MMM: le sort de Steve Obeegadoo confié au comité central

Avec le soutien de
L’heure n’est plus aux réjouissances entre Paul Bérenger et Steve Obeegadoo (à g.).

L’heure n’est plus aux réjouissances entre Paul Bérenger et Steve Obeegadoo (à g.).

Sept membres du Bureau politique du MMM n’ont pas suivi la voie indiquée par leur leader Paul Bérenger. Celle portant sur la motion de blâme contre Steve Obeegadoo. Deux factions semblent se distinguer…

À peine se remet-il de sa lourde défaite à l’élection partielle de Belle-Rose – Quatre-Bornes que de nouvelles secousses se font sentir au sein du MMM. S’il n’y a pas de mouvement contestataire organisé, il y a de plus en plus de voix qui s’élèvent contre les décisions du leader Paul Bérenger dont certaines plus fortes que d’autres.

Le premier pour l’heure à en subir les frais, c’est le président de la commission éducation, Steve Obeegadoo, qui est connu pour être un rebelle aux yeux de la direction mauve. Le déclencheur : un entretien accordé à l’hebdomadaire Week-End. Lundi, une motion de blâme a été votée contre ce dernier.

28 membres du bureau politique ont participé au vote. Cinq ont voté contre la motion et deux se sont abstenus. L’exercice s’est tenu par bulletin secret. Steve Obeegadoo, lui, affirme qu’il ne regrette en rien ses propos. Ajoutant que le parti doit se ressaisir s’il espère une remontée.

Si le leader l’emporte avec une majorité confortable, la question se pose sur ces sept membres du BP qui n’ont pas suivi la voie indiquée par le leader. «Bérenger a montré son mécontentement après que les sept membres ne l’ont pas suivi. Il a même renvoyé tous les autres points à l’ordre du jour à la semaine prochaine.»

Il faut aussi ajouter à cela la volte-face de Bérenger, samedi, lors du comité central. «Il savait que la majorité ne le suivrait pas cette fois pour le renouvellement des instances en mars ou avril. C’est à partir de là qu’il a proposé cette motion laissant le choix aux membres du comité central de choisir la date de l’élection», avance une autre source au sein du BP des mauves.

La position de Pradeep Jeeha sur la motion a surpris plus d’un. D’autant plus qu’il aurait avancé un point indiquant que c’est au comité central de prendre une décision sur le cas de Steve Obeegadoo. «Il y avait des propos très virulents à son égard. Certains lui ont même dit de quitter le MMM alors que d’autres l’ont accusé de vouloir prendre la place de Bérenger. Des membres lui ont aussi reproché de ne pas avoir suffisamment participé à la campagne pour la partielle.»

Il ressort qu’un membre du BP a même demandé à Steve Obeegadoo de s’excuser. Ce que ce dernier aurait refusé de faire. Pourtant l’argument des voix contestataires est qu’il est temps de comprendre pourquoi le MMM a essuyé neuf défaites électorales.

«Il ne faut pas personnaliser les choses, plusieurs voix s’élèvent. Il y a eu Françoise Labelle, lors du dernier comité central, qui s’est prononcée contre un renouvellement des instances dans l’immédiat de même que Pradeep Jeeha et Aadil Ameer Meea. Pradeep Jeeha s’est aussi prononcé contre la motion de blâme contre Obeegadoo», rappelle pour sa part un membre du bureau politique (BP) du MMM.

«C’est un cas d’indiscipline»

 Quel sera le sort réservé à Steve Obeegadoo ? Ajay Gunness, secrétaire général du parti, indique que la décision n’a pas encore été prise et que ce sera au comité central de trancher. «Nous allons voir l’évolution de la situation et si rien ne change, la question sera transmise au comité central. Ce n’est pas qu’il ait donné une interview qui dérange mais plutôt les propos qu’il a tenus. C’est un cas d’indiscipline et il peut y avoir des sanctions», précise-t-il.

Quid de ces sanctions ? Le rapport de la Task Force prévoit des actions en cas de culpabilité devant une cour de justice, d’encouragement au racisme, au castéisme, au communalisme et à la discrimination. Les actes de violence lors d’une activité politique, les abus sur les femmes ou les enfants et l’usage d’un poste de responsabilité au sein du parti ou de l’État à des fins d’enrichissement personnel sont passibles de sanctions. Mais nulle mention de déclarations déplaisantes à la presse.

Mise en place en mai 2015, cette Task Force du MMM avait pour objectif de revoir et d’améliorer le fonctionnement du MMM. Or, plusieurs points avancés par cette cellule n’ont toujours pas été appliqués à ce jour. On y retrouve un code de conduite définissant les droits et devoirs des militants de même que les élus, la mise sur pied d’une ligue des vétérans, d’un comité des sages qui est une instance indépendante veillant au respect de la constitution du parti et d’un policy council qui se charge de la préparation du projet politique évolutif du parti, entre autres.

Obeegadoo soutenu au n° 17

Le comité régional du n° 17 s’est réuni hier pour discuter, entre autres, de la motion de blâme contre Steve Obeegadoo. Dans leur grosse majorité, les membres ont exprimé leur soutien à ce dernier. Une rare voix qui s’est élevée pour défendre la motion de Paul Bérenger était celle d’Ananda Rajoo. Et il s’est vite retrouvé esseulé hier face aux militants révoltés.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires