Fond-du-Sac: Meenakshi Ghoorbin s'inquiète pour ses enfants

Avec le soutien de

Cela fait dix jours qu’elle a perdu son époux dans des circonstances tragiques. Meenakshi Ghoorbin se retrouve désormais seule avec quatre enfants à élever. Toutefois, malgré ces moments difficiles, elle est déterminée à lutter pour subvenir aux besoins de sa famille.

«Kouma mo pou élevé sa bann zanfan la aster ?» Cette question ne cesse de trotter dans la tête de Meenakshi Ghoorbin. Cette année a très mal débuté pour cette jeune femme de 32 ans et mère de quatre enfants. Elle a, en effet, perdu son époux dans des circonstances tragiques, le mardi 2 janvier. Outam Ghoorbin était le seul à travailler pour subvenir aux besoins de sa famille.

Dix jours après la disparition de son époux, Meenakshi semble être toujours en état de choc. Elle n’arrive pas à fermer l’œil depuis ce terrible drame. «Tousa bann zafer-la inn pass divan nou lizié. Aswar mo res pans sa bann zafer lamem. Koumadir mo trouv tousa pé répass divan mwa. É lorla mo pans lavénir mo bann zanfan parseki mo misié tousel ti pé travay. Mem li ti pé trasé, li ti pé travay mason kot li gagné, li ti pé amenn kass dan lakaz é li ti pé get nou», pleure la trentenaire. Malgré qu’elle soit bien entourée par les membres de sa famille, Meenakshi dit se sentir très seule.

Preetam, le frère aîné du défunt et le beau-frère de Meenakshi confient que depuis ce drame, la jeune femme s’est renfermée sur elle-même. «Nou pé kompran li pé pass dan enn extra sok é lorla li pé gagn traka pou so bann zanfan. Mem nou dir nou pou la pou li, li pé koné ki pé atan li divan. Fami pou kapav aidé enn kou ou dé kou mé pa pou kapav fer plis ki sa», confie Preetam. La victime a, en effet, laissé derrière lui une veuve et quatre enfants. L’aîné, Rahul, qui est âgé de 15 ans est actuellement en Form IV, les jumelles Asha et Isha sont, elles, âgées de 14 ans. Elles fréquentent des écoles prévocationnelles de même que leur petit frère Karan, 11 ans. Meenakshi soutient que son mari et elle avaient des projets plein la tête pour leurs enfants, cette année. «Nou ti fini pans pou koumans donn mo tifi enn kour pou suiv é nou ti dir ki nou pou fer bann zanfan pran impé plis léson parseki zot impé feb dan lékol», explique cette mère qui affirme que sa vie et celle de ses enfants ne seront plus jamais les mêmes. «Tou inn dévir amba la haut. Mo népli koné kouma mo pou fer. Mem si ou pé trouv nou tou res dan mem lakaz, mo mari, mo bann zanfan ek mwa nou ti pé viv enn koté. Mo tir rasion enn koté plis paye mo lalimier tousala. Aster mo pa pé koné kouma pou fer», poursuit-elle la voix brisée par la tristesse.

Moments difficiles et traumatisants

 Ce cauchemar, Meenakshi n’est pas la seule à le vivre. Sa belle-mère, Geeta a, elle, perdu son fils et son époux à la suite de cette bagarre entre voisins. Mais cette dernière dit s’inquiéter pour sa belle-fille et ses petits-enfants. «Mwa mo’nn fini vinn vié mé mo pé pans pou mo belfi ek so bann zanfan. Kouma li pou viv aster. Gouvernman bizin pans zot parseki sa bann zanfan-la inn perdi zot papa enn kou brit», soutient-elle.

Néanmoins, malgré ces moments difficiles et traumatisants, Meenakshi ne compte pas baisser les bras et réconforte du mieux qu’elle peut ses enfants. «Mo pé koz ar zot pou ki zot blié séki inn arivé ek pé donn zot kouraz. Mo gran garson li kompran bien séki inn arivé é séki pé pasé. Monn dir zot pa pran traka, pou zot bien mo pou al travay. Mo pa pou les mo bann zanfan pass miser», lance la jeune femme déterminée même si cela fait des années maintenant qu’elle a quitté le monde du travail. Avant la naissance de ses enfants, Meenakshi a travaillé dans une usine à Riche-Terre.

Menaces de mort

Les ennuis de la famille Ghoorbin semblent loin d’être terminés. Le jour où a eu lieu la cérémonie marquant les dix jours de la mort d’Outam Ghoorbin, soit le vendredi 12 janvier, une lettre anonyme a atterri dans la boîte aux lettres de la famille. Cette fois, les menaces allaient à l’encontre de Gawtam Ghoorbin, le frère du défunt. «Let la rampli ar zouré é inn ménas mo frer. Inn mété si li pou al donn lanket, pou éna lot lamor ki pou sorti dan nou lacour», relate le frère aîné, Preetam. Les Ghoorbin ont porté plainte au Central Criminal Investigation Department et y ont également déposé une copie de la lettre.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires