Disparition de Causette Lanande: «Quelqu’un séquestre ma mère»

Avec le soutien de
Une plainte a été déposée au poste de police de Moka pour la disparition de Causette Lanande.

Une plainte a été déposée au poste de police de Moka pour la disparition de Causette Lanande.

«Je connais ma mère, elle doit avoir des soucis. Il doit y avoir quelqu’un qui tente de lui faire du mal.» C’est ce que martèle Déborah, la fille de Causette Lanande. Cette dernière n’est pas rentrée chez elle, à Moka, depuis le 22 janvier. Les rares fois qu’elle a contacté ses proches, elle avait la voix qui tremblait et aurait même donné le nom de celui qui l’empêchait de retourner chez elle. Une plainte a été déposée au poste de police de Moka. Une enquête est actuellement en cours.

Déborah a appris la disparition de sa mère en rentrant du travail le 22 janvier. «Ma mère et ma belle-mère surveillent mes enfants à tour de rôle quand je suis au travail. Lundi, quand je suis rentrée, ma mère n’était pas là. Je l’ai appelée à plusieurs reprises, mais personne n’a répondu.»

Pendant la journée, Causette Lanande avait contacté son époux pour lui dire d’acheter des légumes. Elle l’a ensuite rappelé dans l’après-midi pour lui dire «mo bizin alé». «Mon père ne l’a pas pris au sérieux», souligne Deborah.

Des appels troublants

Malgré les nombreux appels, lundi et mardi, Causette n’a pas répondu à ses proches. Ce n’est que mercredi dernier qu’elle aurait envoyé un message à Déborah pour lui dire de ne pas s’inquiéter et qu’elle se trouvait aux Seychelles. «Je sais que ce n’est pas ma mère qui m’a envoyé ce message vu la façon dont c’était écrit. De plus, son passeport était à la maison. Comment elle a pu se rendre làbas se demande la jeune femme de 23 ans. Les autres enfants de Causette Lanande lui auraient envoyé des messages, mais elles leur auraient répondu d’arrêter, sinon elle se suiciderait.

D’ailleurs, en interrogeant l’employeur de Causette Lanande, les proches auraient appris qu’elle avait démissionné de son poste depuis trois mois. En questionnant une amie de sa mère, Déborah a d’ailleurs su qu’elle recevait souvent des appels qui le troublaient. «Ma mère devenait nerveuse et cherchait des excuses pour partir.» Jeudi dernier, Deborah l’a appelée à nouveau. Causette a répondu. «Elle m’a donné un nom et m’a dit que cette personne, un habitant de Belle-Vue-Maurel, l’empêche de partir. Je l’ai suppliée de me dire où elle se trouvait, mais au même moment, j’ai entendu des bruits et elle a raccroché.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires