Post-Berguitta: 111 réfugiés toujours dans les centres sociaux

Avec le soutien de
Des sinistrés dans un centre d’hébergement d’urgence, le 18 janvier. Des évaluations seront bientôt faites par l’État pour déterminer les raisons qui ont poussé des personnes à avoir recours aux centres de refuge.

Des sinistrés dans un centre d’hébergement d’urgence, le 18 janvier. Des évaluations seront bientôt faites par l’État pour déterminer les raisons qui ont poussé des personnes à avoir recours aux centres de refuge.

Ils sont au total 111 réfugiés à toujours occuper les différents centres sociaux du pays. Et cela une semaine après le passage de la tempête Berguitta. Pour le moment, c’est le centre communautaire de Résidence Vallijee qui regroupe le plus grand nombre de personnes, soit un total de 42. Il est suivi de Résidence Barkly où l’on dénombre 14 personnes. Ces sinistrés se demandent combien de temps les autorités vont les laisser rester sur les lieux.

Depuis le début de cette semaine, les réfugiés sont déjà très partagés sur la somme que le gouvernement leur a attribuée. En effet, une partie a obtenu Rs 575 (NdlR, soit Rs 175 x 3 jours) alors que d’autres ont reçu Rs 1 050 (NdlR, soit Rs 175 x 6 jours) tandis que tous y ont passé au moins six jours. Or, pour l’avocat Krishna Sawoo qui est très impliqué dans le plan d’aide à ces personnes vulnérables, ce sont les fonctionnaires du ministère de la Sécurité sociale qui sont à blâmer.

«S’ils avaient travaillé plus vite, ils auraient complété les frais vendredi même et les gens n’auraient pas à passer le week-end sans argent», explique notre interlocuteur. Il soutient que les personnes qui ont obtenu Rs1 050 ont dû venir à deux reprises «car elles n’ont pas été payées vendredi». Il avance que plusieurs volontaires ont tenu à leur apporter leur aide en termes de nourriture. «Il faudrait revoir toutes ces conditions et essayer d’aider un maximum de gens, surtout ceux qui ont juste besoin d’une aide pour consolider leur maison.»

Sollicité, le ministère de la Sécurité sociale n’est pas revenu vers nous. Toutefois, le lundi 22 janvier, selon des chiffres officiels, 2 229 personnes ont déjà obtenu leur compensation. Quant au ministre de l’intégration sociale Alain Wong, il soutient que des évaluations sont effectuées actuellement pour connaître les raisons qui expliquent la présence de ces familles dans les centres communautaires. «Aussi, il faut séparer le bon grain de l’ivraie.» Et d'ajouter que chaque cas doit être étudié.

Au niveau du ministère du Logement, on fait comprendre que les 82 personnes de Tranquebar qui ont déjà obtenu une maison à Pointe-aux-Sables, se trouvaient sur le tracé de la Ring Road. Par contre, en ce qui concerne les habitants de Camp Manna, une évaluation sera faite en temps et lieu.

Des sinistrés dans un centre d’hébergement d’urgence, le 18 janvier.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires