Pauvreté: Ismaël, 14 ans, mille tracas

Avec le soutien de
Ismaël Mimi a 14 ans et rêve de devenir mécanicien.

Ismaël Mimi a 14 ans et rêve de devenir mécanicien.

Son histoire aura touché le coeur de plusieurs Mauriciens. Ismaël Mimi a 14 ans et rêve de devenir mécanicien. Non pas par envie, mais parce qu’on lui a dit que c’était ce qu’il devrait songer à faire plus tard. Il avait brillamment réussi aux examens du Certificate of Primary Education d’alors, mais a été renvoyé du collège où il avait été admis pour absences non justifiées. L’histoire de cet ado avait fait la une du quotidien bonZour !. Nous l’avions croisé alors qu’il mendiait, avec sa maman, épileptique, à quelques pas des guichets automatiques, à Goodlands, le 7 novembre. Où en est-il aujourd’hui ?

Ismaël Mimi mendiait avec sa mère à Goodlands quand nous l'avons rencontré le 7 novembre 2017.

Rien n’a vraiment changé, en fait. «Pann kapav fer Nwel kouran inn koupé akoz banla inn koup pansion mo mama. Mo ti kontan get télévision enn tigit. Mo sagrin mo pann kapav kontigné al lékol. Mo pa kontan pou viv koumsa mé mo pa kapav less mo mama tombé.»

Quelque temps après la parution de l’article, de bons samaritains se sont rendus à Goodlands afin de leur apporter des vivres ainsi que des vêtements, entre autres. Mais ils ont également dû faire face à de nombreux commentaires désobligeants selon l’ado, tant sur les réseaux sociaux que dans la vraie vie. C'est la raison pour laquelle il a refusé, dans un premier temps, que l’on prenne à nouveau sa photo.

«Bann dimounn inn dir swa disan mo mama ek mwa mové ek nou obliz zot donn nou larzan. Ti ena bann dimounn inn amenn inpé kiksoz pou nou mé apré fini. Mo pa laguer ek zot mé li pa fasil kan personn pa lé ed ou. Parfwa mo agacé mé mo pa voler ni ‘bien’ mové…» lâche Ismaël sur le parking du supermarché où il s’est rendu en notre compagnie, à notre demande. Ce jour-là, il voulait qu’on lui achète une boîte de lait «pou kapav bwar enn dité»…

Ismaël Mimi sillonne ce parking au quotidien pour demander à manger aux passants. 

Il ne souhaite pas nous accompagner à l’intérieur, dit-il, sans doute par peur d’être chassé. L’aire de stationnement, par contre, il la connaît sur le bout des doigts… Il faut savoir qu’il la sillonne au quotidien afin de faire appel à la générosité des passants, pour s’acheter de quoi à manger. Aux âmes charitables qui daignent s’arrêter sur son passage, il leur demandera «inpé bwat konserv pou kapav gardé mem san frizider, inpé délwil, dilé, disik ek si ou ti kapav asté enn séréal pou mwa, pou mo kapav gouté ki gou sa gagné…»

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires