Partielle au nº 18: les ingrédients de la victoire du PTr

Avec le soutien de
Les sympathisants rouges célébrant la victoire d’Arvin Boolell au collège d’État de Sodnac.

Les sympathisants rouges célébrant la victoire d’Arvin Boolell au collège d’État de Sodnac.

Il n’est pas difficile de penser que personne, que ce soit les votants, les dirigeants politiques, les leaders du Parti travailliste (PTR) ou même Arvin Boolell, ne s’attendait à une telle victoire. Le lundi 18 décembre, ils étaient d’ailleurs nombreux à hésiter à faire un pronostic sur le gagnant de cette partielle ou à s’aventurer sur le nombre de voix récoltées.  Et les résultats ont surpris tout le monde. Qu’est ce qui explique la grande victoire du candidat rouge? ­ Éléments de réponse.

Dharam Gokhool, un ancien du Mouvement militant mauricien (MMM), qui est par la suite passé au PTr et est devenu ministre, soutient qu’Arvin Boolell était le meilleur candidat que le parti ait pu présenter pour aller vers une victoire.  «J’estime que Navin Ramgoolam a bien réfléchi avant de le présenter dans cette circonscription. Il a mis tous les atouts de son côté et espérait que son candidat sorte brillamment de cette joute. Les résultats lui ont donné raison.»

Si le candidat avait été Navin Ramgoolam, le PTR aurait- il obtenu une aussi belle victoire? ­ Ce n’est pas si sûr, estime Dharam Gokhool. Selon lui,  le leader rouge aurait été la cible d’attaques de la part de ses adversaires et il lui aurait été difficile de sortir de cette partielle avec brio. Au cas où l’alliance gouvernementale y avait participé,  elle aurait sorti l’artillerie lourde contre le leader du PTr. «Surtout que le leader du MSM, Pravind Jugnauth, a fait une série de sorties ces dernières semaines.  Cette victoire donne un boost au parti», ajoute Dharam Gokhool.  Il fait valoir qu’il faut s’attendre à des turbulences sur le plan politique.

L’observateur social Ram Seegobin tient, lui, à rappeler que le PTR a une bonne base à Quatre-Bornes. Selon lui, Arvin Boolell était le candidat presque «idéal»  dans cette circonscription. «Il a mené une campagne propre et n’a dénigré personne. Il a su respecter ses adversaires.»

Ram Seegobin est d’avis que Navin Ramgoolam n’aurait même pas obtenu la moitié des votes qu’Arvin Boolell a récoltés. Pourquoi ? ­ «L’ancien Premier ministre a beau dire que ses procès sont en train d’être rayés.  Mais il traîne encore deux qui sont assez graves», soutien notre interlocuteur  en se référant à l’affaire de Roches-Noires et  à celle des coffres forts.

D’autre part, dans son discours de remerciements  dans l’après-midi du lundi 18 décembre,  Arvin Boolell s’est réjoui que Navin Ramgoolam ait annoncé que le PTr alignera au moins 50 % de jeunes et de femmes aux prochaines élections générales. Pour lui, cela marque un renouveau.

D’ajouter qu’il se pourrait que ce changement ait déjà commencé à  opérer avec sa victoire. Sera-t-il le leader des Rouges lors du prochain scrutin général?  ­Les membres sont nombreux à penser qu’il faut du renouveau à la tête du PTr.

Publicité
Publicité

L’express vous propose une série d’articles sur l’élection partielle au n⁰18 , Belle-Rose–Quatre-Bornes. Découvrez, entre autres, les centres de vote, les députés passés et actuels ainsi que les candidats… 

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires