St-Valentin: Suzanne et Claude, amoureux depuis 45 ans !

Avec le soutien de
Suzanne, 64 ans, et Claude Carnelle, 74 ans, se sont mariés depuis 45 ans.

Suzanne, 64 ans, et Claude Carnelle, 74 ans, se sont mariés il y a 45 ans.

Ils se sont rencontrés il y a longtemps. Très longtemps. Mais c’est comme ci c’était hier. Suzanne, 64 ans, et Claude Carnelle, 74 ans, en sont à leur 45e année de vie conjugale. La St-Valentin et l’amour, dites-vous ? «Nous la fêterons entourés de nos enfants. Nous chérissons davantage les moments passés ensemble maintenant, car nous sommes vieux et malades et que ne savons pas de quoi sera fait demain.»

«Aster ou take away! Lontan, ou ti bizin fer demann, avoy panié ek let ek attann gagn enn répons. Si fami tifi dakor, lerla koumans frékanté sinon ou tasé.» 

Un conseil pour les jeunes, à une époque où divorces et séparations sont légion ? «Si vous rencontrez cette âme soeur, celle qui vous fait vibrer, ne la laissez pas s’en aller si l’erreur vient de vous. Car vous retomberez sûrement amoureux de nouveau, cela peut arriver trois ou quatre fois dans la vie, dit-on, mais le côté fusionnel, on ne le retrouve pas avec n’importe qui…» Le secret du bonheur alors ? S’aimer tout simplement et ne pas se laisser submerger par les aléas de la vie.

Suzanne et Claude Carnelle ont connu des hauts et des bas mais leur amour a
tenu le coup.

Claude raconte qu’il avait environ 30 ans lorsqu’il a rencontré sa douce Suzanne pour la première fois. Celle qui est par la suite devenue sa femme et la mère de leurs six enfants. Jadis, les affaires de coeur étaient différentes. «Aster ou take away! Lontan, ou ti bizin fer demann, avoy panié ek let ek attann gagn enn répons. Si fami tifi dakor, lerla koumans frékanté sinon ou tasé.» N’empêche que, pour séduire Suzanne et faire d’elle son épouse, il a lutté contre vents et marées car sa bien-aimée ne le voyait pas en Valentin mais en un Saint qui devait rester loin…

Promis à sa cousine

Suzanne explique qu’au tout début, elle ne voulait pas épouser Claude. Et que ce sont leurs parents respectifs qui avaient, à l’époque, tout arrangé. «Nos mères se connaissaient et, en fait, il était promis à ma cousine jusqu’à ce que l’on se rencontre un jour lors d’un mariage. Nous étions des parents éloignés, nous sommes vus pour la première fois ce jour-là. Comme à l’époque, arrivé un certain âge, les filles et les garçons devaient se marier, les parents de Claude avaient trouvé une de mes cousines pour lui. Mais lui est resté bloqué sur moi.»

Demande refusée

Une semaine après ce fameux mariage, Suzanne raconte que Ton Claude et sa famille ont débarqué chez elle sans crier gare. «Il est tombé amoureux de moi depuis le mariage mais moi je ne l’avais pas calculé et j’ai refusé d’accepter leur demande», se souvient-elle. D’ailleurs, ils en rient aujourd’hui encore.

«Un picotement au niveau du cœur…»

La persévérance et la détermination de Claude l’emporteront au final. Ce dernier n’abandonnant pas l’espoir de pouvoir épouser Suzanne. Chaque semaine, pour pouvoir être avec elle, il lui proposait d’aller au cinéma, avec ses sœurs et ses cousines. Et puis un jour, arrive ce qui devait arriver.

«J’ai ressenti un picotement au niveau du coeur ce jour-là», dit Suzanne. Et d’ajouter : «Finalman, nou finn kit sinéma apré fim mé lamé inn res dan lamé ziska lakaz.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires