Berguitta: ces cyclones qui ont mis le pays à genoux ou presque

Avec le soutien de
Quelques-unes des cyclones qui ont causé de gros dégâts à Maurice.

Quelques-unes des cyclones qui ont causé de gros dégâts à Maurice.

Carol, Gervaise, Claudette, Hollanda… Le passage de Berguitta à Maurice doit certainement rappeler au souvenir de certains quelques-un de ces cyclones devastateurs qui ont mis à genoux le pays.

L’intense cyclone tropical Carol, en 1960, aura certainement marqué les esprits. La pression au centre était de 943 hectopascals (hPa), lors du passage sur notre île, le 28 février. Les rafales qui ont balayé nos côtes ont atteint jusqu’à 280 km/h. Bilan : 42 morts, plus de 1 700 blessés, environ 70 000 maisons détruites et 100 000 sans-abri. 

Alors que le pays se relevait à peine de Carol, voilà que s’est pointé Jenny, du 27 au 28 février 1962, avec des rafales de l’ordre de 235 km/h enregistrées à Port-Louis. La pression atmosphérique était de 995 hPa. Ce météore a fait 14 morts et détruit 8 000 foyers. 

Quinze ans après Carol, ce sera au tour du cyclone Gervaise de faire parler de lui du 5 au 7 février. Le phénomène traversa Maurice et, d’un coup, il y a eu un calme plat. En fait, tout le pays se trouvait dans l’œil du cyclone. Puis, à nouveau, les vents se sont déchaînés, à 280 km/h, dans le sens opposé. Au centre de Gervaise, la pression barométrique affichait 951 hPa. Le bilan a été de 10 morts et des milliers de sans-abri. 

Du 21 au 23 décembre 1979, Maurice a connu Claudette. Il a traversé l’île et causé d’affreux dégâts. Des vents de 231 km/h ont été enregistrés à Plaisance. Six personnes ont trouvé la mort, 34 ont été blessées et 3 706 Mauriciens se sont retrouvés sans abri. 

Toutefois, le cyclone qui a marqué la génération Y, c’est Hollanda, en février 1994. Ce cyclone tropical intense est parmi les plus puissants à avoir visité nos parages. L’œil d’Hollanda a frôlé Port-Louis de 20 kilomètres, emmenant avec lui des vents de 216 km/h dans sa périphérie alors que des rafales de 241 km/h étaient enregistrées au centre. La pression y était de 984 hPa. 

Bilan lourd : deux morts, 135 millions de dollars (de 1994) de dégâts, 450 maisons détruites et 1 500 sans-abri. Les écoles sont restées fermées douze jours durant, avec des dégâts s’élevant à Rs 25 millions. En sus de cela, 60 % de la population était sans électricité ni téléphone pendant au moins un mois. 

Le dernier cyclone ayant fait valser l’anémomètre est Dina, en janvier 2002. Rodrigues est en classe 3 lorsque Dina passe à 150 km au nord de l’ile, où cinq pêcheurs trouvent la mort. Maurice passe de l’alerte 1 à l’alerte 2 en quelques heures. Le 21 janvier, l’alerte 3 est déclenchée avant que l’alerte maximale ne soit émise à 21 h 30 le même jour. Dina passe à 50 km au Nord de Maurice. La plus forte rafale enregistrée est de 228 km/h, au Morne Brabant, tandis que la pression au centre était de 988 hPa.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires