Handball: «C’est un rêve de gamin de jouer au haut niveau» dit Stéphane Tabardin

Avec le soutien de
Stéphane Tabardin a participé au championnat d’Asie avec l’Australie.

Stéphane Tabardin a participé au championnat d’Asie avec l’Australie.

Issu de Rose-Hill, le handballeur Stéphane Tabardin porte désormais les couleurs de l’Australie. En début d’année, il a participé aux Championnats asiatiques en Corée du Sud. Après dix ans passés sur le grand continent, l’ancien sociétaire de l’Union sportive de Beau-Bassin- Rose-Hill nous parle de ses projets, de sa vie en Australie et de son récent mariage avec la volleyeuse Charlène Fleury.

Comment tu t’es retrouvé dans la sélection d’Australie ?
Vu que je joue au handball pour l’État de Victoria depuis 2010, je me suis fait des amis qui jouaient déjà en sélection. Le coach de l’époque voulait que j’intègre la sélection mais vu que je n’avais pas encore mon permis de résidence, c’était impossible. Une fois ce document obtenu, la fédération de handball australienne a fait des démarches pour que j’aie mon passeport australien le plus tôt possible.
 
Quel sentiment cela fait de porter le maillot Aussie ?
C’est une fierté et un sentiment de devoir accompli en même temps. C’est un peu le fruit de tous les efforts faits aux entraînements et à la gym. C’était aussi un de mes rêves de gamin de jouer au haut niveau. Le plus impressionnant surtout c’est d’avoir eu la possibilité de côtoyer des joueurs de renom comme Ben Ali, Capote, les frères Esteki, Miyazaki entre autres.

Notre compatriote s’est intégré sans mal au sein de la sélection australienne.

Pourras-tu remettre le maillot de Maurice un jour ?
Je ne pense pas. Je commence à me faire vieux à bientôt 34 ans et je ne sais pas si j’apporterais beaucoup à l’équipe. Mais on ne sait jamais. L’île Maurice reste quand même mon pays natal et malgré le fait qu’on ne m’avait pas approché pour les derniers Jeux des îles de l’océan Indien (NdlR : en 2015), Maurice a une grande place dans mon coeur.

Depuis ton départ de Maurice, qu’est-ce qui t’est arrivé dans la vie entre tes études, ton travail et le sport ?
Beaucoup de choses. J’ai terminé mes études en 2010. J’ai eu un travail à plein-temps avec la YMCA. Puis on est parti vivre à Wangaratta pour deux ans pour avoir le permis de résidence. 
Malgré les trois heures de route de Melbourne, tous les week-ends, on allait jouer au handball. J’ai officiellement intégré la sélection australienne en 2015 juste avant les qualifications pour les Championnats du monde au Qatar.

Puis on est retourné vivre à Melbourne car j’ai eu une promotion dans mon travail. Je suis actuellement Operation Director pour un centre de récréation qui comprend cinq piscines dont une de 50 mètres et une salle de gym. On a aussi acheté un chien qui s’appelle Beau en 2016 et c’est notre bébé.

«Vu que l’Australie est immense, les joueurs sont répartis un peu partout et c’est dur de se regrouper aussi souvent.»

Qu’est-ce qui est différent dans le handball mauricien et australien ?
Déjà, on n’a pas de terrain réglementaire pour s’entraîner. On n’a pas le support du gouvernement. Donc, tous les camps d’entraînement et stage c’est à nos frais. Pour participer aux tournois internationaux on contribue au minimum à hauteur de $ 2000 par joueur. Après, pour les camps d’entraînement, c’est dur. Vu que l’Australie est immense, les joueurs sont répartis un peu partout et c’est dur de se regrouper aussi souvent.
Vu que l’État ne nous aide pas, on ne s’entraîne jamais avec nos internationaux et après c’est dur de les intégrer dans le système en une semaine.

Comment se passe l’intégration avec les autres coéquipiers ?
Sans aucun souci. Les joueurs sont très sympas et je côtoie la majorité d’entre eux dans le championnat australien. Donc ça m’a aidé pour intégrer le groupe.

Dans quels tournois as-tu participé ?
J’ai fait les qualifications pour les Championnats du monde 2016 au Qatar et j’étais en Corée de Sud pour les Championnats asiatiques qui ont aussi servi comme qualification pour la Coupe du monde 2018.

Après son récent mariage à Maurice avec la volleyeuse Charlène Fleury, Stéphane Tabardin nourrit plein de projets.


Tu es venu à Maurice en décembre pour te marier. Comment cela s’est passé ?
Très bien. Le mariage a été une réussite en grande partie grâce à ma femme Charlène, son parrain Lensley et notre amie Diane. C’était difficile de cordonner tous les détails depuis l’Australie mais tout s’est bien passé au jour J. On en a profité pour passer les fêtes de fin d’année avec la famille, surtout ceux qu’on voit rarement car ils sont en Europe.

Pour ma femme et moi, c’était bien car c’est la première fois depuis 2008 qu’on revient en période de fête.

Quelles sont les prochaines étapes dans ta vie et dans le sport ?
Les gros projets sont, d’acheter une maison, voyager, finir les études universitaires et après avoir des enfants. Concernant le handball, je ne sais pas encore, après le tournoi en Corée j’en parlerai avec le coach pour savoir ‘what’s next’. Sinon je vais continuer de bosser avec mon club St-Kilda et on verra en temps et lieu.



L’Australie éliminée au premier tour

Le championnat d’Asie de handball a vu la victoire du Qatar sur le Bahrein. La Corée du Sud a pris la médaille de bronze. Quatorze pays ont participé à ce tournoi du 18 au 28 janvier dernier. Après un tour préliminaire où seules les deux premières nations de chaque groupe se sont qualifiées pour le tour suivant, huit nations se disputaient le tour principal.

L’Australie de Tabardin participait pour la première fois au championnat d’Asie.

Pour la première fois, l’Australie, la Nouvelle- Zélande et le Bangladesh participaient à cette compétition. Malheureusement pour Stéphane Tabardin, six équipes ont été éliminées du tour préliminaire : l’Ouzbékistan, l’Australie, l’Inde, le Bangladesh, la Chine et la Nouvelle-Zélande.

L’Australie a été sortie de la poule B à la suite de deux revers contre Bahreïn (10-33) et Oman (19-33). Les Bahreïnis ont pris le meilleur sur Oman (30-23) pour la première place du groupe.


Bio express

Nom : Jean Stéphane Tabardin
Âge : 33 ans
Date de naissance : 5 mai 1984
Clubs précédents : USBBRH
Adresse : 36 Bella Crescent, Hallam Vic
Ce que j’aime dans la vie : le sport, ma famille, mon chien, le cinéma, sortir avec les amies et les pâtes
Ce que je déteste dans la vie : les légumes, l’hypocrisie, le mensonge
Passe-temps : la télé, aller à la plage, jouer avec mon chien

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires