Gastronomie: Mamo met du soleil dans votre assiette

Avec le soutien de
Le coup d’envoi de ce marathon culinaire exceptionnel a été lancé vendredi, au Republik Beach Club & Grill, l’un des restaurants du Shangri-La’s Le Touessrok Resort & Spa.

Le coup d’envoi de ce marathon culinaire exceptionnel a été lancé vendredi, au Republik Beach Club & Grill, l’un des restaurants du Shangri-La’s Le Touessrok Resort & Spa.

Les pieds dans le sable, de la bonne musique dans les oreilles et dans le plat une cuisine colorée et savoureuse, le Shangri-La’s Le Touessrok Resort & Spa vous transporte, le temps d’une dizaine de jours, sur la Côte d’Azur, plus précisément au Mamo Le Michelangelo, restaurant à la cuisine méditerranéenne très prisée situé non loin de Cannes, et qui accueille chaque année toute une pléiade de célébrités dont Brad Pitt, Leonardo Di Caprio, Samuel Jackson et Beyoncé, pour ne citer qu’eux.

Dans le cadre de ces dix jours, le Shangri-La’s Le Touessrok Resort & Spa accueille Mamo, le fondateur de Mamo Le Michelangelo, ainsi que deux de ses plus fidèles chefs. Le coup d’envoi de ce marathon culinaire exceptionnel a été lancé vendredi, au Republik Beach Club & Grill, l’un des restaurants du Shangri-La’s Le Touessrok Resort & Spa.

Le coup d’envoi de ce marathon culinaire exceptionnel a été lancé vendredi, au Republik Beach Club & Grill, l’un des restaurants du Shangri-La’s Le Touessrok Resort & Spa.

Au menu, pas moins de dix plats, dont une multitude d’entrées à partager. On se délecte des poivrons à l’huile d’olive, des calamars à la provençale ou encore des aubergines au parmesan. Les spaghettis au calamar et moules à la cuisson al dente sont tout simplement succulents et que dire du tournedos Rossini ? Un vrai délice… Et pour parfaire ce festin de roi, le chef Mamo est aux petits soins pour ses convives. De la truffe noire à la main, son ingrédient favori, il vous en met généreusement dans votre assiette.

Il est impossible au fil des plats de ne pas se prendre d’amitié pour ce chef si généreux et attentionné. «J’ai eu beaucoup de chance dans la vie et je lui en suis redevable. Je suis parti de tout petit. Je suis Italien. Je viens du sud de l’Italie. Mon père donnait des leçons de ski nautique. Moi j’ai commencé en 63, j’avais 14 ans et j’étais commis de plage. Parmi mes premiers clients figurait Johnny Hallyday. Je côtoyais déjà des artistes à cette époque», nous raconte-t-il.

Le coup d’envoi de ce marathon culinaire exceptionnel a été lancé vendredi, au Republik Beach Club & Grill, l’un des restaurants du Shangri-La’s Le Touessrok Resort & Spa.

D’une grande modestie, Mamo explique que le secret de sa réussite vient de sa cuisine familiale et de son accueil. «Avec le temps, j’ai monté des restaurants, j’ai fait des affaires et j’ai été dans la communication. Je me suis rapproché un peu de toutes ces vedettes. Mon restaurant est un restaurant italo-provençal.»

«Dans cette aventure je ne suis pas seul, j’ai toute une équipe avec moi et ils sont très travailleurs. Sans eux je n’y serai jamais arrivé. Les artistes se retrouvent chez eux au restaurant. Il n’y a personne pour venir les embêter. On a l’habitude aussi de faire des fêtes de film, le restaurant et alors réservé complètement pour eux. On accueille alors des artistes de tous les bords et donc beaucoup d’Américains.»

Cuisine familiale

À tour de bras Mamo cite des noms d’artistes et de sportifs les plus célèbres qu’il côtoie. «Je suis très ami depuis 25 ans avec Magic Johnson, le basketteur, et aussi avec Samuel Lee Jackson. J’ai l’acteur de Niro comme client depuis 30 ans. Aux côtés de ces stars, j’ai les yeux qui pétillent et je ne m’en lasse pas parce que c’est quelque chose de merveilleux. Je pars à New York et je vais faire des raviolis à Rihanna tous les ans. Elle m’appelle papi.»

Des anecdotes concernant les célébrités, Mamo en a plein à raconter ; toutefois la dernière lui restera en mémoire pendant longtemps. «Quelques jours avant son décès, Johnny Hallyday m’appelle. Il me dit “Mamo débrouille-toi, je viens manger chez toi après le concert, vers 22 h 30 – 23 heures”. Je l’ai attendu jusqu’à 2 h 15 du matin et quand il est venu, je lui ai fait à manger. Il était heureux comme tout, mais moi j’étais encore plus heureux. Quand il est parti il m’a embrassé et pour moi ce sont des moments magiques.»

Avec le succès, Mamo Le Michelangelo s’est exporté. On retrouve désormais l’enseigne à New York, à Paris et bientôt en Arabie saoudite. Parlant de sa cuisine, Mamo explique : «Je pense que la cuisine est le seul moyen convivial de réunir les gens. Se retrouver autour d’une table est un moment d’échange et nous nous essayons de faire de sorte qu’il soit le plus heureux possible. Il faut retenir que je ne suis pas un cuisinier de formation. Je fais la cuisine que je sais faire, c’est-à-dire la cuisine de ma grandmère en Italie. J’ai appris sur le tas. Et aujourd’hui les gens adorent cela.»

«Maintenant il ne faut pas oublier ces grands chefs qui eux sont des artistes, des stars parce qu’ils arrivent à faire des choses exceptionnelles. Moi je suis à des années-lumières de tout cela, moi je fais de la cuisine familiale. Il faut rester modeste dans la vie et se rappeler d’où on vient et qu’on essaye d’aider les autres.»

C’est justement à cette cuisine familiale, empreinte de générosité, que Mamo vous invite à découvrir au Shangri-La’s Le Touessrok jusqu’au 21 janvier. «À Maurice nous avons essayé de faire venir des produits de chez nous tout en utilisant des produits d’ici. On a travaillé beaucoup en cuisine et on est arrivé à proposer aux clients mauriciens à peu près la même chose qu’on propose dans mes restaurants. Il y a de petites différences parce qu’on vit dans des pays différents et des cultures différentes. Vous avez un beau pays, et naître et mourir à Maurice c’est que du bonheur.»

Durant ces dix jours, Mamo vous propose des dîners signature avec une carte différente chaque soir. Vous pouvez également profiter des brunchs signés Mamo les 20 et 21 janvier.


Une entrée signée Mamo

Le chef ne s’est pas fait prier pour nous offrir la recette d’une de ses entrées. Simple, frais et savoureux, le poivron à l’huile d’olive ravira certainement vos convives. Pour ce faire, choisissez de beaux poivrons. Faites-les blanchir pendant quelques minutes à l’eau bouillante. Puis enlevez la peau des poivrons et nettoyez-les. Ensuite coupez-les en fines lamelles. Ajoutez l’huile d’olive, quelques morceaux d’ail et un peu de sel et servez. Pour un surplus de saveurs le chef les accompagne avec de l’anchois. Bon appétit !

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires