Résolutions: la famille en leitmotiv

Avec le soutien de

Après les attentes du secteur privé, place aux résolutions de quelques-uns de ses représentants… Pas qu’une affaire de business... Pour eux, comme pour la majorité des Mauriciens, accorder du temps à la famille est un des principaux voeux.

Aisha Allee, fondatrice et présidente de Blast Burson-Marsteller:

«Osons un quota de femmes aux postes importants»

«Chaque année, le destin nous confronte à des défis et à des opportunités. C’est une situation qui nous permet de comprendre à quel point le temps est précieux et la famille nous est sacrée. J’aspire à être plus présente pour ceux que j’aime. Mes enfants sont maintenant à l’université à l’étranger. Cette séparation m’a amenée à réaliser que la distance ne change en rien l’amour qu’on porte à l’autre. Il suffit de trouver les mots justes.

Mais au-delà de cela, profiter au maximum du temps qu’on parvient à passer ensemble. Les amis aussi me sont chers. À ces êtres exceptionnels qui me procurent beaucoup de bonheur, j’espère pouvoir leur consacrer plus de temps. Le sport, la marche en pleine nature, la lecture et une certaine quête spirituelle contribuent à mon bien-être. Je vais continuer sur cette voie. En ce qui concerne mon pays, j’espère que nos leaders prendront leurs responsabilités. Qu’on en finisse avec cette plaie qu’est la drogue. On est en train de tuer nos enfants au vu et au su de tous et, manifestement, avec la bénédiction de certains en haut lieu à en croire la commission d’enquête présidée par l’ex-juge Paul Lam Shang Leen.

Que nos citoyens soient davantage sensibilisés au problème de l’environnement et que, dans ce domaine, chacun assume la responsabilité qui lui est propre. Sa nature et sa population constituent deux des principaux atouts de Maurice. Si on détruit cette nature, notre lagon ou le peu de forêts qui nous restent, il va être quasiment impossible de la restituer. Évidemment, le tourisme mourra avec. Il nous faut apprendre des succès réalisés par notre voisine, l’île de La Réunion.

Que les autorités agissent sur le taux de cancer à Maurice. Vivement plus de courage pour réduire au minimum l’utilisation de pesticides dans les champs.

En dernier lieu, je prie qu’on revoie la situation des femmes, surtout celles qui sont victimes de violence conjugale. Il faut des lois plus sévères pour sévir contre les auteurs de tels actes et la mise en place d’un encadrement approprié pour les victimes. Que l’égalité des genres ne reste pas un vain slogan. Pourquoi les entreprises sont-elles si peu enclines à donner la chance à ces nombreuses femmes brillantes ? Osons ; imposons un quota pour les femmes sur les conseils d’administration et aux postes importants. Cette mesure temporaire a été utilisée ailleurs avec beaucoup de succès. On attendra longtemps si on croit que les mentalités changeront.»

François Eynaud, Chief Executive Officer du groupe Veranda Leisure and Hospitality (VLH) :

«Prendre du plaisir avec mes équipes»

«Nous avons quelques projets intéressants pour 2018, notamment la rénovation de l’Hôtel Tamarin qui deviendra Veranda Tamarin, et le démarrage de notre deuxième golf Heritage, à Bel-Ombre. Nous continuons par ailleurs à rechercher des opportunités de croissance de la marque 3/4 étoiles Veranda Resorts à Maurice et dans la région. Les rénovations en 2017 d’Heritage Le Telfair, Awali, le Château et Veranda Paul & Virginie ont été toutes réussies. Déjà, nous constatons une forte augmentation de la demande pour ces produits.

Mettre le client au centre de toute notre attention continue à être le leitmotiv du groupe VLH.

Bel-Ombre est maintenant bien établie comme destination touristique unique. Nous comptons continuer à innover et à développer les 2 500 hectares de ce domaine, d’autant plus que Heritage est maintenant la marque ombrelle pour les activités dans la filière immobilière et dans le domaine des loisirs, en plus des resorts et du golf.

Mes résolutions personnelles pour 2018 sont de continuer à prendre du plaisir avec mes équipes, à faire grandir nos marques Veranda et Heritage Resorts, ainsi que nos employés.

Plus personnellement, arrêter de fumer, pratiquer davantage de vélo et profiter de la famille, vu que ma fille aînée part faire ses études universitaires.»

Louis Rivalland, Group Chief Executive du groupe Swan:

«Un monde plus solidaire»

«Je n’aime pas trop avoir de grandes résolutions de fin d’année, même si elles peuvent quelques fois être porteuses de bonnes intentions. Je suis plutôt pour vivre ces moments de décisions, grandes et petites, dans mon quotidien, au gré de rencontres, réflexions, discussions ou d’événements, cherchant à m’améliorer en remettant en question mes gestes, mes pensées et mes paroles. La santé et la forme sont aussi des voeux auxquels je m’associe pleinement, car ce sont toutes deux les conditions qui contribuent à la réussite.

Étant père de deux fils en phase d’adolescence, je leur souhaite, ainsi qu’à ceux de leur génération, de construire un monde encore meilleur, plus juste et solidaire. Je souhaite aux jeunes Mauriciens de chercher et de trouver au fond d’eux–mêmes la force et l’intelligence nécessaires pour nous porter, jeunes et moins jeunes, vers un avenir commun où il fera bon vivre, sans pauvreté ni solitude.»

Sunil Benimadhu, Chief Executive Officer de Stock Exchange Ltd:

«Reprendre les cours de guitare»

«Je souhaite pouvoir mieux m’organiser pour que je puisse apprécier les différentes dimensions et facettes de la vie. À titre d’exemple, je souhaite reprendre les cours de guitare, car la musique occupe une place centrale dans ma vie. Je souhaite pouvoir consacrer du temps au social et m’engager avec une ONG dont les activités correspondent à mes objectifs.

Nous comptons poursuivre sur la voie de la modernisation et de l’innovation pour la Bourse de Maurice. Les réalisations de ces dernières années nous encouragent à entreprendre de nouvelles initiatives qui vont dans le sens d’une plus grande ouverture de notre plateforme vers l’extérieur. Nous pensons aussi mettre plus d’accent sur la sensibilisation des Mauriciens aux opérations et aux activités de la Bourse, pour qu’on puisse augmenter le nombre d’actionnaires et atteindre notre objectif de 150 000 actionnaires d’ici 2020.

J’espère pouvoir consacrer plus de temps aux responsabilités familiales et je souhaite passer plus de quality time avec notre fils avant qu’il ne prenne le large pour poursuivre des études universitaires durant l’année.»

Megh Pillay, ex-CEO d’Air Mauritius:

«Ma période de cooling-off a pris fin»

«L’année 2017 a été particulièrement chargée, avec une certaine émotion en plus, dans la mesure où j’ai été projeté dans l’actualité de manière quasi permanente après une fin 2016 marquée par mon départ brusque d’Air Mauritius. Le témoignage de soutien de l’opinion publique m’a agréablement surpris.

Afin de rester serein, j’ai décliné systématiquement des propositions du monde corporatif local et international, préférant une longue période de cooling-off. Cette période prend fin.

Les responsabilités de divers postes de Chief Executive Officer que j’ai occupés nécessitant une disponibilité 24/7, elles ne m’ont jamais laissé du temps pour moi-même. En 2018, je concrétiserai un projet familial qui est resté longtemps en veilleuse.

Je tâcherai de résister à la tentation et de manger plus sainement pour continuer à vivre mieux. Je me suis aussi promis davantage de rigueur en gestion du temps, afin d’accommoder des moments pour le golf, que je viens de commencer. On se dit toujours qu’on va consacrer plus de temps à sa vie familiale. Je pense que je serai à même de le réaliser en cette nouvelle année.»

Eddy Jolicoeur, responsable des ressources humaines, groupe MCB:

«Lire un livre par mois»

Les résolutions pour 2018 ? Rien que d’y penser me stresse ! Allez, je me jette. À part quelques classiques, qui restent valables, comme pratiquer plus de sport et mieux équilibrer ma vie personnelle et professionnelle, je vais effectuer quelques efforts additionnels comme, par exemple, lire au moins un livre par mois. J’ai pris la mauvaise habitude de me cantonner aux synopsis des livres. Je suis conscient qu’en ce faisant, je suis passé à côté de quelques beaux ouvrages.

Il me reste un module à compléter pour être un coach qualifié et mo pé fer ler. Je vais le compléter en 2018. Je ferai également un effort pour dire non et mieux gérer mes priorités. Cela, je sais, va être difficile. Autrement, je compte aller à la découverte de nouveaux endroits de mon pays. Je sais qu’il y en a plein. Je vais agir pour sauvegarder l’environnement. On n’en fait jamais assez. Tous les gestes comptent.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires