Opération crackdown à Residence Barkly: «Isi zot fer sinéma»

Avec le soutien de
Six personnes ont été arrêtées hier, suivant une opération menée par plusieurs unités de police à Résidence Barkly. Or, à en croire des habitants de la localité, ce ne serait que du «cinéma».

Six personnes ont été arrêtées hier, suivant une opération menée par plusieurs unités de police à Résidence Barkly. Or, à en croire des habitants de la localité, ce ne serait que du «cinéma».

Les rues de Résidence Barkly sont désertes. Les véhicules de police sont partis, il y a peu. Une opération crackdown y a été menée hier matin, avec le concours de plusieurs unités. Celleci a débouché sur l’arrestation de six personnes recherchées pour divers délits de drogue (voir encadré). Cependant, à en croire Pauline (prénom modifié), cette tranquillité ne devrait pas durer. «Zis pou enn ti moman sa.» Cette habitante de la localité s’explique. «Isi zot fer sinéma pou nanyé. Ladrog na pa pou arété.» Et de lancer : «Bann pouritir-la sé bann gro palto.» Il n’empêche, Pauline sait très bien que «tanto mem ou pou trouvé tou pou fini déor», en faisant référence aux personnes interpellées plus tôt.

Il faut dire qu’elle connaît Résidence Barkly comme sa poche. Elle y habite depuis sa naissance et y vit avec son époux. Et, blasée, cette mère de famille lâche que ce n’est ni la première et encore moins la dernière fois qu’une telle opération policière a lieu dans la localité. Tous, répète-t-elle, finissent par sortir de prison. «Pa koné si zot pay gard mé zot kontak béton. Zot pa fer mem enn mwa andan sa bann patron isi-la.»

«Dans cette partie de la localité où la descente a eu lieu, ‘éna pisinn lor zot lakaz’…»

Dans un soupir, Pauline raconte que ce n’était pas ainsi lorsqu’elle était enfant. «Pa ti koumsa avan. Bann zénes ki pé lévé-la difé mo dir ou…». De préciser que ce n’est pas toute la Résidence Barkly qui est concernée. Dans cette partie de la localité où la descente a eu lieu, «éna pisinn lor zot lakaz», révèle Pauline. Dans un éclat de rire, sa fille dira que «bientôt ou pou tann dir inn sanz non apel Villa Barkly».

Nous n’en tirerons pas davantage de Pauline. Elle a peur d’éventuelles représailles. «Pa kapav koz boukou, bann-la gard vanzans isi. Taler mo disparet…»

«Tant que les «gro palto» continueront à agir en toute impunité, la lutte contre la drogue sera vaine.»

Alors que nous lui parlons, son frère Jacques (prénom modifié) et son époux René (prénom modifié) s’amènent. Ils ont, eux aussi, assisté à la scène «koumadir dan fim». Les deux hommes s’accordent à dire que tant que les «gro palto» continueront à agir en toute impunité, la lutte contre les trafiquants de drogue demeurera vaine.

Pour eux, qui dit drogue, dit aussi délinquance, vagabondage, crimes et vols. «Fodé get zot kan zot riy ar ou. Aster ou gagn sok ou népli trouv lédan mé zis platinn ek zot santi zot térib koumsa.» La fille de Pauline, qui n’est encore qu’une adolescente, dit, elle, qu’elle a peur de marcher dans la rue les aprèsmidi parce que «bann-la pas lamé ek tifi ek zot fini dir ou zot pou kokin ou. Zis parol ki long». Ils sont unanimes à dire que la racaille qui baigne dans l’univers de la drogue met ses menaces à exécution car se sentant intouchable.

Pourtant, il y a bien un poste de police à l’entrée même de la Résidence Barkly, leur faisons-nous remarquer. «Ki ou pé dir…» laissent-ils entendre. Selon Pauline et sa famille, il faudrait peut-être que le nombre d’officiers soit augmenté. Actuellement, les policiers seraient impuissants, font-ils comprendre, face aux têtes brûlées de la localité.

Quelques curieux qui se sont approchés sont du même avis. «Le problème de la drogue vient des hautes sphères. Ce sont souvent les pions qui se font prendre, les big boss savent à l’avance quand les opérations auront lieu. C’est ce qui s’est passé ce matin (NdlR, hier). Bann inn fini korompi ek viv zis pou larzan sa…»

Forte mobilisation Policière 

L’opération crackdown menée à Résidence Barkly s’est déroulée tôt hier matin. Plusieurs unités de la police, notamment l’Anti-Drug and Smuggling Unit, la Special Support Unit, la Special Mobile Force, la Dog Section Unit ainsi que le Groupe d’intervention de la police mauricienne et le Police Helicopter Squadron ont été déployés. Opération qui s’est avérée fructueuse pour les officiers.

Une dizaine de maisons ont été perquisitionnées. Et la police a pu mettre la main sur six personnes recherchées pour divers délits de drogue. L’un des suspects interpellés avait en sa possession la somme de Rs 9 000 ainsi qu’une certaine quantité de drogue. En l’occurrence du cannabis, de l’héroïne ainsi que de la drogue de synthèse.
 

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires