Affaire Betamax: le ministre Etienne Sinatambou introuvable

Avec le soutien de
Ashit Gungah (à dr.), ministre de l’Industrie, en compagnie de son avocat, Me Arasen Kallee, le 22 janvier 2018 en Cour suprême.

Ashit Gungah (à dr.), ministre de l’Industrie, en compagnie de son avocat, Me Arasen Kallee, le 22 janvier 2018 en Cour suprême.

Où est le porte-parole du gouvernement, Etienne Sinatambou ? Le chef juge Kheshoe Parsad Matadeen aimerait bien avoir la réponse à cette question. L’affaire Betamax a été appelée en Cour suprême ce lundi 22 janvier 2018 et l’huissier a affirmé qu’il n’arrivait pas à mettre la main sur Etienne Sinatambou pour le convoquer en cour.

Cette convocation fait suite à la plainte déposée début décembre par Veekram Bhunjun, le directeur de Betamax, à l’encontre d’Etienne Sinatambou, ministre de la Sécurité sociale et de l’Environnement, et d’Ashit Gungah, ministre de l’Industrie, du commerce et de la protection des consommateurs. Lors d’une conférence de presse le 2 décembre, ceux-ci avaient considéré que «ce qu’avait fait Betamax était antipatriotique et odieux», en faisant référence au fait que la société avait saisi la Haute Cour de Karnataka en Inde pour bloquer le pétrolier Pacific Diamond. Décision levée par la suite. 

Publication dans la presse

Le 8 janvier, l’avoué de Betamax, Me Rajesh Bucktowonsing, a déclaré que l’huissier n’avait pu servir leur convocation aux ministres Ashit Gungah et Etienne Sinatambou. L’audition avait alors été reportée. 

Ce 22 janvier, devant la nouvelle impossibilité pour l’huissier de convoquer Etienne Sinatambou, le chef juge Kheshoe Parsad Matadeen a demandé que deux avis légaux soient publiés dans la presse. L’affaire a, une nouvelle fois, été renvoyée, cette fois-ci au 5 février.

Présence du ministre Ashit Gungah

Par contre, Ashit Gungah était, lui, bel et bien présent en Cour suprême ce lundi 22 janvier. Le ministre a souligné qu’il produira un affidavit. Il était en compagnie de son avocat, Me Arasen Kallee. 

Publicité
Publicité

Rs 5 milliards. C’est la somme que devra débourser l’Etat mauricien pour payer Veekram Bhunjun. Retour sur toute cette affaire qui a débuté en janvier 2015 avec la résiliation du contrat de Betamax par le gouvernement Lepep.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires