Les Salines: Tantine Snack, la «boutik» légendaire

Avec le soutien de
Tantine Snack a vu passer des générations et des changements aux Salines, à Cassis

Tantine Snack a vu passer des générations et des changements aux Salines, à Cassis

C’est un bâtiment centenaire qui abrite un des commerces les plus populaires des Salines, Tantine Snack. Aujourd’hui, certains le connaissent comme «Kot Robin», alors que d’autres parlent du Restaurant Pando ou encore du Snack Tantine. Ce lieu a pris plusieurs noms au fil des années, dépendant du membre de la famille qui s’en occupait. Témoignage de sa longue histoire qui remonte à 1917.

Elle tient fièrement, malgré ses 100 ans et le poids des années. La structure de planche de Tantine Snack, avec son haut toit rouge et ses murs jaunes, a, en effet, vu passer des générations et des changements aux Salines, à Cassis. «Mon grand-père, Kullapah Narainsamy, qui était venu de Chennai, s’est établi ici. Comme il savait lire, il a travaillé comme marqueur aux docks et a acheté le terrain sur lequel se trouvait déjà ce bâtiment», raconte Naraindass Ramasamy, âgé de 79 ans.

Business familial, ce snack fait à présent partie du paysage et représente un héritage que la famille Ramasamy préserve précieusement. Avec son fils Robin, Naraindass gère Tantine Snack qui voit les gens de tous bords à sa table. Il faut dire que le lieu en jette. Cette petite boutique en tôle quelque peu étroite, du style d’antan, donne sur l’arrière-cour où un espace convivial a été aménagé à l’ombre d’un grand manguier «historique» pour la famille. «Lors d’un cyclone, cet arbre était tombé mais maman et un autre membre de la famille l’avaient redressé, le calant avec un bout de bois», révèle Robin Ramasamy.

Naraindass Ramasamy se souvient que le bâtiment en tôle, plus âgé que lui, était résidentiel dans un premier temps. «Mon grandpère a ensuite décidé de lancer un commerce pour son fils Veerasamy. Un commerce que tout le monde connaît comme Pando. Il avait été à l’école mais peinait à trouver de l’emploi. Le bâtiment de devant a été transformé en commerce où l’on trouvait de tout : enn laboutik rasion», dit celui qui y a passé toute son enfance. Petit à petit le business se transforme. Et devient un restaurant dans les années 50. «Le restaurant Pando était un des premiers à l’époque : il était renommé pour ses vinday, kari orit et aussi kari torti. Il y avait aussi le satini brinzel fait avec des aubergines grillées sous la braise», confie Robin Ramasamy.

Alors que son père, qui était enseignant du secondaire, venait travailler au snack après ses heures au collège, Robin Ramasamy a, lui, délaissé une carrière d’ingénieur pour perpétuer le business familial. «À chaque fois que je voyais ce lieu fermé le matin car j’allais travailler ailleurs, j’avais un pincement au coeur. Comme mon père, j’ai grandi ici dans cette cour et ce bâtiment et mon coeur y est rattaché», souligne Robin Ramasamy.

Il s’y dédie depuis 15 ans, avec le soutien de son cousin Arvin Obeegadoo, l’autre héritier de ce lieu. Avec lui, il prévoit d’apporter encore des changements à ce commerce familial qui a tenu bon, même contre des cyclones tel Carol.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires