Retrouvé mort en détention: la famille du policier Hurreechurn poursuit l’État

Avec le soutien de
Arvind Hureechurn avait été arrêté avec 2 kg d’héroïne dans ses valises le 27 octobre à l’aéroport de Plaisance.

Arvind Hureechurn avait été arrêté avec 2 kg d’héroïne dans ses valises le 27 octobre à l’aéroport de Plaisance.

Rs 50 millions. C’est la somme que réclame la famille d’Arvind Hurreechurn à l’État. Elle a déposé une plainte hier, mercredi 7 février, par le biais de l’avoué Doorgacharun Luchmun et de l’avocat Viren Ramchurn, en Cour suprême. Le policier avait été retrouvé mort dans sa cellule le 29 octobre 2016 au centre de détention de Moka.

Les proches d’Arvind Hureechurn estiment qu’il ne peut être décédé «happily in prison». Ils en tiennent la police pour responsable d’autant qu’elle aurait dû veiller sur le détenu. «Il était sous la garde de la police», dit la famille qui, dans sa plainte, a expliqué que deux individus se seraient introduit chez le constable en se présentant comme son ami. Ils l’ont ensuite conduit au poste de police. C’est alors qu’Arvind Hureechurn avait été placé en état d'arrestation.

Deux kilos d’héroïne, d’une valeur marchande de Rs 30 millions, avaient été découverts dans la valise du policier, le 27 octobre 2016, à l’aéroport de Plaisance. Arvind Hurreechurn revenait d’un voyage de Madagascar. Placé en détention à Moka, il a été retrouvé pendu au lavabo de sa cellule deux jours plus tard.

Si le rapport d’autopsie avait confirmé la thèse du suicide, la famille a toujours dénoncé la mort qu’elle estime «suspecte» du policier. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires