Sébastien Rousset: «De nombreux enfants ne se retrouvent pas dans le système éducatif actuel»

Avec le soutien de
Sébastien Rousset, membre fondateur de L’Odyssée du Savoir.

Sébastien Rousset, membre fondateur de L’Odyssée du Savoir.

Sébastien Rousset, chef d’entreprise, père de quatre enfants, est membre fondateur de «L’Odyssée du Savoir», école alternative qui ouvrira ses portes en septembre.

Pourquoi avoir choisi d’ouvrir une école alternative ?
De par le monde, l’école est remise en question et de nombreux enseignants et scientifiques ont effectué et compilé des recherches, qui montrent qu’une autre approche est possible.

Nous faisons d’ailleurs venir et projetterons au MCiné de Trianon entre les 9 et 15 mars, le documentaire Une Idée Folle, qui parle de nouvelles pédagogies. La réalisatrice fera aussi le déplacement pour animer des débats au sein des établissements scolaires et animer des formations. L’objectif étant d’alimenter la réflexion sur l’école en général.

Inspirée des modèles éprouvés de Sudbury, Summerhills, ainsi que des pédagogies Freinet et Montessori, entre autres, L’Odyssée du Savoir offrira un cadre qui s’adapte aux enfants. Une école de la vie qui leur permettra de développer leurs talents personnels, ainsi que les fonctions exécutives nécessaires pour aboutir à leur projet personnel.

Avec ma femme Géraldine, nous avions un projet similaire il y a une dizaine d’années mais il n’a pas abouti. La rencontre entre Sylvie Gravil et Vincent Feuvrier de l’organisation non gouvernementale Anges du Soleil a été déterminante.

Nous sommes aujourd’hui un groupe d’une quinzaine de personnes qui portent bénévolement ce projet d’école alternative unique à Maurice.

Existe-t-il une demande pour une telle école ?
De nombreux parents et enfants ne se retrouvent pas dans le système éducatif proposé aujourd’hui. Nous avons choisi de faire cette école pour offrir un choix aux familles, une alternative à l’école traditionnelle. L’Odyssée du Savoir pensera à l’épanouissement des enfants de manière holistique et leur proposera des apprentissages à tous les niveaux et pas seulement académiques. Nous fonctionnerons notamment par projets, faisant appel à de multiples compétences et donnant du sens au savoir comme cela se fait beaucoup dans les écoles des pays scandinaves. Nous avons eu un retour positif de nombreux parents et notre école restera à taille humaine, soit d’environ 60 élèves.

Quand votre école verra-telle le jour et où se situera-t-elle ?
Nous aurons la chance d’être dans un bâtiment fraîchement rénové avec un grand jardin sur le campus de Médine, à Pierrefonds. En d’autres termes, à proximité des infrastructures sportives existantes comme des terrains de football et de basketball. La première rentrée sera en septembre 2018 et concernera dans un premier temps les élèves du primaire.

Comment se fera l’enseignement dans cette école ?
L’école proposera un éventail d’activités orientées et pensées pour le développement harmonieux, l’épanouissement et le bien-être de l’enfant. Y seront recréés les conditions de vie en société avec la diversité des profils : une mixité sociale, culturelle, d’âge et de linguistique, soit l’anglais, le français et le créole pour commencer. Ce lieu de vie favorisera les interactions avec la nature et les êtres vivants afin de familiariser les enfants à l’écologie et au respect de la vie. Il y aura aussi le respect et la connaissance de soi, à travers la méditation et le yoga. Le programme d’enseignement de référence sera le socle commun de l’académie française.

À qui sera adressée cette école alternative ?
À toute famille mauricienne qui se retrouve dans les pédagogies alternatives. Il est capital que les parents comprennent et adhèrent à la philosophie de l’école pour une cohérence dans l’éducation de l’enfant Les parents d’enfants de L’Odyssée du Savoir sont invités à contribuer aux activités de l’école et à soutenir l’épanouissement de l’enfant à la maison.

Quelles sont les différences entre le cursus scolaire de votre école alternative et celui des écoles déjà existantes dans l’île ?
Le système traditionnel considère l’enfant comme un vase vide qu’il faut remplir de connaissances diverses. Nous voyons l’enfant comme une graine, qui a déjà en elle tout son potentiel - par ailleurs différent pour chacun/e. Le rôle de l’école est de fournir un environnement adéquat et stimulant pour que la graine germe, grandisse et donne les fruits qu’elle désire donner, et non ceux que les enseignants veulent qu’elle donne.

Concrètement, nous favorisons la mixité des âges, la participation des enfants à l’élaboration et l’application des règles de fonctionnement de l’école, la liberté de choisir ses apprentissages et de les poursuivre à son propre rythme. Il n’y aura pas d’évaluation des niveaux mais un suivi du développement de chaque enfant. La mise en compétition systématique par la notation ne sera donc pas pratiquée.

Quel est le coût d’une éducation alternative ? 
Nous avons aligné nos tarifs sur ceux des écoles privées à Maurice. Le coût est donc assez élevé mais il est nécessaire de prévoir un certain budget pour offrir un environnement de qualité. Cependant, afin de promouvoir la mixité sociale, qui est une valeur importante de l’école, nous sommes en partenariat avec l’ONG Anges du Soleil, un des membres fondateurs de L’Odyssée du Savoir. Elle scolarise et encadre plusieurs enfants issus de milieux défavorisés d’un point de vue matériel car ils peuvent être très riches de valeurs et de coeur par ailleurs.

Un enfant ayant suivi le cursus dans une école alternative arrivera-t-il facilement à intégrer le cursus scolaire actuel par la suite ?
L’expérience à l’étranger montre que c’est possible. L’Odyssée du Savoir permettra aux enfants d’être de plus en plus autonomes et de se responsabiliser par rapport à leur propre vie. Les jeunes qui quittent ce type d’école n’ont aucun mal à réussir tout ce qu’ils entreprennent dans la vie puisqu’ils ont acquis les fonctions exécutives et savent avant tout se gérer.

L’école alternative est-elle l’avenir éducatif de Maurice ?
Je ne crois pas que toutes les écoles doivent devenir des écoles alternatives. Il faut une diversité. Cependant, il ne faut pas hésiter à s’inspirer des autres pédagogies pour faire évoluer l’éducation. Depuis trois décennies, les écoles scandinaves ont eu le courage d’entamer des changements progressifs. Il appartient aux Mauriciens de faire évoluer notre système éducatif.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires