Bilan de la CTSP: «Beaucoup de nos objectifs votés en début d’année atteints»

Avec le soutien de
La CTSP était face à la presse ce jeudi 14 décembre.

La CTSP était face à la presse ce jeudi 14 décembre.

Introduction du salaire minimum, l’emploi permanent pour les cleaners, amendements à la loi du Travail ou encore l’introduction du Portable severance allowance fund… La Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) affiche la satisfaction. Les syndicalistes étaient face à la presse pour un bilan de l’année 2017.

«Depuis 2014, la CTSP s’est engagée dans un combat pour les cleaners qui touchent Rs 1 500 avec l’espoir qu’un jour le gouvernement reconnaîtra qu’il n’est pas normal que des cleaners touchent une paye dérisoire. Finalement cela a abouti. Nous allons maintenant négocier leurs conditions de travail dans les écoles. Nous sommes en présence de lettres affirmant d'autres femmes touchent Rs 5 000. Les contracteurs font toujours la pluie et le beau temps.  La CTSP compte interpeller l’Attorney General bientôt», a fait ressortir Jane Ragoo.

Reeaz Chuttoo est revenu en grande partie sur le salaire minimum. S’il salue l’effort du gouvernement, il a expliqué que des discussions seront entamées prochainement pour les secteurs où les horaires de travail dépassent les 45 heures par semaine. «Les agents de sécurité travaillent 72 h par semaine alors que la loi préconise un salaire de Rs 9 000 pour 45 heures de travail. Il n’y a pas d’équilibre dans les différents secteurs. Les réunions avec le ministre sont encourageantes dans ce sens. Il faut amender la loi. Si le gouvernement ne va pas de l’avant pour que tout le monde travaille 45 heures par semaine, nous n’aurons pas d’autre recours que d’aller en Cour suprême.»

Prochain combat

La  CTSP compte aussi entamer les discussions sur les négociations sectorielles. «83 % des travailleurs ne sont pas syndiqués. Le gouvernement a besoin d’entamer des négociations sectorielles. Il y  a un feel good factor. Cela sera confirmé avec l’amendement de la loi.»

Les conditions de travail des étrangers seront aussi à l’agenda des syndicalistes en 2018 alors que le «prochain combat» de la CTSP sera la contribution des employeurs à la NPF. «La loi ne prévoit rien sur les travailleurs étrangers alors que nous sommes condamnés à en avoir plus dans les années à venir. Il nous faut accueillir ces travailleurs sur un même pied d’égalité. Un autre sujet sur lequel nous nous battrons est qu’un employé puisse jouir de sa retraite. Nous avons entamer des pourparlers avec des employerus qui sont pour contribuer plus que le salaire de base du travailleurs. Or, la loi ne permet pas à un employeur de contribuer plus que le salaire de base du travailleur. Ce sera notre prochain combat», a expliqué Reeaz Chuttoo.

La CTSP propose aussi à ce qu’il y ait une autorité pour gérer les écoles SENS.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires