Ganoo sur le suspect dénudé et enchaîné: «Il y a toujours des ‘black sheep’ au sein de la police»

Avec le soutien de
Le leader du Mouvement patriotique, Alan Ganoo condamne l’acte de «barbarie» de la part de certains policiers.

Le leader du Mouvement patriotique, Alan Ganoo condamne l’acte de «barbarie» de la part de certains policiers.

Le cas du suspect qui a été dénudé et enchaîné au poste de police de Curepipe ne le laisse pas insensible. Et lors de sa conférence de presse hebdomadaire, ce samedi 27 janvier, le leader du Mouvement patriotique (MP) l’a bien fait comprendre. Il condamne cet acte qu’il qualifie de «barbare» et affirme qu’il y a des policiers qui «font honte à la force policière».

«Kouma enn prisonié kapav touni dan enn stasion lapolis ? Malgré ka Toofany, ankor éna bann ‘black sheep’ dan lapolis. Malgré Police Commission et commission des droits humains ankor éna bann kondision parey», se demande Alan Ganoo. Et de poursuivre que «le commissaire de police, Mario Nobin doit initier une enquête et suspendre les policiers impliqués. Sa foto-la pa fer loner a moris ki dir ki li enn pei démokratik é respekté drwa imin».

Le leader du MP a également commenté les récentes intempéries lors de son point de presse. Alan Ganoo est persuadé que Maurice doit revoir son modèle de développement promu, il y a des décennies. «Boukou pei pé réget zot model dévelopman, nou non. Ti bizin koumans fer bann gro prozé la lor enn baz dévelopman durab. Metro Express par examp, nounn anlev nésésité éna EIA (Environment Impact Assessment). Nou pé pei bann konsékans bann dévlopma nounn améné», a fait ressortir Alan Ganoo. Il a aussi pointé du doigt le gouvernement qui, dit-il, «ne donne pas les moyens nécessaires aux collectivités locales et autres autorités pour bien faire leur travail».

Commentant le protocole en cas de pluies torrentielles, le leader du MP est d’avis qu’il ne faut pas y avoir deux différents régimes dans ces conditions. «Le gouvernement a été mal conseillé. Bisin gagn enn protokol commun ki pou permet amployé privé ek piblik suiv bann mem direktiv.»

Répondant à une question de l’express sur les subventions des partis politiques par l’État, Alan Ganoo est plus que convaincu qu’il faut trouver un consensus. Pour ce faire, dit-il, il faut mettre sur pied un Select Committee au sein duquel le gouvernement siègerait en majorité. «Le financement des partis ne concerne pas uniquement les partis politiques au pouvoir. Mo pansé sé là ki nou ti pou kapav trouv enn konsensus lor enn model, lor enn formil», explique le leader du MP. Et de poursuivre que «le financement des partis politiques à Maurice est devenu une urgence». Il dit, toutefois, comprendre les Mauriciens s’ils ne sont pas d’accord que l’État finance les partis. Il assure, néanmoins, que ce problème peut être réglé. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires