Élection partielle: que sont devenus les candidats disparus du circuit médiatique ?

Avec le soutien de
Si certains candidats à la partielle ne chôment pas, d’autres en profitent pour passer du temps en famille.

Si certains candidats à la partielle ne chôment pas, d’autres en profitent pour passer du temps en famille.

Ils faisaient la une des journaux en décembre. Mais aussitôt le vainqueur de la partielle annoncé, les 39 autres candidats en lice ont disparu du circuit médiatique. Que sont-ils devenus ? Zoom sur quelques-uns d’entre eux.

Tania Diolle se marie

Malheureuse en politique, heureuse en amour. La candidate du Mouvement patriotique a surpris plus d’un en convolant en justes noces début janvier avec son ami d’enfance, Krishnen Kistnen. Son mariage a eu lieu quelques jours seulement après la partielle au no18. C’était un événement que la trentenaire avait préparé dans le plus grand secret.

La cérémonie a eu lieu au Tamarina Golf Estate dans la plus grande intimité, en présence des proches et des amis du couple. Comment la chargée de cours a-t-elle jonglé entre la campagne électorale et les préparatifs du mariage ? «Le gros avait été fait avant. Et après l’élection, on a finalisé les détails», a-t-elle confié. Mais pas question pour la nouvelle mariée de délaisser la politique. Tania Diolle compte s’investir davantage en proposant de la réflexion et des débats au sein de son parti.

Roshi Bhadain s’achète une nouvelle robe

Bien qu’il ait perdu son pari, celui de gagner haut la main cette joute électorale, Roshi Bhadain n’a pas pour autant abandonné la politique. Bien au contraire, le leader du Reform Party a réuni ses sympathisants en Angleterre pour un «networking meet» au Lincoln’s Inn. Des Mauriciens, pour la plupart installés dans la capitale britannique, qui soutiennent les idées de l’ancien ministre de la Bonne gouvernance.

Celui qui est arrivé en troisième position après Nita Juddoo a aussi profité de son passage à Londres pour s’acheter une nouvelle robe. Une robe d’avocat bien sûr, fait-il savoir sur sa page Facebook. Roshi Bhadain, bientôt de retour dans les cours de justice, avait promis de retourner à son premier amour, le droit, en cas de défaite à la partielle.

Jack Bizlall prend ses distances de Facebook

Requinqué par le score flatteur à la partielle (2 611 voix), Jack Bizlall n’a pas le temps de chômer. Outre quelques réunions de remerciements, l’homme qui incarne la gauche entend réunir les jeunes et de nouveaux adhérents. Mais plus possible de continuer sur le réseau social Facebook. Là où il s’était pourtant inscrit pendant la campagne pour pouvoir parler au plus grand nombre. «À la rigueur, l’e-mail peut passer ; mais pas Facebook, qui a le désavantage de créer des amis virtuels. Certains ne sortent pas et ne maintiennent des rapports avec l’extérieur qu’avec leur smartphone», soutient le vétéran.

Jack Bizlall entend toutefois tisser sa toile. Le candidat du Muvman premye me veut créer un site pour que les rencontres soient porteuses de savoir, savoir être et savoir-faire, explique-t-il sur sa page Facebook !

Nita Juddoo ne laisse pas de trace

La candidate du Mouvement militant mauricien (MMM) savait qu’elle a été une candidate de circonstance. Déjà, elle avait provoqué du grabuge quand elle avait été préférée à Vijay Makhan. D’ailleurs, son score (14,33 %), le pire que les mauves ont réalisé lors d’une partielle, complique davantage sa position de néophyte.

Ce résultat a également occasionné des tensions au sein du bureau politique, certains membres voulant remettre en question le leadership de Paul Bérenger. Le leader du MMM avait fait ressortir que Nita Juddoo n’allait pas bénéficier de ticket pour les élections générales. Autant de facteurs permettant de comprendre pourquoi la candidate a disparu du circuit.

Dhanesh Maraye dans le cocon familial

Autre disparu du paysage médiatique : Dhanesh Maraye, qui pense encore ses bleus. S’il estime avoir intériorisé la défaite, il est conscient que sa contre-performance a mis le Parti mauricien social-démocrate (PMSD) dans une situation délicate. Le MMM n’a ainsi pas tardé à réclamer le poste de leader de l’opposition et le chef du PMSD a concédé qu’il sera difficile pour son parti d’aller seul aux prochaines législatives. Depuis la proclamation des résultats, l’expert-comptable, qui s’est volatilisé du no18, dit avoir trouvé du réconfort auprès de sa famille.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires