Solidarité: des Mauriciens au grand cœur au service des réfugiés de Berguitta

Avec le soutien de
Ces Mauriciens au grand cœur n’ont pas hésité à braver le danger pour offrir de la nourriture aux réfugiés du cyclone Berguitta.

Ces Mauriciens au grand cœur n’ont pas hésité à braver le danger pour offrir de la nourriture aux réfugiés du cyclone Berguitta.

Ils ont mis la main à la pâte aux quatre coins du pays afin de venir en aide aux sinistrés causés par le cyclone Berguitta. Touchés par la détresse de ceux n’ayant rien à se mettre sous la dent, ces héros (presque) anonymes n’ont pas hésité à se mouiller en classe 3 pour offrir des repas chauds aux sinistrés dans les centres de refuge. Rencontre.

Ils ne sont ni des chanteurs, ni des personnalités publiques. Contrairement aux Enfoirés de France, regroupés au profit d’une association caritative nommée Les Restos du Coeur, fondée par Coluche. Ce sont tout simplement des Mauriciens au grand coeur et leur geste a su faire la différence auprès des sinistrés du cyclone Berguitta. Au coeur de la tempête, ils n’ont pas hésité une seconde à braver le mauvais temps pour offrir de la nourriture à des réfugiés victimes d’inondations. Ils ne sont pas venus avec des paquets de biscuits et de l’eau… Ce sont des repas chauds et du réconfort qu’ils ont apporté aux gens en détresse. Certains sont juste des volontaires qui ne pouvaient rester insensibles à la souffrance, d’autres sont dans le social depuis des années. Nous avons rencontré quelques-uns de ces bons samaritains.

Holdem Foundation

C’est une fondation qui vient tout juste de prendre naissance en décembre. Depuis, la Holdem Foundation a organisé une distribution de cadeaux pour des enfants démunis pour Noël. Elle s’est également mobilisée pour venir en aide à la petite Lovevishka, qui souffre d’une déformation du coeur. Et la semaine dernière, elle a accouru pour subvenir aux besoins alimentaires des sinistrés de Berguitta. À l’annonce des inondations, une trentaine de volontaires ont répondu présent pour préparer à manger pour les réfugiés. «Nous avions prévu de faire que le déjeuner parce que tout cela nécessite une préparation et nous avions compris qu’il y avait aussi un besoin pour le dîner. Au total, ce sont 2 000 repas que nous avons préparés au frais de la fondation. Pour nous, il n’était pas question de ne rien faire pour ces gens», soutient Meritess Beeharry, membre de la fondation.

Le couple Bley

De retour à Maurice depuis une dizaine d’années, Samantha et Fabian Bley ont offert leur hospitalité aux personnes qui n’avaient plus d’endroit où dormir en raison du mauvais temps. «J’ai la chance d’avoir été bien encadrée et d’avoir un certain confort dans la vie. Je vous assure, nous travaillons beaucoup mon mari et moi-même pour pouvoir nous le permettre. Nous ne pouvions voir ces personnes en difficulté alors que nous avions des placards bien remplis et que nous étions bien au chaud», a confié Samantha.

Bien qu’elle avoue avoir eu peur une fois son annonce publiée, elle y est allée jusqu’au bout. Le couple belgo-mauricien, ainsi que leurs enfants, a accueilli une famille aussi composée de deux enfants. Celle-ci s’était retrouvée en difficulté lorsque le niveau d’eau a envahi leur maison à Goodlands. Même si de nombreux internautes ont salué leur démarche, le couple Bley a dû faire face à de nombreux commentaires désobligeants, les incitants à renoncer à héberger d’autres personnes. Malgré cela, Samantha affirme que son mari et elle recommenceront et qu’ils seront mieux préparés la prochaine fois.

Krish Chedumbrum, le Vacoassien au grand Coeur

De son côté Krish Chedumbrum, habitant de Vacoas, a pris les mêmes initiatives. Il s’était, en effet, porté volontaire pour héberger ceux qui se seraient retrouvés sans un endroit sec où dormir, bien que lui, n’ait eu personne à héberger. «Heureusement», dit-il, que personne n’a eu besoin de quitter sa maison à cause de dégâts. N’empêche, le jeune homme se dit prêt à refaire la même démarche dans le futur si besoin est.

Ashley Munisami sous les feux des projecteurs malgré lui

Il ne s’attendait pas du tout à ce que les internautes le saluent pour son geste. Ashley Munisami est un jeune homme qui tient à rester discret. D’ailleurs, il n’a pas voulu que nous publiions sa photo dans notre journal. Mais il s’explique. «Ce que j’ai fait c’est uniquement pour aider des gens. J’ai entendu qu’il y avait des gens qui étaient dans le besoin et ma femme Rachel et moi, nous voulions faire quelque chose. Nous ne pouvions pas manger en sachant que d’autres n’auraient rien», soutient le jeune homme. Il s’est donc mis à la recherche d’un endroit où trouver de la nourriture.

«Je n’avais pas de quoi préparer à manger pour toutes ces personnes. Et c’est alors que j’ai vu que Pakistan était ouvert. J’ai acheté à manger et j’ai appelé une radio pour qu’elle m’aide à distribuer la nourriture dans les centres de refuge», avance-t-il. Mais des internautes les ont vus faire et ces derniers ne sont pas restés insensibles à ce geste de solidarité.

«Je suis complètement impuissant par rapport à cette situation. Pour moi, fait ressortir Ashley Munisami, l’important c’est que des gens ont eu à manger. On m’a dit qu’il y avait des gens qui n’étaient pas des sinistrés. Ce n’est pas mon problème. Si sur dix personnes, une d’entre elles avait vraiment tout perdu et qu’elle n’avait pas à manger, je suis content que ce geste ait pu l’aider.»

Subway s’active pour les habitants de Roche-Bois

Les bras chargés, Ibrahim Denmamode, accompagné de ses collègues, Souhayl, Abrar Joosub et Jasem Alibaccus sont arrivés au centre de refuge de Roche-Bois, jeudi. Là-bas, plus de 380 personnes ont été recensées, toutes n’étant cependant pas des sinistrées du cyclone Berguitta. La plupart s’y étaient rendues pour toucher leurs allocations quotidiennes de Rs 175 de la sécurité sociale.

Sur place, Ibrahim Denmamode et ses collègues attirent l’attention de la foule mais se font discrets. Ils préfèrent remettre leurs marchandises à la police pour la distribution. Car la tension est montée parmi ceux qui patientaient pour toucher leurs allocations.

 Ibrahim confie que c’est «dans un élan de solidarité» que ce don de pains fourrés a été effectué. «Nous ne voulions pas laisser ces gens-là sur leur faim et nous voulions leur apporter notre contribution.» Il fait, d’ailleurs, part que Subway entreprend cette initiative tous les mois. Pour Souhayl, c’est une question d’humanité. «Je suis là pour donner un coup de main et je suis pour cette cause. C’est l’humain d’abord.» Idem pour Abrar et Jasem, qui ont été touchés par la misère qu’a fait vivre Berguitta aux personnes vulnérables. La distribution des pains s’est faite dans le calme. «Bien pli bon ki biskwi-la !», ont déclaré les personnes présentes, satisfaites.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires