Victime d’une «fausse» accusation: «monn santi mwa bien imilié»

Avec le soutien de
Marcelin Marianne était un homme comblé.

Marcelin Marianne était un homme comblé.

Il travaillait au sein d’une compagnie de construction. Marcelin Marianne était un homme comblé. Mais en 2013, sa vie a basculé. Ce, dit-il, depuis qu’il a été accusé «injustement» par un contremaître. Il a été condamné à effectuer des travaux d’intérêt général…

Il a 39 ans et est père de famille. Tout semblait sourire à Marcelin Marianne, un habitant de Baie-du-Tombeau. Il aimait son travail au sein d’une compagnie de construction. Mais en 2013, la vie du trentenaire a basculé. Et depuis, confie-t-il, rien n’est plus comme avant et ne le sera plus jamais. «Mo ti pé travay dan enn gran konpani konstriksion dan Moris. Mo ti pé fer lafouy pou mont bann batiman. Mo ti kontan travay-la ek ar samem mo ti pé nouri mo fami», explique-t-il d’emblée. 

Néanmoins, après avoir travaillé sur un projet, Marcelin Marianne affirme n’avoir pas été payé. «Mo ti fer enn travay lafouy kinn kout preské Rs 25 000 mé selman konpani-la pa ti pé rod pay mwa. Plizir mwa monn galoup dérier ‘foreman’ la. Apré monn al koné ki linn pran larzan la ek li pann pay mwa», soutient Marcelin. En colère, le trentenaire s’est, une énième fois, rendu au sein de la compagnie afin de s’expliquer avec le contremaître. Mais, une fois encore il a essuyé un revers. «Enn zour monn zouen li lor sémin é monn al ver li. Monn dir li mo bizin mo kas», poursuit le père de famille. «Monn pran misié la momem, nou’nn al station. Mé laba linn dir lapolis ki monn ménas pou bat li é mo pé démann li larzan», déplore-t-il. 

Endetté 

Un problème ne venant jamais seul, les policiers ont préféré prêter foi à la version du contremaître à la sienne. Une enquête a été ouverte et l’affaire a été entendue devant justice. Les procédures de la cour ont pris deux ans avant que le verdict ne soit rendu. Marcelin tombe des nues. Il est condamné à effectuer 80 heures de travaux d’intérêt général. «Monn bizin al nétoy enn sant ek pintiré tousala. Monn santi mwa bien imilié. Monn bizin koz manti ar dimounn ek dir zot ki mo pé travay dan sant», raconte l’habitant de Baie-du-Tombeau. De plus, son casier judiciaire n’étant plus vierge, il n’a pas de certificat de moralité. 

Depuis, la vie de Marcelin n’est plus la même. «Mo ti sipozé gagn travay kouma General Worker dan gouvernman mé mo pann gagné. Dimounn so régar inn sanzé anver mwa. Mo santi mwa zéné mem si mo enn dimounn ki bien kontan édé dan mo landrwa.» Le père de famille s’est également retrouvé endetté. La raison : il avait contracté un emprunt auprès d’une banque mais n’arrive plus à le rembourser. «Mo pa gagn travay okenn plas, mo pé bizin tras trasé fer sofer», indique-t-il. 

Marcelin a essayé par tous les moyens d’oublier cet incident. En vain. «Monn mem ékrir enn let présidan larépiblik pou dir li ki inzistis monn sibir mé ziska ler nanié pa finn fer», déplore-t-il, désespéré.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires