Enfant abandonné à St-Martin: «So papa fer li mizer», affirme la mère

Avec le soutien de
(photo d’illustration) Le petit serait le «souffre-douleur» de son père.

(photo d’illustration) Le petit serait le «souffre-douleur» de son père.

Du haut de ses trois ans, le petit Kevin* serait le souffre-douleur de son père. «Si zanfan la ploré, li ferm li dan lakaz lapin, dan nwar. Li fer li tou kalité mizer», confie Rebecca*, la mère du garçonnet.

Lundi, l’enfant a été retrouvé seul à proximité de Bassin-Carré, à St-Martin, livré à lui-même. Il traversait la route, complètement désemparé, lorsque Noorani Jamalsah, un automobiliste, s’est arrêté à sa hauteur pour lui venir en aide.

Depuis, une plainte a été enregistrée au poste de police de résidence Barkly, à Beau-Bassin. Les policiers se sont aussitôt lancés à la recherche des parents de Kevin. Le père est, lui, connu des services de police pour violence conjugale.

Ce dernier, un éleveur habitant St-Martin, s’était présenté au poste de police de Bambous, lundi, pour signaler la disparition de son fils. Il a expliqué aux policiers que l’enfant jouait dans la cour quand il a disparu. «Monn rod li partou mo pann trouv li», a-t-il expliqué aux enquêteurs.

Hier, il a comparu en cour de Bambous. Il a été libéré contre une caution de Rs 5 000 et une reconnaissance de dettes de Rs 10 000 pour violence domestique.

Deux ans de prison

La police a également initié une enquête contre lui pour abandon d’enfant. Il risque une peine d’emprisonnement de deux ans et une amende ne dépassant pas Rs 10 000.

Il n’est pas le seul qui sera poursuivi sous cette charge. Rebecca également. Depuis que son fils a été retrouvé dans la rue, la police s’est lancée à sa recherche.

«Je ne sais pas si la police me cherche», soupire cette dernière, âgée de 23 ans. Hier, nous l’avons retrouvée chez ses parents, dans un faubourg de Rose-Hill.

Les traits tirés, elle a accouché par césarienne il y a seulement deux jours. Elle confie qu’elle s’est séparée du père de Kevin depuis plusieurs mois, après six ans de vie commune. Ce dernier ne cessait de la maltraiter.

«Il me frappait et battait aussi notre fils. C’est quand je portais secours à Kevin qu’il devenait violent envers moi», avance Rebecca. Selon ses dires, c’est lundi, en revenant de l’hôpital, qu’elle a appris que Kevin se trouvait au poste de police.

Cauchemar

«C’est mon frère qui me l’a dit. Plus tard, J’ai appris que le père de Kevin l’avait laissé non loin d’un pont. Mais je n’ai pas pu aller voir mon enfant au poste à cause de mon état de santé.»

Selon cette mère, le père de Kevin, 49 ans, ferait vivre un véritable cauchemar à leur fils. «Li bwar. Li teign sigaret lor so lékor. Je ne pouvais plus le supporter. Une fois, il a pris un sabre et m’a blessée au ventre et au visage. Depuis, j’ai pris mon enfant et je suis venue rester chez ma mère», lâche-t-elle.

Mais il y a trois mois, le quadragénaire aurait débarqué chez eux, sous l’influence de l’alcool, et aurait insulté la jeune femme. «Linn vinn lager apré linn pran zanfan linn alé. Zanfan la ti bien ek mwa, li pa ti mank narnié.»

Une source officielle de la Child Development Unit (CDU) affirme que des recherches ont été lancées pour retrouver la maman et que des messages ont été passés à travers ses proches pour qu’elle se présente à la CDU de Bambous.

Du côté du ministère de la Protection de l’enfant, on nous apprend que l’on fait de son mieux et recherche une famille d’accueil qui pourrait s’occuper de Kevin dans l’immédiat. Au cas contraire, ce dernier sera placé dans un abri pour enfants en détresse.

*Prénoms fictifs

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires