Meurtre de Chandee Gonnoo: «Dimounn bizin mor pou éna lord dans landrwa ?»

Avec le soutien de
C’est dans la de jeudi 15 février, que le corps sans vie de Chandeemooniah Gonnoo a été retrouvé à son domicile, à Cottage. 

C’est dans la de jeudi 15 février, que le corps sans vie de Chandeemooniah Gonnoo a été retrouvé à son domicile, à Cottage. 

Un ultime hommage a été rendu à Chandeemooniah Gonnoo, vendredi 16 février. Cette dernière, retrouvée morte à son domicile à Cottage, jeudi, aurait été victime d’un vol qui a mal tourné. Ses funérailles ont eu lieu chez son gendre Kandharsing Bhawonsingh, à Goodlands, hier. La tristesse de ceux présents est aussi mêlée à la colère. Proches et voisins décrient les nombreux vols dans le village, qui serait «infesté» de voleurs. Ils ne comprennent pas l’inaction des autorités, d’autant que la vieille dame a, à deux reprises, porté plainte l’an dernier.

Sanjana Loldharry, la petite-fille de la victime de 68 ans, abonde dans le même sens. «L’an dernier, lors du premier vol, on lui a pris son argent. La deuxième fois, ils ont fait main basse sur ses bijoux en or. Zot inn dir ‘madam, ou linz pa déviré anba lao, péna prev’.»

Elle ne comprend pas pourquoi les malfrats ont attaqué une femme si gentille. «Ma grand-mère m’a toujours dit de ne jamais refuser d’aider une personne.» Et ne pardonnera pas celui qui lui a fait cela. «Zot inn bles li dan so likou, inn ris li é inn kraz so lizié. Ses boucles d’oreilles, sa chaîne et une paire de bracelets en or ont été volés.» Toutefois, dit-elle, le porte-monnaie de la victime, qui était sur le lit, contenait toujours de l’argent.

Des habitants de School Lane, Cottage, ne cachent pas non plus leur révolte. Eux aussi évoquent les vols chez la victime. À l’instar de Rajesh Sookhee. «Linn fer bann dépozision mé okenn aksion pann pran. Li pa mérit sa. Linn déza dir mwa ‘Baboo, mo’nn fer lanket mé lapolis pa vini.» Il aurait été lui-même victime de plusieurs vols. «Plizir vol inn pasé dan landrwa é sa kontinié.» Selon lui, il est temps d’introduire le NeighbourWatch dans le quartier. «Nou bann abitan pa kapav soufer koumsa.»

Un autre voisin est hors de lui : il a été accusé par un autre voisin d’être l’auteur de ce meurtre. «Eski ou pansé si lapolis ti aret dimounn-la, mo ti bizin sibir sa ? Kot momem voler inn déza kokin. Lapolis pann get mo ka. Ou kwrar dimounn bizin mor pou éna lord dans landrwa ?»

Un boutiquier affirme que la région est remplie de voleurs. Comme il n’y a pas eu d’arrestation, les vols ont continué de plus belle.

En ce qui concerne le suspect, la police serait en présence d’informations qu’il s’était réfugié chez un proche à Bois-Marchand après les faits. Toutefois, une opération pour le coffrer n’a rien donné. La police soupçonne qu’il a également volé une motocyclette à Terre-Rouge pour prendre la fuite une fois son forfait accompli.


Trois couteaux saisis

«Stab wound to the neck.» Telle est la conclusion de l’autopsie pratiquée sur Chandeemooniah Gonnoo. Le Dr Prem Chamane a constaté que la victime avait une entaille de 15 cm et des bleus sur l’avant-bras et le visage. Trois couteaux ont été saisis et envoyés au Forensic Science Laboratoy. Et hier, à 20 heures, un jeune de 21 ans était toujours recherché.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires