Mahen Utchanah: «Animer le réseau de la diaspora c’est construire des ponts»

Avec le soutien de
Mahen Utchanah, ancien ministre de l’Énergie.

Mahen Utchanah, ancien ministre de l’Énergie.

À 67 ANS, Mahen Utchanah est un homme très occupé. Celui qui a été ministre de l’Énergie de 1983 à 1994 est le président du Global Organisation of People of Indian Origin (GOPIO) International, le réseau mondial de la diaspora indienne. 

En 1994, l’ancien bras droit de sir Anerood Jugnauth (SAJ) à Rivière-du-Rempart s’est retiré de la politique active. Sa décision faisait suite à une controverse liée à un projet d’acquisition de turbines à gaz par le Central Electricity Board. À la même période, il doit être au chevet d’un membre de sa famille, gravement malade. 

Aujourd’hui, Mahen Utchanah garde un souvenir amer de ces années difficiles. «Mes enfants ont beaucoup souffert de stigmatisation dans ces moments-là», regrettet- il. Cependant, l’ex-ministre ne se montre pas revanchard. «Je préfère ignorer ceux qui m’ont injustement accablé.» Désormais, l’ex-politicien se concentre sur son engagement pour animer et étendre le réseau de la diaspora indienne. 

À ce chapitre, le Mauricien a engrangé quelques belles réalisations. Il est très fier que la preuve d’ascendance pour faire partie de la diaspora indienne n’est plus limitée à trois générations. «C’est une idée de Raouf Bundhun, ancien vice-président de la République, que nous avons portée devant les autorités indiennes», révèle Mahen Utchanah. Désormais, toute personne qui peut prouver son ascendance indienne, indépendamment du nombre de générations, peut intégrer le réseau GOPIO et réclamer sa carte d’Overseas citizens of India (OCI). 

Il y a quelques années, avec la collaboration d’un des fondateurs de la branche réunionnaise du GOPIO, feu Gilbert Canabady, Mahen Utchanah contribue à l’extension du réseau GOPIO à des pays francophones. «Nous devons notre affiliation à GOPIO International, basé à l’île Maurice», peut-on lire sur le site de GOPIO France Métropole. 

Tâche exaltante 

C’est ainsi que de nombreux descendants indiens vivant dans l’aire francophone se sont réconciliés avec leurs origines. On note aussi quelques actes de mémoire : la construction de stèles en Guadeloupe et la cérémonie du ravivage de la flamme sous l’Arc de Triomphe à Paris. 

Comment Mahen Utchanah a-t-il rejoint le GOPIO ? Il y a été encouragé en 2001 par feu Dhandev Bahadur, ancien président du Human ServiceTrust. Depuis, il s’est engagé avec enthousiasme. Il trouve la tâche exaltante. «Animer le réseau de la diaspora, c’est construire des ponts entre les hommes.» 

Le président du GOPIO International précise qu’à Maurice, l’adhésion au réseau GOPIO n’est pas limitée à des personnes d’une certaine religion. «Il suffit de prouver, après des recherches au Mahatma Gandhi Institute, qu’un de vos ancêtres vient de l’Inde. Actuellement, un ancien député du Parti mauricien social-démocrate, enregistré sous la communauté population générale aux élections, a complété ses démarches et il attend de recevoir sa carte OCI», dit-il. 

Mahen Utchanah évoque avec satisfaction son engagement en politique et dans le social. En 1971, le jeune habitant de Piton adhère au Mouvement militant mauricien (MMM). Puis, il part étudier en Inde. Quand il rentre au pays en 1975, il rejoint très vite ses camarades de parti, Siven Chinien et Rajen Pillay, actifs au sein d’un syndicat des laboureurs de l’industrie sucrière. Plus tard, enseignant, il intègre celui des employés de l’éducation secondaire privée. 

En 1976, Mahen Utchanah est le colistier de SAJ, alors président du MMM, aux élections générales à Piton-Rivière-du-Rempart ; mais il est battu. Toutefois, il goûte à la victoire aux élections de juin 1982. SAJ devient Premier ministre et Mahen Utchanah, réélu aux élections de 1983, 1987 et 1991, devient son bras droit. Il est ministre de l’Énergie de 1983 à 1994. 

Après ses déboires ministériels en 1994 et la douloureuse expérience d’avoir un enfant malade, Mahen Utchanah prend ses distances de la politique. Il y revient en 2014 pour soutenir l’alliance Parti travailliste-MMM et se trouve mêlé à la diffusion d’une bande sonore diffamatoire à l’égard de l’épouse du Premier ministre. 

Il est même incarcéré. Mais quelques mois plus tard, il bénéficie d’un non-lieu. Mahen Utchanah compte-t-il reprendre du service en politique ? «Non, je vais travailler davantage pour la diaspora, avec l’International Indentured Girmityas Foundation.

Son parcours

1971 – Membre de la branche du MMM de Piton ;
1975 – Rentre au pays après des études en Inde ;
1976 – Candidat battu du MMM à Piton–Rivière-du-Rempart ;
1982,1983, 1987, & 1991 – Élu à Piton-Rivière-du-Rempart ;
1983-94 – Ministre de l’Énergie ;
2001– Adhère à la branche mauricienne de GOPIO ;
2012 – Président de l’Aapravasi Ghat Trust Fund ;
2013 – Président de GOPIO International ;
2016 – Crée l’International Indentured Girmitiyas Foundation.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires