Fazila Jeewa-Daureeawoo: «L’incendie à Shoprite est l'une de mes priorités»

Avec le soutien de
Fazila Jeewa-Daureeawoo, vice-Première ministre et ministre des Collectivités locales.

Fazila Jeewa-Daureeawoo, vice-Première ministre et ministre des Collectivités locales.

Première femme VPM, Fazila Jeewa-Daureeawoo nous parle de ses fiertés et de ses accomplissements. Elle ajoute qu’elle fera tout son possible pour s’acquitter honorablement de ses responsabilités.

Quels sont vos sentiments après être devenue la première vice-Première ministre (VPM) de Maurice ?

Je suis vraiment honorée que le Premier ministre m’ait confié ce rôle. C’est un moment historique, surtout après que Maurice a eu, pour la première fois, une femme présidente de la République et une autre présidente de l’Assemblée nationale. C’est un bel hommage aux femmes et un signal fort qu’il faut donner aux femmes la place qu’elles méritent. Je ferai tout mon possible pour relever ce défi et de m’acquitter honorablement de mes responsabilités.

Pensez-vous que vous allez pouvoir vous faire respecter parmi des députés qui n’ont visiblement pas de respect à l’égard des femmes ?

Au fil de ces dernières semaines, nous avons beaucoup parlé de respect vis-à-vis des femmes. J’avais d’ailleurs tenu à le mentionner au Parlement. En tant que parlementaires, nous devons donner l’exemple.

Vous passez à votre troisième portefeuille ministériel. Quel bilan faites-vous de votre passage aux deux précédents ministères ?

Je dresse un bilan très positif de mon passage aux ministères de la Sécurité sociale et de l’Égalité du genre. J’estime être très chanceuse d’avoir pu y travailler pour apporter des changements concrets. Ce sont des ministères qui touchent directement ceux qui ont besoin d’aide. Et j’ai beaucoup appris de mon travail sous les deux portefeuilles.

Quels sont les projets réalisés au sein des deux ministères qui vous rendent fière ?

En ce qui concerne le ministère de la Sécurité sociale, je suis particulièrement heureuse d’avoir introduit une pension à l’intention des enfants handicapés de moins de 15 ans. D’autant plus que cela fait près de 40 ans que ces enfants n’en percevaient pas.

Au niveau du ministère de l’Égalité du genre, je me réjouis du fait que nous avons beaucoup fait pour la réinsertion des enfants qui vivaient dans les shelters. Nous avons aussi commencé le travail sur le nouveau Children’s Bill, qui permettra d’améliorer les droits des enfants et de les protéger à différents niveaux. Sans compter la lutte contre la violence domestique. Nous avons enclenché de nombreux projets de sensibilisation pour les hommes et les femmes. Nous nous sommes aussi focalisés sur la formation pour les enforcement officers et la tenue d’ateliers de travail avec des magistrats, entre autres.

Parlons de violence domestique. Où en est-on avec la loi sur le viol conjugal ?

Il est vrai qu’il n’y a pas de loi qui parle spécifiquement du viol conjugal. Toutefois, la Protection from Domestic Violence Act a été amendée en 2016, en vue d’élargir la définition de violence domestique. Celle-ci inclut désormais la violence sexuelle. Je fais ici référence à la phrase «compelling the spouse or the other person, by force or threat, to engage in any conduct or act, sexual or otherwise, from which the spouse or the other person has the right to abstain. »

Quels sont ces projets prioritaires auxquels devrait s’atteler votre successeur ?

Elle (NdlR, Roubina Jadoo-Jaunbocus) aura à assurer la continuité des projets existants, dont le Children’s Bill. Il y a aussi la mise en place des mesures additionnelles prévues dans la lutte contre la violence domestique. Le ministère travaille sur différents programmes pour inclure les hommes dans le dialogue portant sur le genre. On avait aussi prévu de commencer un travail pour la réhabilitation des hommes responsables de violence domestique.

Des conseils à Roubina Jadoo-Jaunbocus ?

Chaque personne a sa façon de faire et apporte sa touche personnelle. Je lui souhaite bonne chance dans son nouveau rôle.

Passons au ministère des Collectivités locales. Les marchands ambulants font partie de votre électorat. Pensez-vous pouvoir subir leur pression, surtout pour décembre ?

Nous avons une responsabilité pour assurer une bonne gestion des villes. Nous agirons donc en conformité avec les lois existantes.

Autre dossier brûlant : les différents problèmes évoqués par les pompiers. Notamment les mauvaises conditions de travail. Comptez-vous les rencontrer bientôt ?

Ma priorité, c’est de bien comprendre les différents sujets qui touchent à mon nouveau ministère. L’incendie de l’entrepôt de Shoprite est une de mes priorités. Les consignes de sécurité pour les bâtiments sont parmi les éléments que j’examine. Je suis aussi en train de prendre connaissance du dossier concernant les pompiers.

Vous disiez que vous alliez apporter une touche féminine à votre nouveau poste…

Bien sûr, car les femmes et les hommes ont des perspectives différentes sur les choses. C’est pour cela qu’on parle toujours du besoin d’avoir un équilibre des genres, pour avoir plusieurs points de vue, que ce soit au niveau d’un gouvernement ou d’une entreprise. Je pense qu’en tant que femme, j’ai ma façon de voir et d’entreprendre les choses. Ce qui se reflète certainement dans mon travail.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires