Diaspora en Grande-Bretagne: 1 221 Mauriciens travaillent au National Health Service

Avec le soutien de
Le National Health Service accorde 33 jours de congé annuel.

Le National Health Service accorde 33 jours de congé annuel.

«Le salaire est très généreux et pour les congés, il y a possibilité d’avoir un an de congé maternité avec uniquement neuf mois de congés payés», constate Vasudha Luchmeeparsad, Business Manager travaillant dans le National Health Service (NHS), le système de santé britannique, depuis 2008. Le NHS emploie 1,2 million de personnes, dont 137 000 viennent de pays étrangers. Ils sont 1 221 Mauriciens à y travailler.

C’est ce que rapporte le site britannique dailymail le 8 février. Ce site reprend un rapport déposé à la bibliothèque de la House of Commons en date du 7 février.

Qui sont ces Mauriciens et comment sont-ils arrivés là ? Ils peuvent être médecins, infirmiers ou occuper n’importe quel autre poste dans le NHS y compris dans l’administration. «Les médecins qui rejoignent le NHS ou qui vont travailler dans d’autres pays le font de leur propre initiative et font leurs démarches, ils ne passent pas par le ministère de la Santé », explique le Dr Vinesh Sewsurn, président de la Medical Health Officers Association.

Attente

Le syndicaliste ajoute que travailler dans le NHS comme dans d’autres pays que la Grande-Bretagne attire beaucoup les médecins mauriciens surtout ceux qui peinent à trouver un emploi ou qui ont étudié dans les pays de l’Union européenne et qui n’ont pas d’engagement à Maurice. Si la procédure est longue pour être recruté dans le NHS, les médecins qui souhaitent partir sont déjà préparés à subir cette attente et à se présenter aux différents examens nécessaires au recrutement. «Il y a la sécurité d’emploi dans ces pays et le travail est bien réglementé et défini», fait ressortir Vinesh Sewsurn.

Ce n’est pas Vasudha Luchmeeparsad qui le contredira. Ce Mauricien âgé de 35 ans met en exergue les avantages qu’apporte un emploi dans le NHS. «Tout le monde peut faire sa demande s’il pense être qualifié et se lancer. Le NHS est un des meilleurs services pour lesquels j’ai travaillé. J’y suis depuis dix ans et je n’ai jamais vu personne se faire renvoyer. Si vous n’êtes pas à l’aise avec un aspect de votre emploi, vous pouvez être formé et avoir d’autres opportunités de vous améliorer», s’enthousiasme-t-il.

Selon lui, comme en ce moment il y a un manque de médecins généralistes, un exercice de recrutement est en cours. «Outre le salaire, il y a d’autres avantages comme les annual leaves qui sont de 33 jours en plus des congés maladie. Il y a aussi moyen de progresser dans sa carrière», précise Vasudha Luchmeeparsad.

Infirmiers

Du côté du ministère de la Santé, on indique que la majorité de ces 1 221 Mauriciens recrutés en Angleterre ont probablement rejoint le service il y a quelques années. On explique également que s’il y a saturation du nombre de médecins à Maurice, ce n’est pas le cas pour les infirmiers.

«Pour les infirmiers, il existe une convention qui décourage le recrutement dans certains pays d’Afrique à cause du manque de main-d’oeuvre dans ces pays», dit-on au ministère de la Santé. En effet, si le ministère essaye de mettre en place des accords avec des pays étrangers pour le recrutement de médecins, ce n’est pas la même chose pour les infirmiers surtout que le ministère souhaite qu’ils se spécialisent.

Cet accord décourageant le recrutement des infirmiers des pays en manque de main-d’oeuvre a justement bloqué un projet de HR Pro Ltd. Ce cabinet de gestion des ressources humaines, basé à Maurice, avait proposé l’année dernière la possibilité pour des infirmiers de travailler en Angleterre.

Il était question du recrutement de 100 infirmiers avec un salaire d’environ Rs 88 000 mensuellement à la clé. «Nous avions commencé la pré-sélection des candidats et nous avons vu tous les curriculum vitae mais le projet a été bloqué, fait remarquer Hacinna Djakour, directrice de HR Pro Ltd. Environ 200 candidats étaient intéressés. Ils auraient eu une période d’essai de trois mois dans le service de santé publique pour ensuite avoir un contrat à durée indéterminée. Pour l’instant, tout est on hold.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires