Partielle: à vos marques…

Avec le soutien de

La Sentinelle a bouclé hier, vendredi 15 décembre, sa série de «live» pour la partielle, avec les interviews, réalisées par Axcel Chenney, de Nita Juddoo, d’Arvin Boolell et de Roshi Bhadain.

Nita Juddoo: «Je serai déçue si l’électorat fait confiance au PTR»


 

La candidate du Mouvement militant mauricien (MMM), Nita Juddoo, a été la quatrième invitée de l’émission #18 Le Direct, organisée par La Sentinelle. Sur le plateau, hier, elle a répondu à bâtons rompus aux questions de l’animateur de l’émission, Axcel Chenney. Invitée à dire quel sera son pire cauchemar lundi matin, la candidate mauve a répondu «je serai déçue si l’électorat fait confiance au PTr (NdlR, le Parti travailliste)».

À quelques heures de la partielle, Nita Juddoo se dit très sereine pour la victoire. À Axcel Chenney, qui lui faisait ressortir qu’en décembre 2014, le MMM, alors en alliance avec le PTr, se disait aussi très confiant pour la victoire aux élections générales, la candidate a indiqué qu’à cette époque, son parti avait sous-estimé l’impopularité d’un gouvernement en fin de mandat. «Mais aujourd’hui, il ne faut plus regarder dans le rétroviseur.»

Pour Nita Juddoo, le MMM ira seul aux prochaines élections générales. Interrogée, elle est restée muette quant à ce qu’elle ferait si jamais son parti contractait une alliance avec une autre formation politique. Partira-t-elle ? En tout cas, elle affirme que si dans les prochains jours, le MMM décide de s’allier avec un autre parti, ce sera «un virage à 180°».

Au sujet des organisations socioculturelles, Nita Juddoo a affirmé que chacune de ces associations a un rôle à jouer mais, là où le bât blesse, c’est quand elles se permettent de donner des consignes de vote. Elle est d’avis qu’Arvin Boolell s’est rendu aux côtés des membres de la Voice of Hindu lors d’une soirée organisée, alors que dans son cas, elle n’aurait rencontré des membres de cette organisation que lors des exercices de porte-à-porte.

La candidate du MMM soutient qu’elle ne déclarera pas son appartenance ethnique lors des prochaines élections générales. Néanmoins, elle dit aussi qu’elle ne peut répondre pour ses autres camarades du parti.

Invitée à donner son avis sur le chèque de Rs 10 millions que le MMM aurait reçu du défunt groupe de Dawood Rawat, Nita Juddoo a répondu que selon des renseignements obtenus auprès des membres du parti, ce serait «une falsification d’un chèque. Aujourd’hui, vous savez, il y a de fausses monnaies qui circulent…».

Pour Nita Juddoo, il nous faut absolument une loi sur le financement des partis politiques car «c’est de l’hypocrisie que de dire qu’on dépense moins de Rs 250 000 par candidat lors d’une élection ». Invitée à révéler si elle compte déclarer ses dépenses électorales quinze jours après les élections, au lieu des six semaines prescrites par la loi, elle soutient que cette question doit être adressée au directeur de campagne de son parti.

Pourquoi il ne faut pas voter pour…

Roshi Bhadain ?

Les raisons de sa démission n’ont pas été justifiées et c’est quelqu’un qui manque de crédibilité.

Arvin Boolell ?

Quel renouveau apporte ce candidat, surtout quand on sait que son parti a derrière lui des super casseroles ?

Tania Diolle ?

Je n’ai rien contre elle, mais je ne comprends pas son positionnement, surtout qu’elle a dit que son parti pourrait faire une alliance avant les élections générales.

Danesh Maraye ?

C’est quelqu’un de très sympathique mais il est le contraire de tout ce que le PMSD représente. Son langage et son style ne collent pas avec l’image du PMSD.

Jack Bizlall ?

J’ai un grand respect pour lui. Mais il ne pourra pas apporter ce changement tant attendu par le peuple.

Kugan Parapen ?

Je l’apprécie et c’est un jeune prometteur. Mais ses idées sont utopiques et je crois qu’il n’est pas prêt à faire des compromis quand il le faut.

Arvin Boolell: «Le PTR n’est la propriété de personne»


 

«Boolell déor. Ramgoolam nou leader.» Une vidéo filmée en mai 2015, lors d’une réunion au Square Guy Rozemont – dans laquelle des sympathisants de Navin Ramgoolam contestaient la présence d’Arvin Boolell, alors porte-parole du Parti travailliste (PTr) – a été diffusée hier, alors que le candidat des rouges était sur le plateau de l’express. Arvin Boolell a joué le jeu, esquissant un large sourire en visionnant la vidéo.

Justement, lors de cette interview, le candidat a parlé du leadership des rouges. «Le leadership viendra… N’importe qui peut être candidat pour ce poste. Il y a des changements qui ont déjà été opérés au sein du parti. Le PTr n’est ni ma propriété ni la propriété de qui que ce soit. Ce n’est ni le PMSD ni le MSM. Le Parti travailliste a une histoire.» Avant d’ajouter qu’il faudra se réinventer pour répondre à l’attente de l’électorat.

Arvin Boolell n’a pas manqué de rappeler que le PTr aura son congrès l’année prochaine, pour élire son leader. Est-il donc en campagne pour le leadership du PTr ? «La partielle est notre priorité. C’est dans l’avantage de tous les Mauriciens», a-t-il répondu.

D’ailleurs, Arvin Boolell croit en une victoire, bien qu’il craigne l’abstention. Et au cas où il est élu, a-t-il précisé, Shakeel Mohamed restera le chef de file du PTr au Parlement. «C’est le comité exécutif qui l’a choisi. Je respecte les institutions», a-t-il ajouté.

Évoquant l’enjeu de cette élection, Arvin Boolell est persuadé qu’une victoire du PTr déclenchera des élections générales anticipées. Il croit savoir que c’est pour cette raison que le Mouvement socialiste militant (MSM) ne veut aucunement une victoire des rouges. «La victoire du PTr est leur cauchemar. Ils donnent des consignes pour voter pour tous les partis, sauf nous. D’ailleurs, en écoutant le MMM, nous comprenons beaucoup de choses.»

Le candidat du PTr a, en outre, abordé sa rencontre avec les membres de la Voice of Hindu (VoH). «Il n’y avait pas que moi. Ils (NdlR, les membres de la VoH) avaient invité le PTr. J’étais à cette réunion pour écouter des électeurs. J’ai aussi rencontré des paroissiens», s’est-il défendu.

Lorsque le journaliste l’a interrogé sur les coffres-forts de Navin Ramgoolam, le candidat du PTr a préféré esquiver la question. «Taler nou koz gran kof, ti kof. Pli gro kof sé Sun Trust», a-t-il lancé. «Il y a quoi contre Navin Ramgoolam ? Sur les 11 affaires (charges déposées contre lui), neuf ont été rayées. C’était une politique revancharde», a tenu à faire ressortir le candidat rouge.

Autre sujet qui a marqué l’interview, c’est le financement des partis politiques. Arvin Boolell est persuadé qu’il faut une loi pour plus de transparence. Pourquoi le PTr n’a-t-il alors pas apporté cette loi ? À cela, il a affirmé qu’«il nous fallait une majorité de trois quarts».

Pourquoi il ne faut pas voter pour…

Roshi Bhadain ?

Roshi Bhadain a provoqué une partielle pour soi-disant bloquer le projet Metro Express. Que constatons-nous ?

Nita Juddoo ?

Elle ne sera pas présente dans la circonscription aux prochaines élections générales.

Tania Diolle ?

Elle doit avoir certains jugements.

Danesh Maraye ?

Le candidat du PMSD n’a pas une bonne assise dans la circonscription.

Jack Bizlall ?

Il aura du mal à fédérer l’opposition.

Kugan Parapen ?

Le candidat de Rezistans ek Alternativ est trop gauchiste.

Roshi Bhadain: «Ma victoire sera légitime pour défendre la ville de Quatre-Bornes»


 

Il était le dernier invité sur le plateau de l’express, hier. Roshi Bhadain, le leader du Reform Party, a en effet clôturé la série d’interviews du journal dans le cadre de la partielle au no18. Celui qui a déclenché cette joute électorale a soutenu que sa victoire, lundi, sera synonyme de légitimité pour pouvoir défendre les habitants de la circonscription de Belle-Rose–Quatre-Bornes.

Invité à s’expliquer sur la raison pour laquelle il n’a pu le faire avant sa démission, il a indiqué qu’il n’avait pas le droit de parler au nom de ces habitants auparavant. Car il faisait partie du gouvernement MSM. Il a donc démissionné.

«Je mène une campagne contre la destruction de Belle-Rose et de Quatre-Bornes. Lundi, lorsque je serai élu, j’aurai tout le droit de réclamer une révision judiciaire contre le Metro Express.» Avant d’ajouter qu’il ira négocier avec le gouvernement indien concernant ce projet et qu’il aura la possibilité de poser des questions au Parlement. «Ma victoire sera celle des habitants…»

Quid des financements de son parti ? L’ancien ministre des Services financiers a soutenu qu’il reçoit des contributions de la part de ses sympathisants. Il est faux de dire qu’il est soutenu financièrement par des bailleurs des fonds, a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs rappelé comment un ministre lui avait dit «ki to pé pran enn baton pou bat noumem» lorsqu’il avait introduit la loi contre l’UnexplainedWealth. Mais à en croire le leader du Reform Party, cette loi n’est pas appliquée comme il faut. Sinon «on aurait dû obtenir des informations sur la façon dont un tailleur a pu obtenir Rs 110 millions».

Au début de son intervention, Roshi Bhadain a tenu à faire ressortir qu’il est rentré en politique surtout à cause de son amitié pour Pravind Jugnauth. Notamment lorsqu’il a commencé à défendre ce dernier dans l’affaire MedPoint. «Pravind Jugnauth, de même que son épouse, m’ont invité à rejoindre le MSM.»

Pourquoi il ne faut pas voter pour…

Nita Juddoo ?

Parce que son leader a déclaré que la prochaine fois, elle ne sera pas candidate au no18. Elle sera à Montagne-Blanche.

Tania Diolle ?

Elle est entourée par quatre dinosaures.

Danesh Maraye ?

Il a dit qu’il y a beaucoup de pauvres au no18 et il a déjà accordé un certificat d’incompétence à son leader, qui a été un élu de cette circonscription depuis 2005.

Jack Bizlall ?

J’ai beaucoup de respect pour lui, mais il est dépassé.

Kugan Parapen ?

C’est un garçon brillant, mais il est trop extrême. Il devrait avoir un esprit ouvert.

Arvin Boolell ?

Voter pour Arvin, c’est voter pour Macarena. Si le PTr était sûr de remporter cette élection, pourquoi Navin Ramgoolam n’a-t-il pas posé sa candidature ?

Publicité
Publicité

L’express vous propose une série d’articles sur l’élection partielle au n⁰18 , Belle-Rose–Quatre-Bornes. Découvrez, entre autres, les centres de vote, les députés passés et actuels ainsi que les candidats… 

D'autres articles »

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires