PSAC: Zoom sur l’attribution des collège

Avec le soutien de
La joie qui accompagne les bons résultats a vite cédé la place à la déception de ne pas avoir obtenu le collège choisi.

La joie qui accompagne les bons résultats a vite cédé la place à la déception de ne pas avoir obtenu le collège choisi.

Plusieurs critères ont été pris en compte dans l’attribution des collèges. On fait le tour point par point alors que la grogne chez les parents-élèves se poursuit après l’annonce des résultats du mardi 12 décembre. 

Proximité 

Le système d’attribution des collèges a totalement changé. Avant la réforme, il y avait les collèges nationaux et régionaux. Chaque élève devait remplir un formulaire faisant état de trois choix avant la proclamation des résultats. Les élèves avec les meilleurs résultats avaient droit à une place dans les collèges nationaux, ou les «star schools» et les autres allaient dans des collèges à proximité de leurs maisons, selon la liste faisant état de leurs préférences. Avec le PSAC, le système a changé. Les «star schools» deviendront des académies en 2021 et, de ce fait, n’accepteront plus d’élèves en Grade 7 pour la rentrée 2018. Le choix est donc, désormais, uniquement basé sur la proximité. Pour faire court, l’élève devra choisir seulement des établissements qui se trouvent dans sa région.

La notation

Avant, le système de notation était plus strict. Le meilleur résultat dans une matière était A+, ce qui représentait 90 points, voire plus. Ensuite venait le A, qui représentait 80 à 89 points. Il était facile d’attribuer les collèges nationaux dans ce cas. Ceux qui n’étaient pas éligibles pour les «star schools» avaient la priorité pour les collèges régionaux qui ont «bonne réputation», même s’ils n’habitaient pas forcément à proximité. 

Avec la réforme, le meilleur résultat par matière est «1» unité, ce qui veut dire que l’élève a obtenu entre 75 et 100 points. Le meilleur résultat en général est de 4 unités car parmi tous les sujets, seuls les quatre meilleurs sont pris en considération pour l’attribution du collège. Il est donc plus difficile de différencier entre ceux qui ont eu quatre unités avec une moyenne, disons, de 90 et ceux qui ont eu le même résultat avec une moyenne plus faible. 

Dans ce cas, si plusieurs élèves habitent la même rue et ont tous eu quatre unités, comment est-ce que le choix se fait ? C’est toujours la proximité qui prime et non les points. Un plan établi par le ministère du Logement et des terres est consulté pour savoir qui habite le plus près. En cas de manque de place, les autres seront envoyés dans d’autres écoles qui figurent sur la liste de leur choix.

No «no school» cases 

Sous l’ancien système, il y avait environ 800 élèves, chaque année, qui se retrouvaient sans collège, car selon leurs résultats, ils n’étaient pas éligibles pour les établissements qu’ils avaient choisis ou encore parce que ceux-ci étaient remplis. Maintenant, ce cas de figure n’existera plus car si les collèges n’ont pas de place, l’élève se verra attribuer une place dans un établissement qui se trouve dans sa zone. Le hic, c’est qu’un habitant de Vacoas, par exemple, peut obtenir un collège sis à La Gaulette, ou un habitant de Rose-Hill peut se retrouver à Flacq car les deux endroits sont dans la même zone.

PSAC v/s CPE: ce qui a changé

Les sujets 

Pour cette année, l’élève a dû prendre part aux examens dans cinq «core subjects» : maths, anglais, français, science, histoire & géo. Et une matière optionnelle (le parent choisi entre l’une des langues asiatiques ou le kreol morisien). L’élève est aussi jugé dans un «non core subject», c’est-à-dire, «communication skills». Pour l’heure, c’est l’unique «non core subject». Le théâtre, la musique, les arts viendront en 2018. Il n’y a pas d’examen écrit pour le «non core subject». La performance de l’élève est catégorisée comme étant soit «proficient», «intermediate» ou «basic».

Zéro échec 

Avant l’introduction du PSAC, il y avait toujours un pourcentage d’élèves qui échouaient. Ils avaient donc la possibilité de redoubler le STD VI. Avec le nouveau système, il n’y a pas d’échec. L’élève passe quand même en Grade 7, mais sera dans une classe spéciale où il continue le programme. Il aura quand même des éléments de rattrapage des classes précédentes.

Les examens 

Les élèves ne passeront pas toutes les matières à la fin du Grade 6. Les examens d’histoire et géographie se tiendront en deux temps. La première partie aura lieu à la fin de Grade 5 et la deuxième partie en milieu d’année lorsque les élèves seront en Grade 6.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires