Nita Juddoo: «Le chèque de Rs 10 M de la BAI est un faux»

Avec le soutien de

Série de live à l’express, ce vendredi 15 décembre, en marge de la partielle au nº18. Cette  émission démarre ce matin avec Nita Juddoo, candidate mauve, qui répondra aux questions du journaliste Axcel Chenney.

Fin de notre live. Retrouvez dans quelques minutes Arvin Boolell ce vendredi.

Mon cauchemar

Mon cauchemar lundi ce serait que je vais être très déçue si je voyais que l’électorat a fait confiance au PTr.

Pourquoi ne pas voter pour Kugan Parapen ?

Il a de très bonnes idées qui ne tally pas avec ce que nous vivons en ce moment. Elles sont très utopiques. Il faut faire des concessions. Et le système parfait n’existe pas. Il faut avaler des couleuvres pour pouvoir faire du changement

Pourquoi ne pas voter pour Jack Bizlall ?

Depuis 40 ans, il se bat mais il n’y a pas eu de résultats politiques. C’est dommage que quelqu’un comme lui ne parvient pas à se faire entendre.

Pourquoi ne pas voter pour Danesh Maraye ?

Il parle davantage comme un militant que ce que représente le PMSD. Il a un langage qui ne colle pas avec ce que le PMSD représente. Il y a un côté opportuniste du PMSD.

Pourquoi ne pas voter pour Tania Diolle ?

Je ne comprends pas son stand. Elle dit en même temps si demain elle doit faire l’alliance avec un parti traditionnel, elle peut considérer. Si elle se présente un programme nouveau, elle ne devrait pas s’associer avec un autre parti.

Pourquoi ne pas voter pour Arvin Boolell ?

L’on parle de renouveau. Il a eu son expérience. Ce n’est pas l’âge mais il y a de nouvelles façons de faire les choses. Pourra-t-il amener cette rupture ? Il doit en même temps gérer les casseroles de son parti. Il lui sera difficile de s’éloigner de ces actions.

Pourquoi ne pas voter pour Roshi Bhadain ?

Pour les raisons qu’il a avancées pour l’élection. Ce n’est pas justifié. Je me souviens comment il vantait le projet d’Heritage City. Jusqu’ici nous ne savons pas ce qu’il s’est passé avec ce projet. Il manque de crédibilité.

L’aide des vrais militants

Qu’en est-il des dépenses électorales ? Nous avons obtenu beaucoup d’aide des militants. J’ai beaucoup d’appels des électeurs qui veulent nous aider. Ce ne sont pas des agents, mais des vrais militants.

L’hypocrisie des partis

«Pourquoi le BAI fait un chèque de Rs 10 M au MMM ? Je pense que dans un monde où tout est trafiqué, qu’est ce qui ne nous dit pas que c’est un adversaire qui a fabriqué tout cela ? Mais si ce n’est pas le cas, il y a aussi une certaine hypocrisie des partis. Coffre-fort, Sun Trust… Il y a échange d’argent partout. Nou pena letan fer palab. Il faut agir et légiférer. Je sens que les gens veulent une transparence. Si demain vous ne faites pas ce que le Mauricien veut, ils vont vous sanctionner.»

Rendre transparent le financement des partis politiques

«Nous avons besoin de légiférer. Nous avons besoin d’une loi sur le financement des partis politiques. Le MMM veut aller de l’avant avec cette loi. Je ne dis pas que nous n’avons pas besoin d’argent en campagne électorale. Mais il faut que cela se fasse dans la transparence. Qui sont les bailleurs de fonds ? Car ce sont eux qui exercent une certaine influence sur le pouvoir. Ils ne peuvent venir faire la loi au sein d’un parti parce qu’ils nous ont aidés.»

«Déclarer son appartenance ethnique n’est pas nécessaire»  

Je ne vais pas déclarer mon appartenance ethnique pour cette élection. Je ne pense pas que c’est nécessaire. Mais je parle en mon nom personnel. Je n’ai aucun problème.

«Nous faisons fi du communalisme» 

Aucun parti n’est parfait. Tous les problèmes que nous avons eus. En présentant Paul Bérenger comme Premier ministre, nous faisons fi du communalisme.

Le socioculturel fait un travail formidable

«Dans une campagne nous sommes amenés à rencontrer tout le monde. Que ce soit une bastion travailliste ou PMSD. Moi, j’ai fait mon devoir d’aller partout. Mais, il y a une nuance. Il faut œuvrer pour tous les habitants de Quatre-Bornes. Le socioculturel fait un travail formidable. Ils sont impliqués dans leur région. Je pense que les socioculturels ont leur rôle à jouer. Le bât blesse, c’est lorsqu’ils estiment qu’ils ont le pouvoir de donner un mot d’ordre. Les habitants sont suffisamment intelligents. Ils doivent pouvoir voter en leur âme et conscience.»

«Moi, je ne peux pas arrêter le métro express»

Quel est l’enjeu de cette partielle ? Roshi Bhadain a fait du métro son cheval de bataille. Nous ne pourrons pas arrêter le projet. Cela va défigurer Quatre-Bornes et il y aura nombre de problèmes collatéraux. Moi, je ne peux pas arrêter le métro express. J’entends agir comme un pont entre les habitants et le gouvernement.

«Pas de volteface possible» 

Nita Juddoo : 2014, je n’étais pas on board. Un parti a pris une décision impopulaire. Linn a genou. Mais ce que j’ai apprécié c’est que le MMM s’est relevé. Quand je suis rentrée, j’ai vu qu’ils ont reconnu qu’ils ont fait une erreur. Je suis venue au MMM parce que j’ai la croyance que nous allons seuls aux élections.

Apprendre de ses erreurs

Axcel Chenney : Aussi sereine qu’en  2014 ? 
Nita Judoo : 2014, je n’étais pas là mais ce n’était pas la bonne décision. Le passé nous empêche de faire les mêmes erreurs.

«Sereine»

Nita Juddoo démarre ce live en évoquant son état d’esprit. Très sereine peu importe le dénouement à l’issue du scrutin au no. 18. «Je suis satisfaite de la manière dont la campagne s’est déroulée», dira-t-elle.

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}

L’express vous propose une série d’articles sur l’élection partielle au n⁰18 , Belle-Rose–Quatre-Bornes. Découvrez, entre autres, les centres de vote, les députés passés et actuels ainsi que les candidats… 

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires