Il y a 44 ans, le 25 janvier 1974: le Lord maire Gaëtan Duval «Qu’on me revoque !»

Avec le soutien de
 Le Lord maire Gaëtan Duval avait, selon certains, anticipé sa révocation.

Le Lord maire Gaëtan Duval avait, selon certains, anticipé sa révocation.

La presse du 25 janvier 1974 indique que le Lord maire Gaëtan Duval entame un bras de fer avec le gouvernement central. L’objet du litige entre l’administration municipale est le non-déboursement d’une subvention gouvernementale à la municipalité de Port-Louis.

Le leader du Parti Mauricien Social Démocrate, qui est alors le premier magistrat de la capitale, refuse de payer les salaires des 900 Relief workers en poste à la municipalité. Il faut comprendre qu’à cette époque le taux de chômage est très élevé. Pour éviter une crise sociale, le gouvernement, décide d’embaucher sur une base temporaire les sans-emplois. Ces derniers sont affectés dans les collectivités locales pour effectuer des travaux de nettoyage et d’entretien dans les villes et villages.

Gaëtan Duval réunit les Relief Workers à la caserne des pompiers. Evoquant un manque de fonds, il leur annonce qu’ils ne recevront pas leurs émoluments. Le Lord maire demande aux employés de consigner leur présence, et ensuite se rendre au ministère des Administrations régionales pour réclamer leurs salaires. Il leur demande de faire de même tous les jours jusqu’à ce qu’ils soient payés.

Réunissant la presse, le leader du PMSD explique que le gouvernement central qu’il a quitté, depuis un moment, le prive des moyens pour assurer sa mission à la tête du conseil municipal. C’est à ce stade qu’il lance «  Qu’on me révoque ou qu’on me donne les moyens d’assumer mes responsabilités.»

Dans le camp du gouvernement central, on réplique que ces agitations de Gaëtan Duval ne sont qu’une mise en scène. Des ministres laissent entendre que le leader du PMSD a eu vent qu’il serait révoqué. C’est pourquoi, pensent-ils, le Lord maire prend les devants pour que son renvoi coïncide avec une réclamation populaire, à savoir le paiement des salaires des Relief Workers.

En effet, les ministres  travaillistes, plus particulièrement celui des Finances, Sir Veerasamy Ringadoo, en avaient assez de la gestion, à leurs yeux, catastrophique des municipalités par des éléments du PMSD. Ils estiment qu’il y trop de gaspillage et que les conseils municipaux vivent au dessus de leurs moyens.

Quelques temps après, les conseils municipaux sont révoqués. Des commissions administratives nommées par le gouvernement gèreront les villes jusqu’au rétablissement des élections locales en avril 1977.

A Port-Louis, le conseil municipal, avec Gaëtan Duval comme Lord maire, est remplacé par une commission administrative composée de six personnes. Elle est présidée par Sir Hamid Moollan.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires