Centre d’excellence: mieux comprendre la blockchain

Avec le soutien de
(Photo illustration)

(Photo illustration)

La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, infalsifiable et fonctionnant sans organe central de contrôle. C’est une base de données qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre les membres du réseau. Son application la plus connue est le bitcoin.

Même si la blockchain, en tant que technologie innovatrice (voir infographie), a tout le potentiel de bouleverser le modèle actuel des affaires par une formule qui élimine les intermédiaires, elle ne risque pas de perturber outre mesure la population. Le Mauritius Blockchain Center of Excellence (MBCE) devrait veiller au grain. Il s’agit d’une initiative dont un des principaux objectifs consiste à préparer la population à accueillir positivement le phénomène qu’est la blockchain, a annoncé la présidente de la République lors d’une fonction sur les technologies innovantes au Réduit, le 24 novembre. 

La mission phare du MBCE est de familiariser toute la population aux possibilités et aux opportunités associées à la blockchain. Pour une raison bien simple, les initiateurs du MBCE sont convaincus qu’aucun secteur de notre vie n’y échappera. Son programme de sensibilisation comprendra, entre autres, la préparation de ceux qui désirent appréhender de la manière la plus claire possible les effets de cette technologie innovante, ou encore l’accompagnement de ceux qui souhaitent s’impliquer plus activement dans l’utilisation de cette technologie. 

Cela implique la mise en relation de ceux qui souhaitent simplement profiter de la rupture que va occasionner la blockchain avec ceux qui sont capables de produire des solutions, que ce soit en termes d’exécution, de logiciels ou de conseils. Le centre d’excellence se veut être un espace capable de fédérer et de célébrer les personnes les plus brillantes, de même que le fruit de leurs travaux. 

Les membres fondateurs de MBCE sont les représentants de Rogers Capital, de la State Bank of Mauritius, de l’université de Maurice et de la société UWIN Corps (Mauritius) Ltd.

Comment ça marche ? 

Toute blockchain publique fonctionne nécessairement avec une monnaie ou un token (jeton) programmable. Les transactions effectuées entre les utilisateurs du réseau sont regroupées par blocs de transactions, qui forment une «chaîne». Chaque bloc est validé par les noeuds du réseau, appelés les «mineurs». La première blockchain est apparue avec la monnaie numérique bitcoin. Elle en est l’architecture sous-jacente.

En quoi la blockchain est-elle si «infalsifiable» ? 

Le registre ne pourrait être falsifié que si plus de la moitié de ces noeuds sont corrompus simultanément. Depuis sa création, la blockchain de bitcoin n’a jamais été hackée. Il n’y a pas d’intermédiaire de confiance ou d’autorité centrale avec la blockchain.

Quel est le rapport avec le bitcoin ? 

Si la blockchain et le bitcoin sont régulièrement associés, c’est que la technologie blockchain est «l’infrastructure virtuelle sur laquelle repose le bitcoin». La première transaction avec cette monnaie date de mai 2010. Si le bitcoin ne peut exister sans la blockchain, l’inverse n’est pas vrai. Et elle a un potentiel bien plus énorme.

Qui a inventé la blockchain ? 

Son inventeur reste à ce jour inconnu. On ne connaît que son pseudonyme, Satoshi Nakamo. Régulièrement, certains revendiquent la paternité du bitcoin et donc de la technologie blockchain.

La blockchain peut-elle révolutionner l’économie ? 

La décentralisation de cette technologie remet en cause le rôle habituel des tiers de confiance. Y compris les banques ! Avec cette technologie, les utilisateurs pourront effectuer des transactions de pair à pair directement, sans (presque) aucune commission ni intermédiaire.

La blockchain, ça pèse combien ? 

6 milliards d’euros (Rs 250 milliards) d’économie par an dans le monde. Une projection limitée aux transactions de titres en espèces. Imaginez l’ampleur des économies réalisées si la technologie s’immisçait dans les secteurs de l’économie collaborative, de l’énergie, de l’assurance…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires