Suspect nu et enchaîné: «Pa pou tard-tardé ar lanket», dit Maneesh Gobin

Avec le soutien de
L’Attorney General soutient que des sanctions seront prises s’il y a lieu.

L’Attorney General soutient que des sanctions seront prises s’il y a lieu.

Depuis que l’affaire David Gaiqui a éclaté samedi, l’Attorney General, Maneesh Gobin, fait savoir qu’il suit l’évolution de très près. «Comme tout le monde, j’ai été choqué et troublé par cette photo. J’ai parlé à l’adjoint au commissaire de police pour qu’une enquête soit lancée sur cette affaire de brutalité policière. Elle est en cours.»

La Human Rights Commission diligentera aussi une enquête et il est possible que le magistrat en demande une aussi, a fait savoir Maneesh Gobin. Il précise qu’il veillera à ce que tout se passe vite. Un premier rapport sur ce qui s’est passé cette nuit-là au poste de police de Curepipe devrait être soumis cette semaine. «Pa pou tard-tardé ar lanket. À la lumière de cela, des sanctions seront prises s’il y a lieu», poursuit-il. D’ailleurs, selon nos informations, l’équipe qui travaillait ce soir-là sera entendue aujourd’hui au CCID, en présence de Devanand Reekoye.

Commentant le «strip search» que défendent les policiers et leur syndicat, l’Attorney General explique que cette pratique existe, mais il y a des paramètres stricts à respecter. «Combien de temps prend une fouille corporelle et combien de temps est-ce que le suspect est resté nu ?», se demande-t-il. Ce sera à l’enquête de déterminer si la thèse de «strip search» tient ou pas.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires