Shakti Pyndeegadoo, gagnant du Loto: «Je rêvais d’offrir une meilleure vie à ma famille»

Avec le soutien de
Le bagagiste Shakti Pyndeegadoo (à dr.), en compagnie de sa famille, n’en revient toujours pas…

Le bagagiste Shakti Pyndeegadoo (à dr.), en compagnie de sa famille, n’en revient toujours pas…

Il est l’un des rares gagnants du Loto à avoir accepté de dévoiler son identité. Shakti Pyndeegadoo, 20 ans, a été l’un des heureux gagnants du samedi 25 novembre. Le jeune homme a remporté Rs 2,9 millions. Son nouveau statut n’a rien changé à son sourire. Rencontre.

C’est à Surinam, dans sa modeste demeure en tôle, que Shakti Pyndeegadoo se pose pour raconter ce fameux samedi où sa vie a changé. Il faut dire que cette semaine-là, les astres s’étaient concertés pour lui accorder de la chance aux jeux. Il avait gagné un peu d’argent aux courses et au pari sur les résultats de football. Au lieu de jouer les Rs 100 habituelles, Shanti Pyndeegadoo décide de miser le triple de cette somme.

«Il était 20 h 15 ce samedi-là et comme à chaque fois que je joue, je regarde les résultats aussitôt qu’ils sont rendus publics», dit-il de sa voix timide. Première grille, il a trois bons numéros. Idem pour la deuxième. En regardant la dernière grille qu’il a jouée, son coeur fait un bond. Les six chiffres sont là.

Shakti Pyndeegadoo n’en croit pas ses yeux et vérifie et revérifie à plusieurs reprises. Ses yeux ne lui ont pas joué de tours. Il a bel et bien gagné au loto. «Mon père était dans le salon. Mo’nn galoupé mo’nn may li, mo’nn dir li tou pou korek aster», dit-il, les yeux pétillants.

«Vous savez, comme tous les joueurs du Loto, des fois je rêvais de gagner et d’offrir une meilleure vie à mon papa, ma maman et mes soeurs. Aujourd’hui, je pourrai vraiment le faire», confie Shakti Pyndeegadoo. C’est ce qui lui procure le plus grand plaisir.

Son jackpot servira, en effet, à améliorer la vie de toute sa famille car la vie n’a pas toujours été tendre envers celle-ci. Quelques semaines avant que le ciel ne lui fasse un cadeau, sa soeur s’en est allée… Elle a succombé à une tumeur au cerveau. L’année dernière, une autre de ses soeurs a eu un grave accident et est depuis paralysée. Shakti Pyndeegadoo vit avec ses parents et sa petite sœur de 14 ans.

Shakti Pyndeegadoo compte utiliser une partie de l’argent pour aider sa famille.

Il est, certes, conscient que son argent ne va pas tout résoudre. Néanmoins, il est persuadé qu’il sera maintenant plus facile pour ses parents d’affronter le quotidien. Son père, Naidu Pyndeegad-oo, ne peut plus travailler. Ce dernier a perdu sa mère très tôt et son père était invalide. Dès l’âge de 16 ans, il a travaillé comme tôlier pour subvenir aux besoins de la fratrie de six enfants. Au fil des ans, Naidu Pyndeegadoo a commencé à avoir des problèmes aux muscles. Il a dû lever le pied sur ses activités.

Âgé de 55 ans aujourd’hui, il vit d’une pension d’invalidité. De temps en temps, son frère, qui a repris ses clients, l’aide. La matriarche de la famille, Sawantee, n’a jamais travaillé. «Mo pa sagrin selman. Mo’nn elvé mo bann zanfan», dit-elle avec le sourire.

Avec ses gains, Shakti Pyndeegadoo n’a pas prévu de faire un tour du monde ni de satisfaire ses envies de shopping à l’infini. Ses projets sont plus terre à terre. Sa priorité sera d’acheter le terrain où sa petite maison en tôle est dressée actuellement. «Nou’nn abitié isi. Apré, isi trankil», affirme-t-il. Il fera ensuite construire une maison.

Faveur de Dieu

Shakti Pyndeegadoo confie que pendant la saison des pluies, la maison fuit de partout. «Pa pou ranz bel zafer. Pou asté inpé tib karé ek inpé tol pou ranzkitsoz pli konfortab. Apré tigit tigit pou fer enn béton», précise-t-il. Il a également prévu d’avoir son permis de conduire et d’acheter éventuellement une voiture pour faciliter ses déplacements.

Il va, en outre, donner un peu d’argent à ses deux soeurs pour les aider. «Ces projets ont toujours existé», tient à faire ressortir Shakti Pyndeegadoo. Sauf que jusqu’à ce qu’il découvre ses gains, ceux-ci s’étalaient sur des années.

Si Shakti Pyndeegadoo sait ce qu’il veut faire, c’est sur les conseils de son père qu’il fera tout. Hors de question de tout faire d’un coup. Des Rs 2,9 millions, il mettra Rs 1,5 million en dépôt fixe pour les intérêts qu’il utilisera. Le reste de l’argent servira à l’achat du terrain et la construction de sa maison. «Je lui ai dit qu’il y a des gens qui travaillent toute une vie et n’ont pas cette somme. C’est une faveur de Dieu et il faut qu’il sache le gérer», avance Naidu Pyndeegadoo. Son fils n’y voit aucun inconvénient. Les conseils de son père ont toujours été justes.

Est-ce qu’il va changer de mode de vie ? La réponse de Shakti Pyndeegadoo est simple, comme lui. Non. Il va conserver son travail comme steward dans un hôtel du Sud. Ses passions, qui consistent principalement à écouter de la musique et à regarder des films d’action, resteront les mêmes. Quant aux sorties entre amis, ce n’est pas ce qu’il affectionne le plus.

Sawantee Pyndeegadoo le confirme. «C’est un enfant tranquille. Il est toujours à la maison. Il nous accompagne pour faire les courses ou de temps en temps, on va à la plage», lâche-t-elle. Certes, comme tous les garçons de son âge, il a des prises de bec avec ses parents, mais cela ne va jamais très loin.

Maintenant que Shakti Pyndeegadoo a gagné, est ce que Lottotech a perdu un client ? «Ah non. On ne sait jamais ce que le ciel a réservé pour nous», répond-il avec un petit sourire en coin, la voix pleine d’espoir.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires