Affaire l’Amicale: «La date de libération de Sumodhee est erronée», soutient Me Valayden

Avec le soutien de
Me Rama Valayden a demandé au Premier ministre de revoir personnellement le dossier portant sur la date de libération des condamnés de l’affaire l’Amicale.

Me Rama Valayden a demandé au Premier ministre de revoir personnellement le dossier portant sur la date de libération des condamnés de l’affaire l’Amicale.

Me Rama Valayden, l’avocat de Khaleeloodeen Sumodhee, condamné dans l’affaire l’Amicale, est révolté. La raison : la date de libération de son client est, selon lui, erronée. 

Dans une lettre adressée au Premier ministre, Pravind Jugnauth, en date du 12 janvier, l’avocat fait ressortir que son client devrait retrouver la liberté le 17 mars 2019. Cela fait suite à une décision de la présidente de la République. Celle-ci a agréé, le 1er octobre 2015, la proposition de la Commission de pourvoi en grâce, de gracier les accusés de l’affaire l’Amicale. 

Or, un document avance que Khaleeloodeen Sumodhee a été condamné par la Cour suprême le 18 mars 2005. «Cette date n’est pas bonne. Mon client a été condamné par la Cour d’Assises le 20 novembre 2000 devant le juge d’alors, Paul Lam Shang Leen. Tandis que la date du 18 mars 2005 représente celle à laquelle l’appel fait par mon client avait été rejeté», a précisé Me Rama Valayden dans son courrier adressé au Premier ministre.

«Comme la date de condamnation du 18 mars 2005 est erronée, tout le calcul de la libération de Sumodhee est basé sur des faussetés», a fait ressortir Me Rama Valayden. Pour ce dernier, il est clair que le Premier ministre a été induit en erreur «délibérément». Afin que les frères Sumodhee et les deux autres condamnés dans l’affaire l’Amicale restent en prison plus longtemps que prévu, alors qu’ils mènent une lutte acharnée pour prouver leur innocence.

«Les vrais coupables sont toujours libres dans la rue. Hier, c’était l’Amicale. Demain, peut-être qu’on s’attaquera à un lieu de culte à la veille d’une fête religieuse», a lancé l’homme de loi. Ainsi, il a demandé au Premier ministre de revoir personnellement cette affaire. «I will fail my duty, if I don’t remind you that the MSM has stated on many occasions that the four convicted in the Amicale case are innocent» a-t-il poursuivi dans sa lettre.  

Pour rappel, il était reproché à Abdool Nasseeb Keramuth, Shaffick Nawoor et les frères Sumodhee d’avoir mis le feu à la maison de jeu L’Amicale, située à la rue Royale, Port-Louis, le 23 mars 1999. Sept personnes sont décédées dans l'incendie. Les accusés ont été condamnés en novembre 2000.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires