#18: la victoire d’Arvin Boolell ne sera pas sans conséquences pour le MSM

Avec le soutien de
 Arvin Boolell a remporté l’élection partielle à Belle-Rose–Quatre-Bornes avec 7 990 voix sur 23 112 bulletins dépouillés.

Arvin Boolell a remporté l’élection partielle à Belle-Rose–Quatre-Bornes avec 7 990 voix sur 23 112 bulletins dépouillés.

Dans la soirée de ce mardi 19 décembre, un sujet devrait sans doute dominer les conversations lors de la fête traditionnelle de fin d’année du MSM, à Flic-en-Flac. En l’occurrence la victoire d’Arvin Boolell à l’élection partielle au n°18, Belle-Rose–Quatre-Bornes.

«Ce n’est pas seulement la victoire d’Arvin Boolell qui laisse beaucoup de gens perplexes, mais plutôt la remontée du Parti travailliste trois ans seulement après sa lourde défaite», fait ressortir un parlementaire du MSM. Au fil du décompte des voix hier, lundi 18 décembre, des députés et ministres du MSM ont échangé des appels téléphoniques pour commenter ce succès du PTr qui leur laisse un goût amer. Ils parlent des conséquences directes de ce développement politique sur le parti.

«Qui aurait pensé qu’Arvin Boolell aurait gagné avec autant de panache dans cette circonscription ? Et je pense que dans les circonscriptions rurales, le PTr est encore plus fort», ajoute le parlementaire en question. Il prédit que ce parti va consolider ses assises et que toute remontée des rouges se fera au détriment du MSM.

«Pravind Jugnauth fait de son mieux pour redorer le blason du gouvernement, mais cette grande victoire du PTr démontre que nous devons faire beaucoup d’efforts pour contrer les rouges.»

Un autre parlementaire prévient que le MSM doit rapidement rectifier le tir. «Certes, je constate que Pravind Jugnauth fait de son mieux pour redorer le blason du gouvernement, mais cette grande victoire du PTr démontre que nous devons faire beaucoup d’efforts pour contrer les rouges.»

Un ancien parlementaire, qui était au sein du MMM dans les années 70 et 80, trouve qu’avec cette victoire, Arvin Boolell deviendra le principal challenger de Pravind Jugnauth au Parlement, même s’il n’est pas le leader de l’opposition. «Nous savons tous comment cela se passe à Maurice. Des fonctionnaires n’hésiteront pas à donner des dossiers à Arvin Boolell pour acculer le gouvernement et, d’autre part, des hauts gradés de la police n’auront pas cette tendance à faire du cover-up dans certaines enquêtes qui concernent des parlementaires du pouvoir, car ils pensent que le nouveau gouvernement sera formé par le PTr.»

Officiellement, toutefois, c’est un tout autre son de cloche au MSM. S’exprimant face à la presse au Mohit Hall, à St-Pierre, dans l’après-midi du lundi 18 décembre, le leader du MSM, Pravind Jugnauth, a félicité Arvin Boolell pour sa victoire. Il a ajouté qu’il l’accueillera à l’Assemblée nationale à la rentrée.

Qui plus est, en début de soirée, un autre dirigeant du MSM, Mahen Jhugroo, nous a appelés de l’étranger. Il devait affirmer que la victoire d’Arvin Boolell ne représente aucune menace pour le MSM. Ajoutant que, selon lui, si Navin Ramgoolam avait été candidat, il n’aurait pas obtenu de caution.

Publicité
Publicité

L’express vous propose une série d’articles sur l’élection partielle au n⁰18 , Belle-Rose–Quatre-Bornes. Découvrez, entre autres, les centres de vote, les députés passés et actuels ainsi que les candidats… 

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires