraire. «Je le défendrai pour que justice soit faite.» Elle insiste sur le fait que Gabriel Desveaux a agi ainsi en voulant la défendre des coups de Didier. «C’est un fils exemplaire. Il a tout le temps été là pour moi. C’est à peine si on entend sa voix à la maison. Il travaille comme soudeur avec son père.»

A contrario, Didier Desveaux, clame sa mère, était loin d’être un enfant de choeur. Elle affirme qu’il était devenu un bourreau. «Il s’est séparé de sa femme et a laissé ses enfants. Depuis qu’il a atterri chez nous, il y a plus de cinq ans, il nous pourrissait la vie. Li nek bwar nou disan.» Et lorsque son fils ne travaillait pas, il la volait. 

Georgy Desveaux est, lui, d’avis que son fils a changé à cause de ses amis. «Ils ont semé la division entre sa famille et lui.» Qui plus est, le trentenaire était tombé dans l’alcool et était incontrôlable quand il buvait. «Dans le passé, il m’a souvent frappée», confie Françoise Desveaux.  

«Cette bagarre n’aurait pas dû finir ainsi»

Et samedi soir, Didier Desveaux a encore une fois fait preuve de violence après avoir bu quelques verres. Selon sa mère, il a commencé à s’en prendre à son père, car il voulait s’accaparer de la maison familiale. «Li dir mo mari tir mwa dépi la alé. Mé mo pa kapav donn li, mo bizin partaz ek mo bann lézot zanfan.» 

C’est alors que Gabriel est intervenu. Essayant, dans un premier temps de calmer son frère. Ce dernier n’a toutefois rien voulu entendre. C’est alors que le drame est survenu. Didier Desveaux a succombé à une rupture de la rate, selon les conclusions de l’autopsie pratiquée par le Dr Maxwell Monvoisin. 

Arrêté, Gabriel Desveaux est passé aux aveux et a été traduit devant la Bail and Remand Court, hier, dimanche 25 février, sous une accusation provisoire de meurtre. Françoise Desveaux, elle, n’en démord pas. «Cette bagarre n’aurait pas dû finir ainsi…»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires