Meurtre de Sailash Ramudu: Il n’aura pas eu le temps de célébrer sa première année de mariage

Avec le soutien de

Comment et surtout pourquoi des adolescents auraient tué son frère ? C’est ce que se demande Nikesh Ramudu, habitant de Chemin-Grenier. Le corps de son petit frère Sailesh Ramudu a été retrouvé en bordure de route à Flic-en-Flac, le vendredi 2 février dernier. Après deux semaines sans donner de nouvelles de la progression de l’enquête, la police a finalement procédé à l’arrestation de trois jeunes. Deux d’entre eux ont avoué leur forfait. N’empêche, pour la famille, l’incompréhension règne toujours.

Nikesh Ramudu est persuadé que les circonstances entourant le décès de son frère sont on ne peut plus louches. Il dit détenir des informations de son côté, mais qu’il attend que la police vienne, officiellement, i n f o r m e r les proches des éléments découverts dans son enquête.

«Cela va faire trois semaines depuis que mon frère a été tué. À aucun moment la police ne nous a contactés. Nous avons appris que trois jeunes ont été arrêtés à travers les journaux. Nous ne savons pas ce qu’ils ont dit dans leur déposition. Pourquoi ont-ils tué mon frère ?» s’interroge Nikesh Ramudu, que nous avons rencontré hier.

Pour cet habitant de Chemin-Grenier, il est difficile d’accepter qu’un tel sort se soit abattu sur le plus doux de toute la fratrie. En effet, Nikesh avance que Sailesh n’a pas le sang chaud. «Il est très improbable qu’il se soit battu ou qu’il ait eu des ennuis. Dans le passé, il avait été victime de vol et il connaissait les coupables, il n’a rien voulu faire parce que pour lui, ce qui comptait c’était d’être en bons termes avec tout le monde. Il ne mérite pas un sort pareil», soutient Nikesh Ramudu.

Il y a bien un élément qui fait sourciller les proches de Sailesh. Ce jeune homme de 29 ans avait, selon son frère, évoqué un différend qu’il avait eu avec un important homme d’affaires de l’Ouest quelques jours avant sa mort. «Il ne m’a rien dit d’autre et je ne m’y suis pas attardé puisque c’était sans gravité », poursuit le frère aîné de Sailesh. Ce dernier en profite pour faire taire les rumeurs selon lesquelles son frère revenait d’une partie de cartes, les poches remplies d’argent.

Fastueux mariage

«C’est complètement faux. Mon frère revenait du travail. Il était receveur à la CNT mais il devait faire un autre petit job dans le privé pour arrondir ses fins de mois. Surtout que dans le cas présent, il venait tout juste de subir une intervention chirurgicale qui l’avait rendu inapte à travailler. Et vu qu’il n’avait pas droit à des congés, il n’a pas été payé pendant sa convalescence. Ce qui l’a poussé à accepter un autre job lorsqu’il s’est remis de son opération», poursuit Nikesh.

Nikesh revient sur le mois de juin 2017. Son frère Sailesh s’est marié. Et grâce à ses proches, ce dernier a eu droit à un somptueux mariage. «Il n’a même pas eu le temps de fêter sa première année de mariage. Ce n’est pas facile pour nous. Nous avons perdu celui qui était le plus jovial de nous tous. Il n’avait pas d’autre passe-temps que d’être avec ses proches. Il était toujours présent pour assurer l’ambiance lors des fêtes familiales», se rappelle Nikesh.

«Prêt à contester la police s’il le faut»

Dans la journée du 17 février, trois personnes ont été arrêtées par la Criminal Investigation Division de Flic-en- Flac. Il s’agit d’un habitant de Floréal, âgé de 18 ans, et de deux mineurs domiciliés à St-Paul et Vacoas. Deux d’entre eux sont passés aux aveux. Mais du côté de la famille Ramudu, l’on attend de connaître les circonstances exactes de la mort de Sailesh. Mais, déjà, Nikesh Ramudu affirme qu’il est en contact avec un avocat au cas où la famille souhaiterait, dans quelque temps, contester l’enquête policière.

«La police a conclu à un foul play. Et je trouve cela suspect qu’elle a arrêté des adolescents quelques jours après que j’ai dit à la presse que la famille n’avait aucune nouvelle de la progression de l’enquête. Nous avons nos informations aussi. Si besoin est, nous contesterons la police», maintient Nikesh Ramudu.

Sailesh Ramudu avait été agressé mortellement. L’autopsie pratiquée par le chef du service médico-légal de la police, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, avait attribué son décès à une hémorragie intracrânienne. La victime aurait reçu plusieurs coups à la tête.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires