«Sité Bondié»: une lueur d’espoir pour les fêtes de fin d’année

Avec le soutien de
Les maisons de cette «cité» résidentielle contiennent de l’amiante, un élément cancérigène.

Les maisons de cette «cité» résidentielle contiennent de l’amiante, un élément cancérigène.

En traversant les faubourgs de Bel-Ombre, nous tombons sur un quartier modeste, affublé du nom de «Sité Bondié». Certains qui le désignent comme l’«African Town» évitent de s’y rendre.  Dépourvus des commodités de base, ses habitants subissent un calvaire quotidien depuis cinq ans  déjà. Mais ils gardent espoir d’être desservis un beau jour en eau et en électricité comme tout le monde...

Pour accéder au site, il faut emprunter un petit sentier mal asphalté. Sans eau ni électricité, ces villageois luttent jour après jour pour survivre.

Coup de malchance ou acharnement du destin ? Les maisons de Sité Bondié ont été pratiquement entièrement construites avec des matériaux contenant de l’amiante.  Cet élément hautement cancérigène est interdit dans les constructions depuis les années 90. Mal agencées, ces habitations exiguës se transforment en véritables fours en journée. L’air y  devient irrespirable.

Les difficultés ne s’arrêtent pas là car Sité Bondié est aussi très peu desservie par les transports en commun. Les habitants qui doivent aller travailler ou se rendre quelque part, n’ont pas d’autre choix que de marcher jusqu’à la gare routière,  située à plusieurs kilomètres  de leur domicile.

Les écoliers subissent aussi les conséquences de cet isolement et cela s’empire après les heures de classe. Ils doivent marcher des kilomètres et rentrer à pied, faute de pouvoir grimper dans un autobus.

Quelques développements pointent toutefois le bout du nez. Après deux années de démarches fastidieuses, ces habitants peuvent maintenant s’approvisionner en eau. Ils s’alimentent tous au fond du village. Ils transportent ensuite l’eau dans divers seaux et récipients.

Récemment le Central Electricity Board s’est mis en contact avec une entreprise pour leur fournir de l’électricité.

Les rues et sentiers qu’empruntent les habitants ne sont pas asphaltés.

Que luisent les lampions...


 

Sylvio et Rajen, sont employés par l’entreprise Sakary Ltd, déléguée à «Sité Bondié» par le CEB. «Nou, nou la pou donn enn koudmé kot nou kapav», lance Sylvio. Cela fait déjà une semaine qu’ils s’activent à «Sité Bondié».  Ils se disent ravis de pouvoir aider les habitants de la localité à entrevoir la lumière au bout du tunnel, juste à temps pour les fêtes de fin d’année.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires