Saisie de jus toxique: «C’est plus que choquant!» affirme Pravind Jugnauth

Avec le soutien de
Les bouteilles de jus saisies contenaient du kérosène, du pesticide et de l’herbicide.

Les bouteilles de jus saisies contenaient du kérosène, du pesticide et de l’herbicide.

«Bizin koné ki’nn arivé.» Interrogé sur la saisie de jus toxique distribué aux pèlerins, le chef du gouvernement a indiqué que le Prime Minister’s Office suit l’affaire de près. Au dire de Pravind Jugnauth, «sertennman li choquant, li plis ki choquant!» Il intervenait hier, lundi 12 février, à sa sortie de Grand-Bassin.

Quid des sanctions qui seront prises ? Les pèlerins rencontrés à Grand-Bassin hier sont unanimes à condamner ce qui s’est passé. Se disant choqués, révoltés, voire déçus devant cette distribution de jus toxique, ils réclament justice. Le Premier ministre explique toutefois que la police doit d’abord mener son enquête.

Toutes les unités de la police ainsi que les agents du service de renseignement sont, effectivement, mobilisés pour identifier l’individu qui a distribué des bouteilles de jus mélangé à du kérosène, du pesticide et de l’herbicide aux pèlerins. Les analyses effectuées par le Forensic Science Laboratory ayant confirmé, hier, la présence de ces substances.

«Loder-la ti extra for…»

Du côté de l’unité antiterrorisme et des Casernes centrales, c’est également l’alerte maximale. Visionnages des images des caméras de surveillance à Phœnix et Rose-Hill, interrogatoires et contre-interrogatoires… Forts des informations récoltées jusqu’ici, les enquêteurs affinent leurs recherches. Ils se concentrent sur une voiture grenat, suivant les indications d’un témoin.

La police a, une nouvelle fois, interrogé les deux témoins qui ont porté plainte à la police. L’un d’eux, un ressortissant indien employé par une compagnie privée, affirme qu’il était à Rose-Hill, samedi soir, quand un individu lui a remis une boîte contenant 30 bouteilles de jus. Un travailleur social a également réceptionné une cargaison de 26 bouteilles. L’un d’eux soutient que le suspect se trouvait à bord d’une voiture de couleur grenat.

Un pèlerin qui se trouvait à Phœnix raconte qu’il y avait deux voitures près d’une tente. Croyant qu’il s’agissait de bénévoles, «nou pa finn mem get bann dimounn-la bien», regrette-t-il. Il souligne qu’en ouvrant la bouteille, l’odeur qui s’en émanait l’a intrigué. «Loder-la ti extra for. Ti kouma enn loder lésans», dit-il. D’ajouter qu’il y a un pèlerin qui a arraché la bouteille des mains d’un autre. «Li’nn dir li pa bwar sa.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires