Bérenger: inacceptable que Pravind Jugnauth défende Sinatambou

Avec le soutien de
 Le leader du MMM face à la presse, ce samedi 20 janvier, pas très en verve.

Le leader du MMM face à la presse, ce samedi 20 janvier,  n'était pas très en verve.

La conférence de presse du Mouvement militant mauricien (MMM) a été rapide, ce samedi 20 janvier. Une petite trentaine de minutes pour faire le point sur l’après-Berguitta, la route Terre-Rouge-Verdun, l’aquaculture et le projet hôtelier de St-Felix.

Le leader mauve, Paul Bérenger, a critiqué le ton utilisé par Etienne Sinatambou concernant les réfugiés. Le ministre de la Sécurité sociale et de l’Environnement avait déclaré que les centres de refuge n’étaient pas des lieux de vacances, le 17 janvier, et soulevé la polémique avec ses biscuits

«Il est inacceptable que Pravind Jugnauth ait essayé de le défendre, de même que le ministre Yogida Sawmynaden», s’est offusqué Paul Bérenger au sujet du Premier ministre et de celui de la Technologie, de l’innovation et de la communication.

Autre critique : le cafouillage au niveau des drains, alors que le gouvernement a dépensé des milliards. «C’est toujours le même problème

Par contre, le Central Electricity Board a reçu les félicitations de Bérenger pour son «travail extraordinaire».

Côté Air Mauritius et aéroport, il aurait fallu voir comment mieux gérer la situation, vu l’importance du secteur touristique.

Les planteurs ont eu droit à leur petit mot aussi : «Ils ont beaucoup souffert, il faut les aider, c’est une priorité

Commission d’enquête sur Terre-Rouge-Verdun

Au niveau de la route Terre-Rouge-Verdun, c’est Nando Bodha, le ministre des Infrastructures publiques, qui en a pris pour son grade, avec son «incompétence». «C’est incroyable le nombre d’experts auxquels on a fait appel.» Le leader du MMM estime qu’il faudra situer les responsabilités, surtout d’Anil Baichoo, le prédécesseur de Bodha et ce dernier. «Je demande une commission d’enquête apolitique pour situer les responsabilités et tirer les leçons des ingérences politiques dans ce projet. Mais ce gouvernement n’a pas la volonté de le faire, ce sera au prochain.»

Après la terre, la mer. Pour Bérenger, la façon de gérer le projet d’aquaculture est «un fiasco». Là encore, les personnes qui s’occupent du dossier sont «incompétentes». Il faut un état des lieux complet et un débat national sur ce secteur.

Côté mer toujours, ou plutôt plage, le MMM demande au gouvernement d’éclairer la situation sur ce qui se passe avec le projet hôtelier de St-Felix.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires