Renouvellement des vignettes automobiles: la NTA prise d’assaut

Avec le soutien de
20 comptoirs de la NTA étaient opérationnels hier, à Cassis, avec 1 800 transactions effectuées à la fermeture du bureau.

20 comptoirs de la NTA étaient opérationnels hier, à Cassis, avec 1 800 transactions effectuées à la fermeture du bureau.

Les bureaux de la National Transport Authority (NTA), à Cassis, étaient en ébullition, ce vendredi 29 décembre. À la fermeture des comptoirs, le nombre de transactions effectuées était d’environ 1 800.

Des clients assis attendaient avec impatience leur tour. D’autres étaient debout dans une file, pour le renouvellement de leur vignette automobile. L’attente semblait s’éterniser et la grogne se faisait sentir dans le hall.

«Plito privatiz NTA. Pa kapav vinn tir papié gaz ek fer lanrézistréman enn lot plas. Péna kontrol isi», lâche Prabha Sookun. Il raconte s’être déplacé à la NTA depuis mardi à cause de manquements dans ses documents.

De son côté, Gabriel Rezannah, peintre automobile, ne cache pas son exaspération, non plus. Il explique qu’il a dû se rendre à Cassis car le comptoir de la NTA au centre de contrôle technique de Plaine-Lauzun était déjà fermé.

D’autres clients n’en démordent pas. «Depi 12 h 09 mo la. Lapos dir bann planter pa kapav pey déklarasion (NdlR, la vignette automobile), bizin vin biro NTA», lance un des clients mécontents.

Du côté des comptoirs, les employés s’activent, même s’ils ne sont pas nombreux. Yasmine Dilmahomed, Officer in Charge Registration & Licensing Section de la NTA, attribue cet afflux à la période festive et aux congés publics des 1er et 2 janvier 2018. «Le paiement de la vignette automobile expire en fin de mois. Et nous sommes en période de pointe.» Si pour elle c’est «business as usual», elle dit noter quelques mécontentements de la part du public à cause d’un manque de personnel.

Koshik Reesaul, Road Transport Commissioner, abonde dans le même sens. Selon lui, les gens attendent la dernière minute pour faire le paiement. Il cite le cas du propriétaire d’un véhicule qui s’est manifesté au comptoir de la NTA jeudi, alors que sa vignette automobile a expiré en novembre. Du coup, il a attendu le dernier jour pour régler la pénalité. «Les gens continuent à venir ici. Nous avons tout décentralisé et c’est un système qui marche.»

Il explique que sur 30 comptoirs, 20 étaient opérationnels depuis 9 heures, ce vendredi 29 décembre. Et que les gens ne veulent plus attendre une heure ou deux au comptoir alors qu’auparavant, ils attendaient une demi-journée, voire une journée.

 À la reprise du 3 janvier, le commissaire dit attendre également une foule. Conscient du manque de personnel, il affirme avoir fait une demande pour dix Management Support Officers. La NTA attend toujours.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires